En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Valery HACHE / AFP
Grand débat
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
Publié le 15 janvier 2019
A l’exception de quelques figures médiatiques modérées tels Jacline Mouraud ou Benjamin Cauchy, la lettre d’Emmanuel Macron aux Français a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par les Gilets jaunes comme le révèlent les sondages d’opinion ou les reportages sur le terrain.
Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Ferjou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’exception de quelques figures médiatiques modérées tels Jacline Mouraud ou Benjamin Cauchy, la lettre d’Emmanuel Macron aux Français a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par les Gilets jaunes comme le révèlent les sondages d’opinion ou les reportages sur le terrain.

A l’exception de quelques figures médiatiques modérées tels Jacline Mouraud ou Benjamin Cauchy, la lettre d’Emmanuel Macron aux Français a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par les Gilets jaunes comme le révèlent les sondages d’opinion ou les reportages sur le terrain.

Mais si on s’est beaucoup concentré ces dernières semaines sur l’impuissance politique qui frappe le Président, l’heure sonne désormais de celle qui menace les Gilets jaunes. Le Grand débat national est une solution dont on peut douter de la capacité à recréer de la confiance et à construire une majorité sociologique de Français unis dans un diagnostic et un projet global commun. Les failles dans la méthode de consultation ou dans la prise en compte finale de ses conclusions sont multiples. Mais le Débat existe. La sincérité du gouvernement dans l’exercice se mesurera au fil de l’eau mais quelle autre solution peut-il exister à court terme maintenant que les dés sont jetés et que le Grand débat, tout critiquable qu’il soit, est la voie choisie par le gouvernement ?

La crise de défiance qui ravage la société française est tellement profonde que c’est un peu comme si nous étions dans la phase sans culotte de la Révolution. Mais celle-ci n'a-t-elle pas trouvé sa résolution dans la violence de la Terreur ?

Lire aussi : Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes

Sur quels scénarios politique en leur faveur pourraient compter les Gilets jaunes à court voire moyen terme ? A priori aucun...

Soit la violence continue et la France s’enfonce dans le chaos, auquel cas il y aura un réflexe légitimiste en faveur d’Emmanuel Macron. Et si lui n’en bénéficie pas, un général ou une figure d’autorité (voire autoritaire) quelconque finira par incarner le parti de l’ordre. Car la France est un pays trop riche pour que ceux qui ont à perdre quelque chose ne finissent pas par s’allier contre le chaos, qu’on le prenne sous l’angle de l’ordre public ou de l’atteinte-même relativement limitée- au fonctionnement de l’économie.

Au-delà de la colère ou de la défiance envers le pouvoir, le refus de participer au Grand débat pourrait avoir un sens stratégique, un peu à l’image d’une majorité qui gagnerait des législatives après une dissolution et refuserait d’envoyer un premier ministre pour jouer la crise de régime et la démission du président.

Mais si le souhait des Gilets jaunes de voir Macron dissoudre l’Assemblée ou même démissionner se réalisait, les probabilités qu’ils se retrouvent avec un nouveau pouvoir 100% Gilets-jaunes compatible sont faibles. La lettre aux Français de Laurent Wauquiez ne semble pas avoir déclenché un mouvement d’adhésion massif aux Républicains et le RN comme La France insoumise souffrent toujours des mêmes plafonds de verres, à la fois dûs aux failles ou défauts personnels de leurs dirigeants et à la mécanique institutionnelle française.

Le mode de scrutin français et les rapports de force politiques actuels empêchent d’imaginer une alternative solide au parti des « modérés » à court terme. Aucun parti en effet ne peut être plus fort que Macron en étant seul -ou que quiconque incarnant la position centrale de l’échiquier politique français. Or il se trouve qu’aucune alliance n’est possible -ou souhaitée par les impétrants- en l’état, que cela concerne le RN et la LFI, le RN et LR, la LFI et la galaxie de la gauche issue de l’explosion du PS. Une partie du caractère explosif de la crise se trouve d’ailleurs dans cet état de congélation forcé des lignes politiques. La révolution En marche devait refonder le système, elle l’a mené dans une impasse.

D’autant que les oppositions se sont montrées incapables de proposer de nouvelles offres politiques adaptées au monde dans lequel nous vivons. A défaut de pouvoir miser sur des alternatives crédibles, les élections nationales à venir -celles qui ont un vrai impact immédiat et perceptible sur le quotidien des électeurs, pas celles qui peuvent servir de défouloir comme les Européennes- verront probablement une majorité relative de Français se mobiliser pour sauver un système auquel plus grand monde ne croit mais qui bénéficie de la prime à l’évitement du grand saut dans l’inconnu.

Dernier scénario possible en théorie mais quasi inimaginable dans la réalité tant LREM est politiquement faible dans son personnel comme dans son offre idéologique : le putsch au sein de la majorité qui contraindrait Emmanuel Macron au changement malgré lui.

L’une des revendications centrales des GJ porte sur une exigence de dignité. Dans leur majorité, ces Français qu’on n’entendait plus ne revendiquent pas un accroissement de l’Etat providence qu’ils voient déjà podagres. Ce qu’ils veulent n’est pas la réforme incrémentale ou cosmétique du modèle économique et social dans lequel nous sommes installés mais sa refondation. Son changement profond afin de retrouver la capacité à vivre de leur travail sans dépendre de transferts sociaux et sans voir leurs adresses les condamner à un destin de seconde zone, tant l’éloignement des centres-villes des grandes agglomérations exclut du dynamisme de l’économie mondialisée et de l’accès au meilleur des services publics.

On s’en souvient, en Espagne, seul le manifeste « Prendre les choses en main : convertir l'indignation en changement politique » publié sur un journal en ligne près de 3 ans après l’occupation de la Puerta Del Sol a permis de donner aux Indignados un débouché politique avec la création de Podemos sur une ligne proche de l’extrême-gauche. 5 ans plus tard, le mouvement a trouvé d’autre issues, de centre-droit (Ciudadanos) ou d’extrême-droite (Vox). Mais il a fallu l’implication de figures, intellectuelles ou politiques venues des élites... Qui serait en état de le faire aujourd’hui ? Comme l’a montré l’étude du Cevipof, l’état de pourrissement du système politique est tellement avancé qu’aucune figure établie ne parvient plus à être émetteur de confiance.

En attendant, non pas Godot, mais la maturation du mouvement des Gilets jaunes, la rage seule ne fera pas gagner beaucoup plus aux Gilets jaunes que ce qu’ils ont déjà obtenu. Aucune baguette magique n’existe, il faudra du temps avant le retour à une société de la décence véritablement soucieuse de l’humain et dans laquelle seraient gommés les effets pervers des disruptions de l’économie numérique ou les excès du capitalisme financiarisé et de la concurrence déloyale générée par des traités ou des pratiques de libre-échange mal négociés.

Qui d’Emmanuel Macron ou des Gilets jaunes atteindra le premier la maturité politique et la capacité à être intelligent pour deux ? La question est certainement provocatrice mais elle est ouverte.

Quoique veuille en reconnaître le chœur des indignés des atteintes à l’ordre établi, c’est bien la violence qui a commencé à débloquer le système français. N’attendons plus qu’il en faille plus pour aller au-delà. Le gouvernement se piègera lui-même et nous piègera tous s’il mène le Grand débat dans un objectif cynique de sortie de crise à son profit exclusif. Mais les Gilets jaunes ne rendront service à personne et certainement pas à eux s’ils s’enferment dans la logique stérile du tout, tout de suite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 15/01/2019 - 18:32
Face au système Macron,
Face au système Macron, composé de milliardaires contrôlant en totalité le système médiatique, les Gilets Jaunes n(ont aucune chance de succès à terme. Ces braves gens émotifs ont des cerveaux fragiles . Facilement intoxiqués qu'ils sont par la propagande des artistes en communication de la presse écrite ou numérique, et recrutés à prix d'or, donc disciplinés, ces Gilets Jaunes sont des braves gens vulnérables à toute formes de propagande.
Et citons donc un seul mouvement populaire sorti victorieux d'une révolution ou d'une émeute? Très vite récupéré par des malins qui souvent les ont manipulé, ils génèrent en général des systèmes totalitaires. La question à se poser, c'est de savoir quel régime ces milliardaires des médias qui soutiennent Macron , veulent installer pour régenter ces pauvres "populistes"....
lasenorita
- 15/01/2019 - 13:36
La déception des Français.
Les GJ et les Français (qui les soutiennent) sont déçus des propositions de Macron! Celui-ci ne les tranquillise pas sur ce qui les préoccupe...Le racket fiscal va CONTINUER ,l'écologie n'est qu'un prétexte pour nous imposer davantage de taxes voir https://www.lajauneetlarouge.com/aricle/le-rechauffement-climatique-une-escroquerie#.XCSKQsTQh2Q....les scientifiques doutent de l'influence réelle de l'homme sur le climat.. D'autre part, Macron va CONTINUER à accepter des ''migrants'' puisque l'UE l'oblige à le faire...tant pis pour la ''sécurité'' des Français.. En 2018:plus de 1300 SDF sont morts dans la rue tandis que les ''clandestins'' musulmans ''étrangers'' sont logés, nourris, soignés gratuitement...et que certains retraités, étudiants, travailleurs doivent payer des mutuelles et hésitent à se faire soigner... Avant 1962,date de ''l'indépendance'' de l'Algérie, les femmes pouvaient sortir, seules, le soir, sans se faire agresser, on ne leur volait pas leur sac et leurs bijoux, on pouvait laisser ses bagages dans les consignes des gares, nos maisons n'étaient pas cambriolées, on ne vendait pas de la drogue à nos enfants, ceux-ci n'étaient pas rackettés dans les écoles, etc...
Ganesha
- 15/01/2019 - 11:06
Défouloir ?
J'ai ressenti pas mal de désaccords avec les points de vue exprimés dans cet article !
Une expression m'a particulièrement choqué : ''les Européennes seront un Défouloir'' !
Hier, lundi, le très jeune ''tête de liste'' du Rassemblement National affrontait J.J. Bourdin sur BFM-TV.
Malgré les interruptions et les provocations du journaliste vedette, Jordan Bardella, 23 ans, ne s'est pas laissé enfermer dans un simple commentaire du mouvement ''Gillets Jaunes''... et la condamnation de son ''épouvantable'' violence !
Face à Bourdin, il est parvenu à exposer le programme de son parti pour le scrutin du 26 Mai.
En fait, c'est sur ce texte que va réellement porter le fameux ''Grand Débat'' durant les prochains mois !