En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Le roi est nu
Technos ou bad boys : qui Emmanuel Macron a-t-il le plus intérêt à écouter pour sauver son quinquennat ?
Publié le 02 janvier 2019
Indépendamment des dérives auxquelles ils se sont livrés dans leur actions, Alexandre Benalla et Joachim Son-Forget ont montré qu’ils avaient conservé un instinct politique les rangeant parmi les rares interlocuteurs capables de rappeler certaines vérités à Emmanuel Macron.
Jean-Marc Boyer est diplômé de Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Il a commencé sa carrière en tant que commissaire contrôleur des assurances puis a occupé différentes fonctions à l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boyer est diplômé de Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Il a commencé sa carrière en tant que commissaire contrôleur des assurances puis a occupé différentes fonctions à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Indépendamment des dérives auxquelles ils se sont livrés dans leur actions, Alexandre Benalla et Joachim Son-Forget ont montré qu’ils avaient conservé un instinct politique les rangeant parmi les rares interlocuteurs capables de rappeler certaines vérités à Emmanuel Macron.

Atlantico : Dans un entretien accordé à Médiapart, Alexandre Benalla, ex-collaborateur d'Emmanuel Macron mis en cause dans une affaire de possession illégale de passeports diplomatiques a déclaré qu'Emmanuel Macron était "sous curatelle" et que c'est l'Elysée qui lui avait laissé les fameux passeports. Si l'Elysée l'a contredit, preuve à l'appui, sur les passeports, on peut se demander si d'une certaine façon, Alexandre Benalla n'avait pas de grande chance de décrire la vérité quand il parle de "curatelle". Faut-il envisager que les présidents français soient sous la coupe de leur entourage techno ?

Jean-Marc Boyer : Dans cette polémique, le terme curatelle est à un sens défiguré puisque le Président de la République n’a pas fait l’objet d’une telle mesure judiciaire de protection, dont il n’aurait d’ailleurs pas besoin. Cela apparaît plutôt une allusion à un personnel politique qui n’est pas en pleine possession de ses moyens, et qui serait soumis à l’assistance, au conseil et au contrôle de la haute administration.

Remettre la pyramide hiérarchique dans le bon sens (à savoir le politique fixant la stratégie et l’administration mettant en œuvre) supposerait que les corps d’état ne soient plus d’intouchables générateurs de normes fiscalo-administrées.
E. Macron a formulé 3 vœux, improbables dans ce cadre technocratique : la vérité (ce qui supposerait de sortir de l’opacité administrative), la dignité (plutôt que l’assistanat) et l’espoir (ce qui irait de soi si les résultats allaient dans le bon sens).


A quel point peut-on estimer que nos présidents sont des victimes de cet entourage ? Ou sont-ils des victimes consentantes ?

N. Sarkozy avait laissé entendre que sa marge de manœuvre était limitée par la technostructure. En revanche, F. Hollande et E. Macron, les deux étant liés notamment par J.P. Jouyet, sont issus du même moule. Ils ne se sont naturellement pas plaints de l’énarchie.

Les présidents de la 5ème république cumulent les fonctions de représentation régalienne et de décisions opérationnelles. Ce cumul est renforcé par le quinquennat, qui a transformé le Premier ministre en exécutant. Les présidents sont consciemment dépendants de l’administration, mais aussi inconsciemment, dans une sorte de syndrome de Stockholm.
Ils rappellent Puyi, le dernier empereur de Chine, désigné par la nomenklatura, faisant de la figuration en sa cité interdite, déconnecté des réalités et sporadiquement appelé à la démission.

Le résultat de la toute puissance de la fonction publique est que les tracasseries administratives, la dette et les dépenses publiques, les déficits et les prélèvements obligatoires, par conséquent l’insuffisante compétitivité, et donc le chômage de masse se poursuivent malgré les promesses électorales.


Si on s'en réfère au cas actuel, avec Emmanuel Macron, il semble qu'on aurait affaire à un Président qui s'appuieraient sur des personnalités peu sûres mais atypiques - type Alexandre Benalla, mais on peut aussi penser au défrisant Joachim Son-Forget - mais confierait sa politique (selon les dires de Benalla) aux personnalités plus "raisonnables" de son entourage techno. N'aurait-il presque pas intérêt à faire l'inverse - s'appuyer sur ses technos et retrouver un esprit plus "bad boy" dans son approche de la politique ?

Dans un processus centralisé et technocratique top-down, les politiques de terrain et LREM ne peuvent pas faire remonter les doléances de manière audible. Les gilets jaunes s’en chargent alors dans l’anarchie.

Initialement, l’entourage du Président avait été présenté comme constitué de techniciens intègres. Plusieurs ministres ont depuis lors quitté le gouvernement sur fond d’affaires, d’autres sont en sursis. Certains « techniciens » sont soupçonnés de conflit d’intérêt.

Transformer le pays –ce qui est le programme présidentiel- suppose de transgresser le conformisme en place. Comment diminuer la dépense publique quand on renvoie l’ascenseur à son ancienne entreprise ou à ses financeurs (Areva, SNCF, laboratoires pharmaceutiques, CDC, …) ? Il faudrait en effet des responsables qui pensent « outside the box ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 02/01/2019 - 16:24
Bad Boys
Ce ne sont certainement des "angelots" qui gravitent autour de JUPITER. Mais si quelques Bad Boys sont inévitables dans les arcanes du pouvoir, ce ne serait pas souhaitable qu'ils en soient la quantité dominante. Or, avec l'énigmatique Benalla, on ne peut s'empêcher de se poser des questions ni de supposer que la Cour des Miracles se soit installée rue du Faubourg Saint Honoré. Ce n'est pas parce que Jupiter a taillé ses "rouflaquettes" de mauvais genre qu'il s'est vêtu d'une couleur immaculée.
DANIEL74000
- 02/01/2019 - 15:59
et ou ou ?
Les deux plaies de notre pays sont les protégés y compris par une justice aveugle et aveuglée. Les vilains garçons et les technocrates échappent aux Lois et sont à la charge des contribuables. Faites payer les criminels, les prisons se videront. Exiger des locataires et utilisateurs de bien publics d'assurer la rémunération des services et les impôts diminueront. C'est cela la responsabilité§
Bobby Watson
- 02/01/2019 - 14:11
Sauver le quinquennat ?
A quoi bon ? Il est déjà perdu. Avec un président démonétisé. Ce n'est pas sa lettre qui va le sauver...