En direct
Best of
Best Of
En direct
© Jewel SAMAD / AFP
Ultime tentative
Chute libre : Edouard Philippe tente de sauver la place de la France au Vietnam
Publié le 03 novembre 2018
 Benoît de Tréglodé est directeur de recherche à l'IRSEM, spécialiste du Vietnam.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît De Tréglodé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Benoît de Tréglodé est directeur de recherche à l'IRSEM, spécialiste du Vietnam.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Atlantico : Au Vietnam jusqu'à ce dimanche, Edouard Philippe compte muscler les liens franco-vietnamiens. Quels sont ces liens exactement, d'un point de vue historique ? D'un point de vue économique ? Le Premier ministre a déjà signé pour près de 10 milliards d'euros de contrats durant cette visite, que peut espérer d'autre ?

Benoît de Tréglodé : Le retour de la France au Vietnam date de la visite du président socialiste Mitterrand en 93. C'était le premier chef d'État à se rendre dans ce pays et à l'époque la volonté de la France était de faire du Vietnam la plateforme pour un retour économique de la France en Asie. A l'époque les parts de marché françaises au Vietnam étaient de près de 6% alors qu'aujourd'hui elles sont de 0.6%. La spirale est donc très descendante.


La France a donc aujourd'hui une position marginalisée auprès du Vietnam. Le pays s'étant ouvert au marché récemment s'est d'abord tourné vers ses voisins d'Asie du Sud-Est, mais également auprès des grandes puissances asiatiques (Chine Japon Corée du Sud Taiwan) et, de facto, la France s'est retrouvée perdante. Une position française qui était celle de penser le Vietnam comme étant un partenaire historique traditionnel avec une histoire partagée culturellement et linguistiquement qui était éternelle. Les chefs d'entreprise qui ont remis pied au Vietnam dans les années 90 ont découvert un pays complètement différent sur lequel il n'y a pas véritablement de "priorité France". Il y a clairement eu un phénomène de gueule de bois dans la communauté économique française dans les années 90 qui a rebroussé chemin avec la crise asiatique de 97 et qui n'est pas revenue complètement au Vietnam depuis.


Concernant les contrats, il faut distinguer les contrats aéronautiques et les contrats purement bilatéraux entre la France et le Vietnam. C'est ce qui permet de montrer vraiment la nature des relations bilatérales en matière économique. De ce point de vue-là la France aujourd'hui est le troisième partenaire commercial européen du Vietnam (derrière l'Italie et l'Allemagne). Le signal donné aujourd'hui avec des contrats importants signés entre les deux pays est une façon d'essayer de renforcer ces relations bilatérales. On peut se féliciter de signer pour plusieurs milliards d'euro de contrats, mais il ne faut pas se contenter de ceux passés par les entreprises du CAC40 et penser à nouer un tissu de PME/PMI dans le pays qui alimente véritablement cette relation économique bilatérale, ce que font les Allemands, les Italiens et ce que ne faut pas aujourd'hui la France. Ce déplacement de Philippe est une "opération séduction" importante et un moyen d'affirmer haut et fort que la France est un partenaire du Vietnam.

Au-delà du Vietnam en lui-même, que représentent ces liens pour la diplomatie française en Asie du Sud-Est ?

Il faut se poser la question de l'articulation aujourd'hui dans la politique étrangère française entre diplomatie économique et diplomatie traditionnel. L'agenda est aujourd'hui clairement tourné vers la diplomatie économique.


Il y a aujourd'hui une marge de progression particulièrement importante en Asie du Sud-Est pour les entreprises françaises, car il n'y a que deux pays dans la région où la France est "excédentaire" : Singapour et la Malaisie. D'où une vraie marge de manœuvre dans des marchés qui sont émergeants, des pays où une vraie classe moyenne qui consomme (mais pas français) a s'est développé. D'où la nécessité d'avoir un positionnement agressif sur ces marchés qui sont potentiellement de gros partenaires pour la France.

La diaspora vietnamienne en France représente quelque 350 000 personnes. Quelles retombées politiques le gouvernement peut-il espérer d'une telle visite ?

C'est une question compliquée, car l'immigration est ancienne. Une partie est arrivée dans les années 50, une autre dans les années 70… C'est une communauté qui est déjà sérieusement intégrée dans la communauté française et oui c'est une communauté que les politiques aiment courtiser. Mais dans le cadre de cette visite et dans ce contexte, il est bien difficile de se prononcer sur de potentiels résultats sur la scène intérieure. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
A la libéralisation du marché du travail, on préfère l’immigration
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires