En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Master of ceremony
Emmanuel Macron surestime-t-il sa capacité à retourner la salle ?
Publié le 16 janvier 2019
A Bourgtheroulde, à défaut de rencontrer les Gilets jaunes, Emmanuel Macron a tenté de convaincre un parterre d'élus.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Bourgtheroulde, à défaut de rencontrer les Gilets jaunes, Emmanuel Macron a tenté de convaincre un parterre d'élus.

Emmanuel Macron arrivera-t-il à retourner l'opinion en sa faveur avec le Grand Débat qui tient du "seul contre tous"? L'exercice auquel il s'est livré devant quelque six cent maires de Normandie avait quelque chose de bluffant, tant par sa durée que par la précision des réponses apportées à ces édiles venus déposer les premiers Cahiers de Doléances, et s'en faire les porte-voix, mêlant les récriminations de leurs administrations à leurs propres tracas  d'élus. Car cette réunion marquait le lancement du Grand Débat, une séquence imaginée pour tenter de venir à bout de la crise née du mouvement des Gilets Jaunes qui secoue la France depuis le mois de novembre. Le Chef de l'Etat voudrait que cet exercice (- qu'il va reproduire dans toutes les régions), soit le prélude à "l'Acte 2 du mandat", manière de reconnaître que le quinquennat est actuellement en panne. Positivant, il pense et espère que "Nous pouvons faire du moment que traverse la France une chance".

Après avoir écouté les interventions des édiles de communes de l'Eure, de Seine-Maritime, de l'Orne, on imagine que la synthèse qui, dans deux mois consignera les doléances au plan national, ressemblera beaucoup à celles qu'ont exposé les maires ruraux normands: des problèmes liés à l'éloignement de grands centres urbains, avec l'absence de transports en commun, de l'absence de soins médicaux de proximité liés aux départs en retraite d'une génération de médecins généralistes qui ne trouvent pas de successeurs ou à la fermeture de maternités ; des problèmes budgétaires provoqués par la baisse des dotations de l'Etat, des tracas administratifs de tous ordres engendrés  par la loi NOTRe (sur les collectivités territoriales votée sous le mandat de François Hollande ). Une quarantaine d'interventions réparties en deux séquence de questions. A son arrivée Emmanuel Macron avait prévenu l'assistance:" J'ai tout mon temps". Il l'a pris, bien au delà de ce qu'on attendait puisqu'il a pris la parole pendant près de  trois heures au cours de cette séquence qui  a duré de 15H à 22H30. Toujours dans le registre de la séduction, percutant, sans jamais se départir  de son style direct ("Je suis comme ça, je ne changerai pas "), alternant humour et autodérision "On veut toujours trouver un coupable...j'ai le sentiment de remplir ce rôle, et je l'assume", et  sans démagogie lorsqu'il refuse de se prononcer contre la fermeture de la  maternité de Bernay, en lançant au maire : "Je ne suis pas sur que vous enverriez votre épouse accoucher dans cette maternité". Tout en affirmant que l'ISF n'est pas un "tabou, ni un totem", il en conteste le rétablissement avec une réplique qui fera date "Il ne faut pas raconter de craques, c'est pas parce qu'on rétablira l'ISF que les gilets jaunes iront mieux, c'est de la pipe", et concède que la suppression de l'ISF doit être "évaluée, et si les mesures sont contre-productives, elles seront corrigées". Il se veut pragmatique face aux protestations contre les 80km/heure  qui décidément ne passent pas dans les campagnes: la mesure sera elle aussi "évaluée". On cherche la porte de sortie. Questionné sur le Référendum d'Initiative Citoyenne , il a (déjà), livré son point de vue -négatif :"si on revient tous les matins sur ce que les parlementaires ont déjà voté,  le référendum d'initiative citoyenne tue la démocratie parlementaire" , lance-t-il, tout en reconnaissant qu'une "réflexion sur nos différentes formes de démocratie" avait sa place dans le Grand Débat. Celui-ci ne fait que commencer et ses contours sont encore flous. En multipliant les réunions avec les maires, Emmanuel Macron arrivera vraisemblablement à se réconcilier avec une partie de ces corps intermédiaires auxquels il a apporté si peu de considération depuis son arrivée à l'Elysée. Mais ces rencontres seront-elles suffisantes pour recréer du lien avec les Français dans leur ensemble? Et surtout, en apportant des réponses précises au fil des réunions organisées dans les régions, Emmanuel Macron  laisse-t-il encore de la place aux discussions dans les Mairies ou les Salles des Fêtes ? Avec ces rencontres multiples , il conforte l'idée que le Grand Débat ne peut  se dérouler qu'avec lui seul, voire qu'il  est déjà forclos , laissant le champ ouvert à ceux qui en contestent l'utilité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 16/01/2019 - 20:15
Des sous!
J'ai écouté les questions de quelques maires. En fait ce qu'ils veulent c'est plus de dépense publique à leur propre usage et à celui de leurs électeurs. Ils n'ont toujours pas compris qu'ils dépensent déjà trop et que la dépense publique est une des causes de la baisse du pouvoir d'achat. Si le "grand débat" vole aussi haut que leurs questions, Macron est tranquille, il n'en sortira qu'un tissu d'incohérences, comme d'habitude.
jurgio
- 16/01/2019 - 15:55
Autosatisfaction
On pourrait se demander si l'auditoire n'avait pas été pré-choisi. Il semble plutôt qu'on ait comme applaudi un enfant qui venait de terminer une comptine, même en ayant chanté faux.
assougoudrel
- 16/01/2019 - 15:35
J'ai vu une bande de moutons et de
brebis dans une étable avec un berger prêt à les tondre. Ils bêlaient de contentement; pas sûr que ça rassure et beaucoup de citoyens ne se déplaceront pas pour écrire leurs doléances après un spectacle aussi affligeant. Il y avait même une qui réclamait théâtralement plus de compassion pour les migrants et insistait sur le "vivre ensemble". Cela se terminera en eau de boudin.