En direct
Best of
Best Of
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Objectif contradictoire
Pourquoi un succès au G20 pour Emmanuel Macron ne serait pas forcément un succès pour la France
Publié le 30 novembre 2018
Dans un contexte de tension commerciale entre Etats-Unis et Chine, les dirigeants du monde entier se rencontrent ces deux prochains jours à l'occasion du G20 de Buenos Aires. Un G20 qu'Emmanuel Macron semble redouter.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un contexte de tension commerciale entre Etats-Unis et Chine, les dirigeants du monde entier se rencontrent ces deux prochains jours à l'occasion du G20 de Buenos Aires. Un G20 qu'Emmanuel Macron semble redouter.

Atlantico : Les membres du G20 se réunissent à partir de ce vendredi 30 novembre en Argentine, dans un contexte ou, comme l'a déclaré Emmanuel Macron dans son interview à La Nacion"le risque est celui d'un tête-à-tête entre la Chine et les États-Unis et d'une guerre commerciale destructrice pour tous" ou encore "ce qu'on risque, c'est le blocage des forums multilatéraux comme le G20", "Sur le commerce, le risque est celui d'un délitement de l'OMC, qui malgré ses défauts est la plus grande plateforme de régulation du commerce mondial". Dans un tel contexte, comment anticiper ce que peut en attendre Emmanuel Macron ?

Nicolas Goetzmann : Depuis plusieurs jours, le seul sujet qui attire véritablement l'attention autour du G20 est la rencontre qui aura lieu entre Xi Jinping et Donald Trump, dans un moment de forte tension sur fond de guerre commerciale. Le paradoxe est donc ici de voir une rencontre bilatérale prendre le dessus sur une enceinte qu'Emmanuel Macron voudrait voir comme le moyen d'expression du multilatéralisme. Mais la réalité a changé, la défense du multilatéralisme est devenue minoritaire parmi les dirigeants, les pays tombant les uns après les autres, élections après élections. Il ne s'agit pas que de Donald Trump. De plus, Emmanuel Macron a perdu beaucoup de son aura européenne, c'est ce que ce l'on peut voir avec la formation d'un groupe des pays du nord qui s'opposent à ces projets de réformes en Europe. Il peut donc y avoir une forme de paradoxe à vouloir être le dernier défenseur du multilatéralisme face à la majorité, c’est-à-dire à des pays aussi importants que les Etats-Unis, la Chine, la Russie, le Brésil, la Turquie etc.. et en Europe à l'Italie, ou le Royaume Uni du Brexit. 

Dans cet environnement, l'enjeu pour Emmanuel Macron ici, c'est de parvenir à exister alors qu'il est isolé, pour ne pas dire sur la touche. Il faut remarquer que Donald Trump n'a pas prévu de rencontrer officiellement Emmanuel Macron lors de ce G20, alors que de tels formats sont planifiées avec Xi Jinping, Vladimir Poutine-qui pourrait être annulé- Shinzo Abe, Angela Merkel, et Recep Erdogan. La défense du multilatéralisme comme objectif prioritaire paraît être un mauvais choix au regard des enjeux de ce sommet, parce que la question qui est aujourd'hui posée est plutôt celle de savoir si Etats-Unis et Chine vont parvenir à constituer des "camps" autour de leurs positions, ce qui correspondrait plutôt à contribuer à l'émergence d'un bilatéralisme.

Concernant l'aspect purement commercial, il est vrai que les tensions entre Chine et Etats-Unis ont des effets sur l'Europe. On peut citer la question des tarifs douaniers mis en place par la Chine et qui visaient l'industrie américaine, mais puisque les chaînes de production d'entreprises comme Ford et General Motors sont déjà localisées en Chine, les entreprises qui ont été sanctionnées sont plus Mercedes et BMW qui doivent passer par les tarifs douaniers, c’est-à-dire les européens qui sont donc été la victime collatérale des tensions entre Chine et États-Unis. Et c'est une des causes du ralentissement économique européen lors de ces derniers mois. L'enjeu est donc d'éviter un nouvel épisode de tension ou l'Europe se retrouverait être le dindon de la farce des négociations. Mais il existe un risque pour les européens et pour la position défendue par Emmanuel Macron, c'est que l'Europe attire l'attention sur ses pratiques commerciales, parce que les dernières données montrent que la baisse des excédents chinois a été compensée par la hausse des excédents européens, et notamment allemands. Or, les Etats-Unis préparent un rapport pour déterminer si le secteur automobile allemand peut être considéré comme une menace pour la sécurité nationale américaine. 

Enfin concernant le climat, et puisque les nations unies viennent de démontrer que les signataires de l'accord de Paris ne respectent globalement pas leurs engagements, dont l'UE, il ne s'agira que d'une question rhétorique, avec un enjeu qui va être celui de la référence à l'accord de Paris dans le communiqué final. Pour le moment, et par crainte de voir les Etats-Unis se retirer de ce communiqué, la probabilité est que cette référence soit la plus ambiguë possible. 

Quels pourraient être les objectifs de la France à cette occasion ? Que serait un bon G20 pour la France ?

Ce G20 pourrait être une occasion pour la France de marquer une différence sur les questions commerciales en donnant son soutien aux Etats-Unis, notamment en pointant du doigt les pays qui sont à l'origine des déséquilibres économiques mondiaux, c’est-à-dire les pays qui produisent d'énormes excédents que sont la Chine et l'Allemagne. Cette position serait évidement délicate à tenir puisqu'elle marquerait une rupture en Europe entre Paris et Berlin, mais elle aura au moins le mérite de prendre en compte la réalité.

Au cours de ces dernières années, l'excédent chinois a diminué, et un important excédent européen s'est constitué, ce qui est principalement le fait de l'Allemagne, ou encore des Pays-Bas. Cette stratégie économique des pays du nord de l'Europe a fait de lourds dégâts au sein de la zone euro au cours des 10 dernières années, et désormais, ces déséquilibres ont pris une taille d'ordre mondial.

C'est également ce qui est reproché à la Chine. Pékin s'en défend aujourd'hui car son excédent est revenu à un point d'équilibre, non pas parce qu'elle exporte moins de produits manufacturés, mais parce qu'elle importe plus de matières premières, en provenance du Moyen-Orient par exemple. Le résultat est que les déséquilibres se maintiennent, mais se déplacent, et la situation des secteurs manufacturiers des pays occidentaux n'a pas évolué. Un G20 réussi pour la France serait donc de se placer en situation de critiquer les pays dont la stratégie est celle du cavalier solitaire. Une telle vision aurait pour objectif de sanctionner les pays qui ne jouent pas le jeu de la croissance mondiale. Cela implique de se rallier à Donald Trump sur le dossier commercial, d'accepter de fragiliser la relation avec Angela Merkel, mais au final, cela serait globalement conforme à ce qui est demandé par le FMI ou d'autres organisations internationales, et cela offrirait une nouvelle perspective à l'Europe. Celle d'une Europe qui viserait la croissance comme objectif prioritaire, ce qui au bout du compte, est également une réponse à la rupture politique et sociale existante sur le continent, dont les Gilets jaunes.

Comment expliquer ce décalage ?

Emmanuel Macron semble s'être enfermé dans une vision du monde dépassée. La composition du G20 a changé, les intérêts poursuivis ne sont plus les mêmes, et le cas le plus flagrant est celui de la mondialisation. Emmanuel Macron voudrait incarner la défense de la mondialisation et du multilatéralisme des années 2000, alors que la majorité des pays occidentaux ont compris que l'enjeu était de parvenir à rectifier le tir des déséquilibres, et à protéger les populations qui ont pu en souffrir, des électeurs de Donald Trump aux Brexiters en passant par les Gilets jaunes.

Emmanuel Macron a donc simplement une décennie de retard sur les enjeux, et cela est un immense gâchis, parce que l'image qu'il était parvenu à bâtir lors de son élection aurait pu lui permettre d'appuyer avec force un tel rééquilibrage. Mais il a choisi de s'accrocher au monde d'avant, ce monde d'avant qui a produit ceux à qui il s'oppose aujourd'hui. Emmanuel Macron continue de croire que les populismes sont les causes des perturbations actuelles alors qu'ils en sont le symptôme, et il continue de promouvoir le régime économique qui a été la cause de leur émergence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
05.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
06.
Votre mémoire pourra-t-elle être piratée dans le futur ? La réponse est plus inquiétante que vous ne le croyez
07.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 30/11/2018 - 09:06
Question de forme
La phrase : "Or, les Etats-Unis préparent un rapport pour déterminer SUR le secteur automobile allemand peut être considéré comme une menace pour la sécurité nationale américaine." Atlantico : Le mot "sur" ne devrait-il pas être remplacé par "si" ?