En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 13 min 13 sec
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 39 min 20 sec
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 2 heures 9 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 19 heures 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 20 heures 32 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 23 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 20 min 49 sec
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 54 min 9 sec
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 1 heure 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 2 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 20 heures 27 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 jour 15 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Reportage

Gilets jaunes : deux samedis différents mais une violence croissante et une radicalisation évidente

Publié le 02 décembre 2018
Hier les affrontements ont commencé dès le début de la matinée avec des Gilets jaunes impatients, décidés, et violents
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hier les affrontements ont commencé dès le début de la matinée avec des Gilets jaunes impatients, décidés, et violents

Deux samedis différents mais une violence croissante et une radicalisation évidente. Après avoir passé une dizaine d'heures sur place à chaque fois, c'est la principale observation. 

Samedi dernier, le champ de bataille était presque uniquement circonscrit aux Champs Elysées entre le barrage protégeant l'Elysée et la place de la Concorde au niveau du Rond-Point des Champs Elysées, et la place de l'Etoile. Les manifestants criaient "Macron démission" et chantaient régulièrement la Marseillaise, brandissant des drapeaux : tricolore, noir ou orné du visage de Che Guevara. Les Gilets Jaunes ont pris tout ce qu'ils trouvaient pour barrer l'avenue, n'hésitant pas à mettre le feu, à certaines barricades, mais ils ne s'en sont pas pris aux vitrines des magasins qui n'ont été brisées qu'une fois la nuit tombée. Des actes accompagnés dans quelques cas des pillages par d'autres que les Gilets jaunes.

Derrière les plus violents, la foule est restée sur place, regardant le spectacle, en semblant l'assumer. On trouvait des dames d'un certain âge devisant paisiblement au milieu du chaos, des manifestants venus de toute la France, des familles, ainsi que des bandes de copains, avec gilet jaune tout neuf, et lunettes de natation achetées chez Décathlon, tout proche, avenue Wagram, pour cette occasion, posant devant les photographes avec un air rigolard en chantant la Marseillaise, qui considéraient cette violence justifiée. 

Ce samedi, par contre, les Champs Elysées étaient entièrement sécurisés.

Des postes de contrôle permettaient à tous ceux qui le souhaitaient d'accéder aux Champs Elysées après avoir été fouillés, et palpés mais seule une petite poignée a choisi de le faire : environ 500 personnes. Plusieurs milliers de manifestants ont, au contraire, volontairement choisi d'investir la place de l'Etoile, et le haut des principales avenues qui l'entourent, affrontant très longuement, narguant ou insultant les policiers. Même phénomène que samedi dernier, mais en nettement plus violent : quelques centaines de radicalisés devant jetant des centaines de pavés à chaque fois, et les autres manifestants qui restaient juste derrière, malgré les chapelets de lacrymogènes qui brulent les yeux et piquent la gorge, sans oublier les impressionnantes grenades détonantes qui résonnaient dans tout le quartier.

Les manifestants ont commencé dès le début de la matinée à affronter les policiers. Dans les manifestations encadrées et organisées, c'est généralement au moment de la dispersion, ou en fin de journée que les incidents commencent. En tout cas pas dès le début.. Puis ils sont allés et venus sur la place et autour, au rythme des charges pendant toute l'après-midi. Le point culminant est sans doute atteint lorsque certains, après avoir tagué des slogans sur le monument enfoncent la porte d'accès à l'intérieur de l'Arc de Triomphe. Ils montent sur le toit après avoir dégradé le musée et la boutique. Puis lorsque des policiers interviennent pour libérer la zone sous l'Arc de Triomphe, ils sont accueillis par une centaine de Gilets jaunes qui leurs lancent une pluie de pavés quasiment à bout portant, les obligeant à refluer. Ceci alors que des incidents se produisent ailleurs dans Paris : magasin Chanel pillé, voitures brûlées, mise à feu d'un hôtel particulier, sans oublier des incidents graves en province.

On entend dire que parmi les dizaines de personnes interpellées, il y a en majorité des profils sans passé judiciaire qui ne correspondent pas à l'idée que l'on se fait du casseur. Et les commentateurs ajoutent que les "casseurs professionnels" échappent aux interpellations. L'adjectif "professionnel" est trompeur, Ce sont en fait, plus simplement, des habitués des manifestations, qui connaissent les forces, les faiblesses, les contraintes des dispositifs de manitien de l'ordre. Il savent disparaître derrière les premiers rangs dès que les policiers approchent pour ne pas se faire prendre. On y trouve des membres de l'ultra droite, de l'ultra gauche, et même gens se présentant comme des zadistes venus d'autres régions français, Et ils passent facilement d'une zone d'affrontement à l'autre pour éviter de séjourner trop longtemps, risquant, ce faisant ainsi répérer.

Pris à part, les plus jeunes manifestants, les plus organisés, menacent le journaliste qui tente de dialoguer avec eux, avant de s'éloigner en petit groupes. D'autres manifestants énervés, adultes confirmés, qui ont lancé des pavés, mis des barrières de chantier, des grilles d'arbres, au milieu des rues, interrogés entre deux charges de police, ne se considèrent pas comme des casseurs. Ils ont profité du fait que l'on a pas enlevé les éléments susceptibles de servir à la casse contrairement aux Champs Elysées se disent excédés. Ces Gilets jaunes sont bien des Gilets jaunes, contrairement à ce que dit le ministre Castaner. Souvent venus de province,  ils ont déja manifesté avec leurs gilets, et semblent s'y faire. Ils estiment, disent-ils, que la violence est le seul moyen de se faire entendre, ils en veulent à Macron, ils veulent des changements immédiats, se disent choqués de recevoir des gaz lacrymogènes, d'entendre des bombes détonnantes très violentes, sans faire référence à une revendication particulière. Ils ont l'impression d'être vus comme des délinquants, alors que les seuls qui méritent ce qualificatif, à leurs yeux, sont les pillards de magasins. Et avant de se disperser, ils promettent de continuer, de revenir.

En début de soirée, certains des gendarmes mobiles et CRS (tous présents sur place depuis 6 h du matin semble-t-il), ne cachent pas leur fatigue, et sont quelques fois très nerveux, après être restés quasi imperturbables pendant cette très longue journée. Les derniers petits groupes de Gilets jaunes immobiles, au coin d'une rue, reçoivent des lacrymogènes dès que les policiers considèrent qu'ils sont un peu trop proches.  Même les Gilets jaunes les plus motivés finissent finalement par se disperser, vers 19 h tandis que quelques dizaines de manifestants font durer le plaisir sur la place de l'Etoile, vers 22 h, mais aucun ne porte de gilet jaune.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/12/2018 - 22:51
Quels membres de l’ultra-droite?
Votre analyse ne résiste pas à la réalité , Gilles Klein! Selon ce que vous écrivez sans aucune preuve (à quels groupes politiques appartiennent ces fameux « ultra-droite » que vous invoquez complaisamment?...), ces casseurs professionnels d’ultra-droite se camoufleraient derrière les premiers rangs de gilets jaunes et se mêleraient aux ultra-gauche???...première incohérence de votre analyse! Et cette stratégie leur permettrait d'échapper à l’interpellation et aux contrôles de police???...mais, alors, comment savez-vous qu’ils sont « d’ultra-droite », s’ils n’ont pas été interpellés???...allons, allons, Gilles Klein! Oubliez vos vieux fantasmes un peu rances d’ultra-droite et acceptez la seule réalité qui vaille: ces casseurs appartiennent à l’ultra-gauche anarchiste qui signe tous ses méfaits d’un grand A, tente de récupérer les jeunes têtes molles, et se meut sur tous les terrains d’action européens où elle peut casser du flic et des vitrines, de ND des glandeurs à Bruxelles, en passant par Bure et l’Etoile...les supplétifs de cette extrême-gauche anarchiste sont les racailles de banlieue...vous voyez que tous ceux-là n’ont rien à voir avec vos fantasmes d’ultra-droite, Klein.
adroitetoutemaintenant
- 02/12/2018 - 20:24
Macron les préfère morts
https://www.romancepamphlets.com/macron-les-prfre-morts.html
.....Intéressant!
zen-gzr-28
- 02/12/2018 - 16:58
Surprise, étonnement !
Le 24 novembre > 2 manifestations . L'une, au cours de laquelle, aucun casseur se distingue ( manifestation contre la violence faites aux femmes). L'autre ( GJ), dénaturée par des casseurs très actifs / le 1er décembre, même tableau. L'une, organisée par la CGT sans aucun casseur, l'autre, celle des GJ qui aurait été perturbée par un nombre faramineux de casseurs !