En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 54 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 13 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 17 heures 2 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 18 heures 47 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 11 heures 38 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 13 heures 40 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 18 heures 54 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Bonnes Feuilles

Djihadisme : l'amour de la mort

Publié le 23 décembre 2018
Dans "En prison, paroles de djihadistes" (Gallimard), Guillaume Monod, pédopsychiatre explique que le rapport des djihadistes à la religion n’est pas tant théologique ou politique que mythologique, car l’État islamique incarne un mythe qui plonge ses racines aussi bien dans la géopolitique contemporaine que dans l’histoire millénaire de l’islam. Extrait 1/2.
Guillaume Monod est pédopsychiatre en région parisienne. Ancien contrôleur auprès du contrôleur général des lieux de privation de liberté, il continue de pratiquer en milieu carcéral pour une prise en charge des mineurs détenus et de leur famille. Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monod
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monod est pédopsychiatre en région parisienne. Ancien contrôleur auprès du contrôleur général des lieux de privation de liberté, il continue de pratiquer en milieu carcéral pour une prise en charge des mineurs détenus et de leur famille. Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "En prison, paroles de djihadistes" (Gallimard), Guillaume Monod, pédopsychiatre explique que le rapport des djihadistes à la religion n’est pas tant théologique ou politique que mythologique, car l’État islamique incarne un mythe qui plonge ses racines aussi bien dans la géopolitique contemporaine que dans l’histoire millénaire de l’islam. Extrait 1/2.

« Nous aimons la mort plus que vous n’aimez la vie » est un slogan attribué à Oussama Ben Laden, bien souvent considéré comme l’essence de la pensée djihadiste. Selon une interprétation convenue, il sert de principe d’action et de réflexion aux candidats au djihad, il résume leurs croyances religieuses et permet de distinguer ceux qui sont dans leur camp et ceux qui sont leurs ennemis. Comment peut-on comprendre ce paradoxe que la propagande des recruteurs pour le djihad insiste sur la nécessité pour le vrai croyant de donner sa vie pour la cause qu’il veut servir, alors que les candidats au djihad, dans leur grande majorité, ne veulent pas partir pour mourir mais pour vivre dans le pays qu’ils croient être le paradis terrestre ? Les djihadistes que j’ai rencontrés veulent une vie calme pour certains, héroïque pour d’autres, mais, pour la quasi-totalité, une vie terrestre et humaine. 

« Aimer la mort » ne doit pas être la définition et la totalité du projet djihadiste, qui se résumerait à l’acte terroriste de tuer les autres, au besoin en se suicidant. Se contenter de cela est résoudre le problème avant même de l’avoir posé. De la même façon qu’il n’y a pas de profil type du djihadiste, il n’y a pas de rapport type à la mort. Ces rapports sont tout aussi complexes et contradictoires que les raisons de partir pour le djihad. Les raisons de l’amour de la mort font écho aux motivations des candidats au djihad, elles sont tout aussi variées et complexes, peuvent être de tonalités négatives et positives, exprimer des rancœurs et des espoirs. Celui qui aime la mort, qu’il soit candidat au suicide ou tueur de masse avide de vivre, n’est pas nécessairement un barbare inculte qui aime la mort par simple goût pervers, comme le souligne George Steiner  : « Les bibliothèques, musées, théâtres, universités et centres de recherche, qui perpétuent la vie des humanités et de la science, peuvent très bien prospérer à l’ombre des camps de concentration […] Des hommes comme Hans Frank, qui avaient la haute main sur la solution finale en Europe de l’Est, étaient des connaisseurs exigeants, et parfois même de bons interprètes de Bach et Mozart. 

On compte parmi les ronds-de-cuir de la torture ou de la chambre à gaz des admirateurs de Goethe ou des amoureux de Rilke1 . » Aimer la mort peut se comprendre dans un rapport interindividuel et signifier aussi bien aimer sa mort qu’aimer la mort des autres, aimer tuer pour une cause qu’aimer l’idée de se faire tuer pour cette même cause. L’amour de la mort peut également se comprendre dans un rapport personnel, intime, non pas pour donner la mort (la sienne ou celle de l’autre) mais pour le plaisir de s’approcher aussi près que possible de cette épreuve ultime, qui procure des sentiments divers, complexes et intenses, tels que l’épreuve de sa propre virilité, le passage d’une étape initiatique permettant de rejoindre une fraternité de combattants, découvrir au travers de l’e†roi et par la fascination qu’il procure une compréhension nouvelle du monde et de la vie. 

Comprendre le slogan de Ben Laden nécessite avant tout d’accepter l’idée que « aimer la mort » signifie tout autre chose que « prendre plaisir à tuer », que ce qui est en jeu ne se limite pas à la sourance et à la cruauté. Le rapport suicidaire à la mort n’est pas un produit de la tradition des salafs salihs, qui ne pratiquaient pas l’attentatsuicide. Farhad Khosrokhavar et Olivier Roy ont abondamment étayé le fait qu’il s’agit d’un phénomène nouveau dans le monde islamiste, apparu en Iran lors de la révolution de 1979. « La tradition musulmane, si elle reconnaît les mérites du martyr qui meurt au combat, ne valorise pas celui qui cherche la mort délibérée, car elle empiète sur la volonté divine1 . » Les hadith racontent avec force détails que les compagnons de Mahomet, tout comme les chevaliers chrétiens qui partaient dans un élan religieux et héroïque pour les croisades, allaient se battre non pas pour mourir mais malgré ce risque, ils acceptaient de se sacrifier non pas en première intention, mais en dernier recours.

Extrait de "En prison, paroles de djihadistes", de Guillaume Monod, publié aux éditions Gallimard

Lien direct vers la boutique Amazon : ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/12/2018 - 02:23
Il est impossible « d’aimer la mort »
car l’amour est un échange entre êtres humains (eventuellement animaux, mais je n’y crois pas trop...) vivants. On n'échange rien d’autre que la possession et le pouvoir, par la mort: la mort est un pouvoir (affranchissement) sur la vie, une possession de soi, le « je peux mourir car j’ai suffisamment vécu » d’un homme comblé. Les terroristes vivent l’inverse: la frustration du pouvoir qui les amène à réclamer la mort, pour eux et pour les autres, le suicide collectif assumé par les complices objectifs des terroristes (les horribles mots de défaite des socialaud-Macronistes: « nous devons nous habituer à vivre avec le terrorisme » à comparer à ceux des socialistes français qui signèrent les accords de Munich avec le socialiste Hitler...). D’ailleurs , le carburant du pouvoir est l’érotisation, le désir de mourir, pour ceux qui perdent le pouvoir (support) de la vie. Tout ceci n’a rien à voir avec l’amour...
Xenophon
- 23/12/2018 - 15:32
Un autre angle de perception
L'amour de la mort pour la mort? C'est à voir. La hantise qui se dégage de la récitation du Coran, c'est l'obsession du jugement dernier. Le Coran est le bréviaire de la préparation à cette épreuve ultime de la fin des temps. Certains sont exclus d' emblée (les mécréants), d'autres en sursis (dont les mécréants qui reconnaissent leur erreur), d'autres enfin sont déjà admis au Paradis "sur titres" (Parmi ceux-ci, les martyrs de la cause.). Et la rigidité du texte (dicté par Dieu, en Arabe) ne laisse aucune part à l'interprétation. On récite le Coran, on l'apprend par cœur ( certains sont capables de le réciter à l'endroit et à l'envers), on ne l'analyse pas. Le texte comporte suffisamment de versets parfois contradictoires pour que chacun puisse y trouver une partie de ce qu'il y cherche:.. tolérance en religion, massacre des "mécréants...Ce n'est donc pas précisément la mort que l'on recherche mais une forme de rédemption. Les Ulémas peuvent être des interprètes en cas de besoin, en pratiquant par exemple le Qiyas ( interprétation par analogie), Mais le particulier n'a aucune latitude pour ce lancer dans cette réflexion: il serait maudit à jamais et exclu définitivement du Paradis