En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 15 min 10 sec
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 1 heure 41 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 2 heures 41 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 4 heures 7 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 12 heures 38 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 13 heures 38 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 1 heure 8 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 2 heures 8 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 3 heures 24 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 11 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico business

Les Brexiters qui misaient sur la faiblesse de Bruxelles réussissent l’exploit de remobiliser l’UE contre eux

Publié le 22 octobre 2018
Toujours pas d’accord en perspective, mais alors que les Britanniques restent freinés par des tensions internes, l’Union européenne s’en sort en montrant une unité presque inattendue.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toujours pas d’accord en perspective, mais alors que les Britanniques restent freinés par des tensions internes, l’Union européenne s’en sort en montrant une unité presque inattendue.

La semaine a été désastreuse pour Theresa May et pour tous les partisans du Brexit. Non seulement ils ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur les conditions du divorce, mais ils ont réussi ce tour de force de démontrer à l’opinion internationale que l’Union européenne était en train de reconstruire son unité sur le dos des Anglais en évitant la catastrophe. Quelque soit l’issue de cette affaire, les négociateurs européens, alliés au monde des entreprises, vont réussir à éviter les dégâts irréparables. 

1er point. Le blocage, devenu très anglo-anglais dans la dernière ligne droite, prouve à quel point les partisans du Brexit n’avaient rien prévu, ni rien préparé. Alors que tout le monde était à peu près d’accord pour signer un accord de divorce à l’amiable qui évite les trop grandes difficultés, Theresa May se retrouve face à la question de la frontière entre l’Irlande du Nord (qui appartient au royaume britannique) et l'Irlande du Sud (qui est une république indépendante et qui va donc rester dans l’Union européenne). 

Comment les Brexiters n‘ont ils pas imaginé qu’il y avait là des risques de drames humains ? Comment les partisans du Brexit peuvent-ils exiger de Theresa May la reconstruction d’une frontière entre les deux Irlande, à peine 20 ans après la fin de la guerre civile qui a déchiré l’île ? Comment imaginer en 2014 qu’on puisse réveiller autant de souvenirs douloureux qui hantent encore les familles ? Il y a eu des morts, beaucoup de morts, et on voudrait réédifier un mur. De toute façon, même les Irlandais eux-mêmes n’en veulent pas.  

Theresa May ne peut pas accepter cet aspect le plus funeste du Brexit. Moyennant quoi, elle n‘aura pas de majorité pour signer des conditions de divorce acceptables.

L’entêtement d’une poignée de députés récalcitrants prouve une fois de plus la médiocrité de la classe politique britannique, où tous ceux qui ont défendu et gagné le referendum ont disparu les uns après les autres de la scène, parce qu’ils étaient incapables d’assumer les conséquences de leurs convictions. Les Boris Johnson ou Jeremy Corbyn sont prêts à la politique du pire pour accéder au pouvoir, sans savoir ce qu’ils en feront. Pour eux c’est très simple, désormais c’est « Fuck Bruxelles, fuck business et fuck Theresa May ». 

C’est tellement grossier et caricatural que les « Remainers » espèrent un nouveau referendum qui serait tout aussi irréaliste que le premier.  

2e point : Face à cette Grande Bretagne paralysée, l’Union européenne s’affirme jour après jour plus solidaire et plus cohérente. Alors que les membres de l’Union avaient été incapables de prévoir et de régler calmement les problèmes de la Grèce, incapables de répondre à la question des migrations, incapables de promouvoir une harmonisation sociale et fiscale intelligente... Il faut reconnaître que, face à l’orage du Brexit, les partenaires européens ont toujours afficher une position unanime. Fondée sur trois principes. 

D’abord, faire en sorte que la Grande Bretagne puisse sortir de l’Union européenne puisqu’elle l’avait décidée, mais qu’elle en sorte sans insulter l'avenir, c’est à dire qu’elle paie ses arriérés de charges. 

Ensuite, faire en sorte qu’elle ne puisse pas sortir de l‘Union européenne en évitant ses contraintes, tout en restant assez impliquée pour préserver des avantages du marché unique. En bref, pas question de sortir tout en gardant un pied à l’intérieur. C’était le projet à peine caché des « Brexiters ».

Enfin, régler pour le mieux la question des résidents européens en Grande Bretagne et des résidents britanniques en Europe et éviter les drames inéluctables si on ne prenait pas certaines précautions. 

Les pays membres de l’Union européenne ont su reconstruire une unité forte sur ces trois points qui ont mis les partisans du Brexit face à la réalité et à leurs responsabilités. 

Michel Barnier a été un formidable négociateur et porte parole des européens. C’est lui qui a en permanence rappeler les Anglais à leurs responsabilités. Michel Barnier n’a jamais été désavoué ou empêché par les chefs d’Etat et de gouvernement. Il n’a simplement pas été beaucoup aidé, dans la mesure où les chefs d’Etat et de gouvernement étaient très surveillés eux-mêmes par des opinions publiques traversées par des courants identitaires et europhobes assez forts. 

Cela dit, Michel Barnier a été aussi fortement aidé et soutenu par les milieux d’affaires et sociaux. Les grandes entreprises, les grandes banques, les fédérations professionnelles et même les grands syndicats européens ont mené un lobbying très efficace et très puissant pour des solutions négociées d’un Brexit qui maintienne des flux d’échanges commerciaux les plus fluides possibles. La pression a été exercée de part et d’autre du Channel, par les entreprises européennes (allemandes, françaises, italiennes etc) avec deux objectifs :

Un, éviter le protectionnisme qui serait fatal pour l’activité, la croissance et l’emploi. La Grande Bretagne a besoin des marchés européens et réciproquement. Accepter le protectionnisme faisait le jeu des américains.

Deux, éviter que la Grande Bretagne, pour survivre, ne se transforme en un vaste paradis fiscal sur le modèle de Singapour. C’était une autre idée cachée de beaucoup de Brexiters. Elle semble aujourd’hui écartée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires