En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Bonnes Feuilles
Djihadisme : l'amour de la mort
Publié le 23 décembre 2018
Dans "En prison, paroles de djihadistes" (Gallimard), Guillaume Monod, pédopsychiatre explique que le rapport des djihadistes à la religion n’est pas tant théologique ou politique que mythologique, car l’État islamique incarne un mythe qui plonge ses racines aussi bien dans la géopolitique contemporaine que dans l’histoire millénaire de l’islam. Extrait 1/2.
Guillaume Monod est pédopsychiatre en région parisienne. Ancien contrôleur auprès du contrôleur général des lieux de privation de liberté, il continue de pratiquer en milieu carcéral pour une prise en charge des mineurs détenus et de leur famille. Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monod
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monod est pédopsychiatre en région parisienne. Ancien contrôleur auprès du contrôleur général des lieux de privation de liberté, il continue de pratiquer en milieu carcéral pour une prise en charge des mineurs détenus et de leur famille. Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "En prison, paroles de djihadistes" (Gallimard), Guillaume Monod, pédopsychiatre explique que le rapport des djihadistes à la religion n’est pas tant théologique ou politique que mythologique, car l’État islamique incarne un mythe qui plonge ses racines aussi bien dans la géopolitique contemporaine que dans l’histoire millénaire de l’islam. Extrait 1/2.

« Nous aimons la mort plus que vous n’aimez la vie » est un slogan attribué à Oussama Ben Laden, bien souvent considéré comme l’essence de la pensée djihadiste. Selon une interprétation convenue, il sert de principe d’action et de réflexion aux candidats au djihad, il résume leurs croyances religieuses et permet de distinguer ceux qui sont dans leur camp et ceux qui sont leurs ennemis. Comment peut-on comprendre ce paradoxe que la propagande des recruteurs pour le djihad insiste sur la nécessité pour le vrai croyant de donner sa vie pour la cause qu’il veut servir, alors que les candidats au djihad, dans leur grande majorité, ne veulent pas partir pour mourir mais pour vivre dans le pays qu’ils croient être le paradis terrestre ? Les djihadistes que j’ai rencontrés veulent une vie calme pour certains, héroïque pour d’autres, mais, pour la quasi-totalité, une vie terrestre et humaine. 

« Aimer la mort » ne doit pas être la définition et la totalité du projet djihadiste, qui se résumerait à l’acte terroriste de tuer les autres, au besoin en se suicidant. Se contenter de cela est résoudre le problème avant même de l’avoir posé. De la même façon qu’il n’y a pas de profil type du djihadiste, il n’y a pas de rapport type à la mort. Ces rapports sont tout aussi complexes et contradictoires que les raisons de partir pour le djihad. Les raisons de l’amour de la mort font écho aux motivations des candidats au djihad, elles sont tout aussi variées et complexes, peuvent être de tonalités négatives et positives, exprimer des rancœurs et des espoirs. Celui qui aime la mort, qu’il soit candidat au suicide ou tueur de masse avide de vivre, n’est pas nécessairement un barbare inculte qui aime la mort par simple goût pervers, comme le souligne George Steiner  : « Les bibliothèques, musées, théâtres, universités et centres de recherche, qui perpétuent la vie des humanités et de la science, peuvent très bien prospérer à l’ombre des camps de concentration […] Des hommes comme Hans Frank, qui avaient la haute main sur la solution finale en Europe de l’Est, étaient des connaisseurs exigeants, et parfois même de bons interprètes de Bach et Mozart. 

On compte parmi les ronds-de-cuir de la torture ou de la chambre à gaz des admirateurs de Goethe ou des amoureux de Rilke1 . » Aimer la mort peut se comprendre dans un rapport interindividuel et signifier aussi bien aimer sa mort qu’aimer la mort des autres, aimer tuer pour une cause qu’aimer l’idée de se faire tuer pour cette même cause. L’amour de la mort peut également se comprendre dans un rapport personnel, intime, non pas pour donner la mort (la sienne ou celle de l’autre) mais pour le plaisir de s’approcher aussi près que possible de cette épreuve ultime, qui procure des sentiments divers, complexes et intenses, tels que l’épreuve de sa propre virilité, le passage d’une étape initiatique permettant de rejoindre une fraternité de combattants, découvrir au travers de l’e†roi et par la fascination qu’il procure une compréhension nouvelle du monde et de la vie. 

Comprendre le slogan de Ben Laden nécessite avant tout d’accepter l’idée que « aimer la mort » signifie tout autre chose que « prendre plaisir à tuer », que ce qui est en jeu ne se limite pas à la sourance et à la cruauté. Le rapport suicidaire à la mort n’est pas un produit de la tradition des salafs salihs, qui ne pratiquaient pas l’attentatsuicide. Farhad Khosrokhavar et Olivier Roy ont abondamment étayé le fait qu’il s’agit d’un phénomène nouveau dans le monde islamiste, apparu en Iran lors de la révolution de 1979. « La tradition musulmane, si elle reconnaît les mérites du martyr qui meurt au combat, ne valorise pas celui qui cherche la mort délibérée, car elle empiète sur la volonté divine1 . » Les hadith racontent avec force détails que les compagnons de Mahomet, tout comme les chevaliers chrétiens qui partaient dans un élan religieux et héroïque pour les croisades, allaient se battre non pas pour mourir mais malgré ce risque, ils acceptaient de se sacrifier non pas en première intention, mais en dernier recours.

Extrait de "En prison, paroles de djihadistes", de Guillaume Monod, publié aux éditions Gallimard

Lien direct vers la boutique Amazon : ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
07.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/12/2018 - 02:23
Il est impossible « d’aimer la mort »
car l’amour est un échange entre êtres humains (eventuellement animaux, mais je n’y crois pas trop...) vivants. On n'échange rien d’autre que la possession et le pouvoir, par la mort: la mort est un pouvoir (affranchissement) sur la vie, une possession de soi, le « je peux mourir car j’ai suffisamment vécu » d’un homme comblé. Les terroristes vivent l’inverse: la frustration du pouvoir qui les amène à réclamer la mort, pour eux et pour les autres, le suicide collectif assumé par les complices objectifs des terroristes (les horribles mots de défaite des socialaud-Macronistes: « nous devons nous habituer à vivre avec le terrorisme » à comparer à ceux des socialistes français qui signèrent les accords de Munich avec le socialiste Hitler...). D’ailleurs , le carburant du pouvoir est l’érotisation, le désir de mourir, pour ceux qui perdent le pouvoir (support) de la vie. Tout ceci n’a rien à voir avec l’amour...
xenophon
- 23/12/2018 - 15:32
Un autre angle de perception
L'amour de la mort pour la mort? C'est à voir. La hantise qui se dégage de la récitation du Coran, c'est l'obsession du jugement dernier. Le Coran est le bréviaire de la préparation à cette épreuve ultime de la fin des temps. Certains sont exclus d' emblée (les mécréants), d'autres en sursis (dont les mécréants qui reconnaissent leur erreur), d'autres enfin sont déjà admis au Paradis "sur titres" (Parmi ceux-ci, les martyrs de la cause.). Et la rigidité du texte (dicté par Dieu, en Arabe) ne laisse aucune part à l'interprétation. On récite le Coran, on l'apprend par cœur ( certains sont capables de le réciter à l'endroit et à l'envers), on ne l'analyse pas. Le texte comporte suffisamment de versets parfois contradictoires pour que chacun puisse y trouver une partie de ce qu'il y cherche:.. tolérance en religion, massacre des "mécréants...Ce n'est donc pas précisément la mort que l'on recherche mais une forme de rédemption. Les Ulémas peuvent être des interprètes en cas de besoin, en pratiquant par exemple le Qiyas ( interprétation par analogie), Mais le particulier n'a aucune latitude pour ce lancer dans cette réflexion: il serait maudit à jamais et exclu définitivement du Paradis