En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Capture / AFP TV
Amateurisme
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Cherif Chekatt
Publié le 16 janvier 2019
De graves dysfonctionnements sont peu à peu révélés, mettant en cause la compétence de l'exécutif, et ce jusqu'aux plus hauts échelons.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De graves dysfonctionnements sont peu à peu révélés, mettant en cause la compétence de l'exécutif, et ce jusqu'aux plus hauts échelons.

A Strasbourg, le 11 décembre passé, Cherif Chekatt sème la mort au très symbolique - Europe, christianisme - marché de Noël. La nuit même, le ministre de l'Intérieur et son secrétaire d'Etat sont face aux médias et à des Français traumatisés - un attentat de plus ! Une cible encore trop prévisible, cinq morts, 11 blessés. Or l'amateurisme des ministres trahit une sévère ignorance de ce qu'est le réel terroriste de 2015-2020.

M. Castaner, d'abord. Pas besoin d'expertise morpho-psychologique (l'art de chercher la personnalité sur les traits du visage) pour saisir que la brutale franchise n'est pas son fort. Mais cette négligente com' visant à évacuer la patate chaude... "Rien n'indique, dit M. Castaner, que Chekatt ait été intégré dans un réseau". L'hurluberlu Chekatt a piqué une crise sous le coup d'une arrestation, basta.

Pire encore pour Laurent Nunez - pourtant quinze mois durant patron de la DGSI, notre outil national antiterroriste ". "Prudence" ! dit M. Nunez - les motifs de Chekatt sont peu clairs...Ce radicalisé n'a jamais été connu pour des délits liés au terrorisme". Autre essai de défausser Castaner-Nunez : d'un seul coup, un enragé sème la mort... Message subliminal : comment deviner ? C'est imparable, rien n'y aurait fait, etc.

Cinq semaines plus tard, voici les faits :

- Chekatt n'était en rien dans le coup de tête, mais préparait bien un attentat - mûrement réfléchi de longs mois.
- Dès 2015, il confiait à un codétenu vouloir partir en Syrie ou mourir en martyr. Idem à l'été 2018 où il disait à sa famille songer au martyre.
- A l'automne 2018, Chekatt cherchait des armes, dans des milieux de trafiquants - notoirement truffés d'indicateurs et, d'usage, surveillés par la police dont c'est l'une des missions traditionnelles.
- En novembre 2018 - un mois avant l'attentat - il avait enregistré sa vidéo d'allégeance à l'Etat islamique.

Or Chekatt, fiché S11 (niveau bas) était "surveillé" par l'antiterrorisme - à qui ces cumulatifs signes précurseurs d'un attentat ont échappé.

Reste le plus grave, sujet sur lequel, avec le préfet de Strasbourg, les deux ministres font silence et balaient la poussière sous le tapis. Ce, en complicité active de "journalistes" - de fait supplétifs du service de presse de l'Intérieur, d'où ils tirent des "informations", publiées ensuite au coup de sifflet.

Revenons sur l'attentat.

- Le 11 décembre, Chekatt échappe aux contrôles d'accès à la zone "sécurisée" du marché de Noël. Son sac contient un imposant revolver d'ordonnance 1892 (± 1kg., canon, 24 cm.), des munitions et un poignard,
- Absent le matin même de chez lui, Chekatt, est signalé par les gendarmes comme fugitif-dangereux, avec signalement et photo. Fiche d'alerte postée ensuite sur les terminaux et tablettes des forces de l'ordre.
- Vers 18h50, une de nos sources passe le pont du Corbeau (couvert par une puissante caméra de surveillance) vers la rue du Vieux marché aux poissons. Des policiers surveillent l'accès, près d'une camionnette où un terminal peut vérifier en direct les identités suspectes.
- A 19h47 selon nos sources, Chekatt passe à cet endroit même : de là, au centre-ville et au Marché de Noël, où il déclenche la tuerie.
- Comment Chekatt accède-t-il avec ses armes au centre-ville ? Le contrôle à l'orée de la rue du Vieux marché aux poissons était-il en place à 19h47 ? Sinon, pourquoi - quand le marché de Noël ouvre jusqu'à 20h., une surveillance s'imposant donc jusqu'à 20h 30, que le marché soit enfin fermé et vide.

Affaire grave : 5 morts, 11 blessés sont évités si le contrôle persiste et que Chekatt y est bloqué. MM. les ministres et M. le préfet daigneraient-ils répondre à cette importante question ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 16/01/2019 - 23:02
Encore et encore
L'attentat de Nice un 14 juillet pendant l'état d'urgence était imprévisible, le terroriste s'était radicalisé en un bref laps de temps et ne pouvait pas être repéré, et il est impossible d'arrêter un camion... 86 morts et des centaines de blessés.
Le ministre d'alors (Cazeneuve), le préfet du département, les services anti-terroristes, les élus de la ville... tous hors de cause. La faute à pas de chance.
Tant qu'on ne traduira pas ces irresponsables et ces incompétents (en résumé, ces salauds) en justice, ça continuera.
assougoudrel
- 16/01/2019 - 11:28
Castaner et sa bande
de "traîne ton cul par terre" comme des chiens qui ont des vers étaient plus occupés par d'autres "terroristes", les Gilets Jaunes. Il fallait leur enlever leur masque de leur coffre de voiture pour être mieux gazés. On ne peut pas être partout à la fois. Heureusement que les islamistes sont indulgents avec Macron et que le gros Hollande n'est plus à la tête du pays sinon la population serait en deuil permanent.