En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 43 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 16 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 36 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 11 sec
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 13 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Disraeli Scanner

La politique est chose trop sérieuse pour être laissée aux dirigeants

Publié le 07 janvier 2019
Depuis quelques semaines, j’hésite, quand je regarde les informations françaises, entre un certain amusement immédiat et le sentiment angoissant qu’au train où vont les choses, la situation sera d’ici quelques mois hors de contrôle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques semaines, j’hésite, quand je regarde les informations françaises, entre un certain amusement immédiat et le sentiment angoissant qu’au train où vont les choses, la situation sera d’ici quelques mois hors de contrôle.

Londres, 

6 janvier 2019,

 

Mon cher ami, 

 

On ne provoque pas tous ses ennemis à la fois 

La Schadenfreude, la joie que l’on éprouve devant le malheur des autres, n’est pas assez distinguée pour être britannique; il n’empêche qu’il m’est arrivé souvent de sourire ces derniers temps. Où est passée la superbe du président jupitérien? L’actuel hôte de l’Elysée avait une fâcheuse tendance à faire la leçon aux Français quand il était en déplacement à l’étranger et à morigéner les dirigeants du monde qui n’ont pas l’heur d’être mondialistes une fois revenu en France. L’une des règles de base de la politique, c’est que l’on ne combat qu’un ennemi à la fois. Bonaparte excellait à diviser ses adversaires coalisés pour les écraser un par un; Macron, lui, a petit à petit coalisé tout le monde contre lui. Il ne reste que LaREM, loin d’être aussi éprouvée au feu que la Garde impériale. Et puis, à vrai dire, on est étonné du nombre de départs dans le cercle rapproché, depuis le déclenchement de l’affaire Benalla: Jacques Attali, Gérard Collomb, Sylvain Fort....Quant à l’étranger, je n’ai pas besoin de souligner la cruauté des tweets de Donald Trump, par exemple quand il se réjouit que son ami Emmanuel ait enfin compris que la fiscalité imposée au nom de l’Accord de Paris était une mauvaise chose; ni le mépris silencieux de Vladimir Poutine; ni le sourire en coin de Victor Orban ou le rire franc et sonore de Matteo Salvini. Sachez juste qu’il y a un sujet politique qui réconcilie  Remainers  et Brexiteers: le soulagement de ne plus entendre le président français faire la leçon à la perfide Albion. 

 

Protéger le président de lui-même 

L’amusement, cependant, ne dure pas longtemps. J’ai été proprement effaré par la dénonciation de la « foule haineuse » dans les voeux présidentiels, ainsi que par le retour d’un discours consistant à défier l’adversaire. Trois semaines plus tôt, votre président avait semblé amorcer un tournant; on pouvait lui laisser le bénéfice du doute: les mesures annoncées n’étaient qu’un début de réconciliation avec les Français. Eh bien ! Chassez le naturel.....L’année 2018 a été terminée par une sorte de réédition du «Qu’ils viennent me chercher ! » de juillet dernier, en pleine affaire Benalla. Et Benjamin Griveaux, saint-jean-bouche-d’-or (ce que ne devrait jamais être un porte-parole du gouvernement), lâchait deux jours avant ce que vous appelez le 8è acte de la crise des Gilets Jaunes: « Rien ne nous déviera de notre volonté de changement et de transformation. Aucun conservatisme ne s’y opposera, sur la réforme constitutionnelle comme sur tous les autres sujets ». Le Hashtag #ConseilDesMinistres n’aurait même pas été nécessaire pour que l’on se doute que c’était du Macron dans le texte. Mais le propre d’un porte-parole n’est-ce pas de savoir distinguer entre ce qui doit rester confidentiel et ce qui peut être porté à la connaissance de l’opinion publique? En particulier dans la conjoncture actuelle, ne s’agit-il pas de protéger votre président de lui-même? 

 

A force de ne pas prendre un mouvement au sérieux, il devient insurrection 

J’ai regardé, comme chaque samedi depuis huit semaines, les images diffusées depuis Paris. Après le creux de Noël et du Nouvel An, la mobilisation a repris. Quand on regarde depuis l’autre côté de la Manche, on sent, peut-être plus vite que les Français plongés dans le chaudron, que la situation est hors de contrôle pour le gouvernement. Il est absolument impensable, dans un cadre politique normal, que l’Etat soit incapable d’imposer des trajets de manifestation; que l’on puisse assister, semaine après semaine, à une montée de la violence dans la capitale et, relativement, dans quelques villes de province. Certes, l’intrusion dans le siège du porte-parolat du gouvernement, samedi, rue de Grenelle, a un rapport direct avec la déclaration de Benjamin Grivaux que j’évoquais à l’instant. Mais qui va-t-il falloir incriminer? Ceux qui ont fait cela seront-ils assimilables à un mouvement politique donné? Le gouvernement ne comprend pas comment les tentatives d’assimilation à de l’extrême (surtout de droite) qu’il a essayé d’imprimer dans les esprits n’a pas eu plus d’effet. L’intimidation mise en oeuvre avec une indéniable brutalité par la police avant Noël n’a apparemment pas dissuadé des milliers d’individus de se remettre “en marche”, de manière imprévisible, dans les rues de Paris, comme pour mieux narguer le chef de l’Etat. Les opérations d’évacuation des ronds-points n’ont pas été menées à leur terme, tant le décalage est évident entre le caractère pacifique des installations, l’endurance des individus, une solidarité profonde, qui défie l’analyse politique habituelle, d’une part, et le degré de violence qu’il faudrait déployer pour véritablement se débarrasser de toutes les bivouacs de Gilets Jaunes. 

Vos commentateurs cherchent des tas de raison pour expliquer la situation; ou plutôt ils essaient de plaquer des mots sur la réalité. Les uns pensent que le gouvernement devrait être encore plus ferme; et reprochent à l’opposition (laquelle?) de n’avoir pas plus fermement condamné la violence de samedi. D’ autres attendent beaucoup de la grande consultation lancée sous la conduite de Chantal Jouanno. D’autres encore se réjouissent que la consultation en ligne du CESE ait fait tomber des masques: la Manif pour Tous a réussi à faire passer sa demande d’abrogation de la loi Taubira au premier rang des revendications. Tout cela n’est pas très sérieux. Le plus instructif était de regarder les débats sur vos chaînes d’information continue samedi soir. Je pense par exemple à tel député LREM qui faisait l’éloge à un Gilet Jaune éberlué du changement de carrière à 45 ans; ou bien à telle représentante de la majorité présidentielle qui expliquait avec gravité que la République avait été attaquée sans détours lors de cet improbable acte VIII et enchaînait en nous promettant une énorme contre-manifestation.... à la fin du mois. En fait, en écoutant bien, on se rend compte qu’à présent encore, malgré deux mois d’insurrection de moyenne intensité, les représentants du gouvernement et de sa majorité soit ne comprennent pas ce qui est en jeu soit continuent à ne pas prendre le mouvement au sérieux. 

 

Comme Xerxès vaincu, faire fouetter la mer? 

Il s’agit bien entendu d’une tendance qui n’est pas seulement française. Partout où les peuples se réveillent, le déni de réalité des élites s’est installé: aux Etats-Unis les Démocrates sont persuadés qu’ils vont battre Trump sur son terrain, celui de la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique; en Grande-Bretagne, le débat sur le Brexit au sein de la classe politique est de plus en plus détaché de la réalité. En Allemagne, l’hystérie contre l’AfD grandit au fur et à mesure que tombent les informations sur les violences déclenchées par des “réfugiés” de 2015-2016. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou en Allemagne, nous avons les sondages pour confirmer que les résultats électoraux de 2016-2017 n’étaient pas des accidents de parcours. Ce qui est intéressant en France, c’est que l’élection de 2017 avait produit un résultat allant contre la réalité socio-économique du pays; et que, du coup, le peuple français a commencé de donner son opinion, non seulement par sondages interposés mais concrètement, dans un mouvement qui ressemble à un fleuve durablement sorti de son lit. Les gouvernants constatent l’étendue des inondations; ils sont obligés de ramer pour se déplacer dans un paysage inhabituel; mais expliquent que tout rentrera bientôt dans l’ordre - comme si le fleuve, lorsqu’il se retirera, ne devait pas laisser des dégâts considérables. Et puis imaginons que la crue dure encore des semaines. Que va faire le gouvernement? Tel Xerxès après la perte de la bataille navale de Salamine, faire fouetter l’eau pour la punir? 

 

“Ce soir l’Elysée tombera: des assemblées à la place! ”

Mon cher ami, avez-vous entendu la réécriture du Chant des Partisans imaginée par les habitants de Commercy? Etonnante résurgence:


Ami, entends-tu le vol noir de la finance sur nos payes? 

Ami, entends-tu la souffrance populaire sans pareille? 

Ohé villageois, citadins et banlieusards, c’est l’alarme !

Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes !

 

Sortez des bureaux, des cuisines et des usines, Gilets Jaunes.

Sortez les palettes, braseros, les barricades, Gilets Jaunes

Ohé travailleurs, les chômeurs, les étudiants venez vite !

Ohé les sans dents, les fainéants, les illettrées tout de suite!

 

C’est nous qui trimons pour une paie de misère.

Les taxes qui nous pressent, les très riches qui s’engraissent, la galère !

Il y a des villas où les riches au creux des lits font des rêves.

Ici nous Gilets Jaunes nous on craque et nous on sue, nous on crève!  

 

Ici on s’entraide, on se relaie sur les routes, on s’écoute.  

On se sent moins seuls dans la lutte, tous unis, coûte que coûte.

Ce soir l’Elysée tombera: des assemblées à la place!

Chantons compagnons, le système tombera, plus de classes!

 

Ami entends-tu les oiseaux des jours heureux qui se lèvent?

Ami entends-tu les murmures d’amour que l’on sème?

 

Dans ses ouvrages sur la “France périphérique”, Christophe Guilly partait de l’idée que cette partie de la nation écartée des décisions s’était isolée, avait développé ses propres représentations, se refermait sur elle. Nous constatons plutôt en écoutant ce texte une étonnante capacité à renouer avc le passé de la nation, avec son idéal révolutionnaire. Le point de vue de Guilly arrangerait bien les gouvernants. Mais en face d’eux, ils n’ont pas une populace atomisée. Ils ont un peuple, au sens politique, en train de se réveiller. La langue française est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. Le passé de la nation est une arme très puissante; il est le grand égaliseur, qui permet à des gens sans diplôme de faire taire des énarques sur les plateaux de télévision.  Mon cher ami, vous autres Français êtes en train de redécouvrir que la politique est chose trop importante pour être laissée aux dirigeants !  

 

Bien fidèlement

 

Benjamin Disraëli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 07/01/2019 - 19:19
la bonne phrase (paraphrase de Clémenceau)
" La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires » Clémenceau
La politique ! C'est chose trop grave pour la confier aux politiciens .
BienVu
- 07/01/2019 - 14:11
Clone ? Vraiment ?
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880. Donc, en son temps et dans son pays, il faisait partie de l'élite de l'élite. Peut-être plus "intelligent" que nos dirigeants (il ne s'agit pas uniquement de la France) d'aujourd'hui. Il n'empêche ! Faisait-il alors, comme son clone d'aujourd'hui, de la démagogie à la puissance dix ? sans doute pas car sa réputation n'aurait pas ainsi traversé les siècles.
zen-gzr-28
- 07/01/2019 - 13:06
LaREM et le PR
sont intelligents, subtils, technocrates...pas question de les contredire ! Pourtant s'ils aimaient vraiment leur Nation, les français... avec leurs tripes, leurs discours, leurs actes très souvent à côté de la plaque seraient autres ! ! Chacun, avec once d'humilité, beaucoup de bon sens, de considération, surtout une prégnante notion du service à rendre perdrait peut-être la super arrogance, le mépris du sachant tout... qui rate presque tout. Maintenant, comment régler le manque d'expérience pour beaucoup d'éléments de ce gouvernement , le manque d'exemplarité, de compétence ??????