En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Bonnes feuilles
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
Publié le 20 janvier 2019
Le général Henri Bentégeat vient de publier "Chefs d'Etat en guerre" aux éditions Perrin. Dans cet ouvrage il aborde la question du pouvoir face à la guerre à travers la métamorphose suprême du chef d'Etat en chef des armées de 1850 à nos jours. Extrait 2/2.
Le général d'armée Henri Bentégeat a été chef d'état-major particulier du président Jacques Chirac de 1999 à 2002, puis chef d'état-major des armées jusqu'en 2006.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Bentégeat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le général d'armée Henri Bentégeat a été chef d'état-major particulier du président Jacques Chirac de 1999 à 2002, puis chef d'état-major des armées jusqu'en 2006.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le général Henri Bentégeat vient de publier "Chefs d'Etat en guerre" aux éditions Perrin. Dans cet ouvrage il aborde la question du pouvoir face à la guerre à travers la métamorphose suprême du chef d'Etat en chef des armées de 1850 à nos jours. Extrait 2/2.

« C’est son tour ! », avait dit François Mitterrand. Ce 17 mai 1995, l’ambiance est joyeuse et détendue dans la salle des fêtes de l’Elysée. La passation des pouvoirs entre le vieux monarque épuisé par la maladie et son toujours fringant successeur se fera en douceur, dans une étonnante complicité. Comme d’habitude, les adjoints du chef de l’état-major particulier sont parqués dans le coin le plus éloigné. Je proteste inutilement auprès de l’agent du protocole qui ne fait qu’appliquer la règle : « Vous verrez, avec Chirac tout va changer. Les militaires retrouveront leur place. » Dans les armées, on se réjouit ouvertement. Le nouveau président n’a jamais caché son intérêt pour la chose militaire. Lieutenant décoré au feu, colonel de réserve diplômé d’état-major, il est surtout un patriote intransigeant et l’héritier affiché du gaullisme. Beaucoup d’officiers croient se reconnaître dans ce chef audacieux tourné vers l’action, ce bon vivant jovial au langage cru.

 De fait, l’expérience, le caractère et les goûts de Chirac le prédisposent à l’exercice de la fonction de chef des armées. Pourtant, les plus hauts responsables militaires pressentent, pour leur part, que l’homme qui enjambe quatre à quatre les marches du perron de l’Elysée n’est plus le lieutenant du Djebel, mais un politique de haut vol, rompu à toutes les manœuvres, plus expérimenté que Mitterrand lui-même en 1981. Deux fois Premier ministre, maire de Paris dix-huit ans, il connaît personnellement tous les grands de ce monde. Le temps et les échecs ont apaisé l’ardeur et l’impatience de celui qu’on surnommait  le « bulldozer » de Pompidou. Les commentateurs qui le décrivent comme un soudard, amateur de bière, de charcuterie et de jolies femmes n’ont pas percé la cuirasse de cette personnalité complexe et secrète. Philippe Bas, qui passa dix ans auprès de lui, le décrit comme un homme « à la fois sensible et retenu, jamais hautain ou méprisant, attentif aux autres et discret sur lui-même, sachant écouter, souple, patient, prudent, ouvert au compromis, mais déterminé, volontaire, rapide, doté d’une exceptionnelle autorité naturelle ». Ceux qui le moquent de préférer la musique militaire aux Variations Goldberg ignorent son intimité avec les arts asiatiques ou africains, son engouement pour les coutumes arabes ou juives… Je l’ai entendu, un soir d’avril 1999, déclamer, dans un restaurant de Washington où il avait convié ses collaborateurs, des poèmes entiers, de concert avec le chef du protocole.

Le président Chirac revendique, on l’a dit, l’héritage gaulliste. Nul n’ignore pourtant sa sensibilité sociale et humaniste. A 18 ans, il a signé l’appel de Stockholm qui exigeait l’« interdiction absolue de l’arme atomique » et il a vendu L’Humanité, sans aller toutefois jusqu’à adhérer au parti communiste. Pendant son service militaire, il a soutenu la cause de l’Algérie française, alors défendue par Guy Mollet et la SFIO. C’est seulement en 1960, stagiaire de l’ENA à Rocher-Noir, près d’Alger, qu’il s’est rallié à la politique du Général, après l’épisode des barricades. Son entrée en gaullisme n’est effective qu’en 1963 quand il rejoint le cabinet du Premier ministre, Georges Pompidou, son vrai tuteur en politique. De l’homme du 18  juin, il retient surtout le « culte de la grandeur de la France » que lui martèlent Pierre Juillet et Marie-France Garaud. Pourtant, convaincu que le gaullisme n’est pas une politique – nécessairement contingente – mais un but et une détermination, ce patriote s’est fait « européen, non de passion, mais de raison », comme il l’écrit dans ses Mémoires. Au fond, il se sent proche de François Mitterrand qu’il a souvent croisé depuis 1994. Une même sensibilité radicale, l’amour de la France et de son indépendance, mais aussi le courage, la culture et une haute idée de la fonction présidentielle les unissent. Il s’en distingue néanmoins sur quelques points essentiels, affaire de goûts et de tempérament : le refus, d’abord, d’être prisonnier du passé. Ignorant la nostalgie, indifférent à sa trace personnelle dans l’Histoire, il vit dans le présent et pour l’avenir ; l’audace, ensuite. S’il ne dédaigne pas la ruse ou le compromis, il porte le fer aussi loin que les circonstances le permettent; l’intérêt pour les questions militaires, enfin, qui lui donne un puissant levier pour engager la force à bon escient.

Extrait de "Chefs d'Etat en guerre" du général Henri Bentégeat, publié aux éditions Perrin.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 21/01/2019 - 22:19
Naufrage
Chirac pour lequel j'ai voté à une certaine époque s'est avéré être une planche pourrie, profiteur hors classe des avantages de l'Etat Français, comme ce Toubon qui , il y a quelques décennies député à Paris, à l'époque vrai homme de droite, pas encore vieux bobo politiquement très tendance comme maintenant. Pour certains, la vieillesse est un naufrage, mais un naufrage très, très confortable.
Phlt1
- 21/01/2019 - 12:44
Ah.?.!!!
Je retiendrai de Chirac les éléments suivants: il met sa carrière au dessus des intérêts de la France lorsqu'il est 1er Ministre de Giscard. Puis il trahit son camp en 1981 en faisant sciemment élire Mitterrand, Mitterrand qui trouve la France en parfaite santé et qui la rendra terriblement endettée. Elu en 1995, Chirac est incapable de mener une politique de rénovation de la France, cède le pouvoir aux socialistes qui vont définitivement couler notre pays: 1/ Jospin accepte l'octroi de numéros de sécurité sociale sur de simples photocopies, ce qui crée au moins 2 Millions de faux comptes, généralement attribués à des immigrés illégaux et qui coutent aujourd'hui 14 Milliards/an aux français, 2/ Jospin accepte les 35 heures et RTT qui détruisent le travail en France et la compétitivité française. Ensuite les français votent Le Pen en 2002, et Chirac, plutôt que de comprendre le message, nomme Raffarin 1er Ministre, ou le triomphe du politiquement correct, autre facteur de l'écroulement de notre pays. Enfin, les français votent contre l'Europe en 2005, en réalité contre...Chirac.!. Chirac fut le pire des présidents pour la France, sans compter son soutien à...Hollande. A part l'Irak.