En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Crise de l’euro ? Arrêtons d’y penser !

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 46 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 58 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 5 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 28 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 3 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 27 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 29 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 26 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 25 min
Oligarchie

Bidzina Ivanishvili : l’oligarque géorgien qui défie Mikhail Saakashvili et Barack Obama

Publié le 15 mai 2012
Tête nouvelle dans le paysage politique géorgien, Bidzina Ivanishvili a entamé une intense campagne de lobbying Outre-Atlantique afin de se faire connaître auprès des Américains. Suffisant pour faire oublier son tropisme pro-russe et sa fortune opaque ?
Pierre-Yves Amara
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Amara est ancien correspondant du Quai d'Orsay en Tunisie puis en Macédoine.Depuis 2001, il est consultant en géopolitique pour plusieurs entreprises internationales. Vivant à Londres, il voyage beaucoup, notamment dans l'ex-bloc soviétique,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tête nouvelle dans le paysage politique géorgien, Bidzina Ivanishvili a entamé une intense campagne de lobbying Outre-Atlantique afin de se faire connaître auprès des Américains. Suffisant pour faire oublier son tropisme pro-russe et sa fortune opaque ?

«Cher Président Obama… », quelle personnalité peut se permettre de publier une lettre ouverte au président des Etats-Unis sur une pleine page du Washington Post le 30 janvier dernier ? Bidzina Ivanishvili, l'un des hommes les plus riches du monde, l’a fait ! Il a envoyé un message à Barack Obama dans lequel il dénonce la politique du gouvernement géorgien et appelle les Etats-Unis à s’impliquer davantage. L'objectif de l'oligarque : renverser l'actuel président géorgien, Mikhail Saakashvili et prendre le pouvoir, soutenu par la Russie qui lui facilite en sous-main le travail pour récupérer, par son intermédiaire, le contrôle de son ancienne "colonie" des bords de la Mer Noire. 

Le Washington Post n’est pas le seul quotidien à avoir accordé une telle exposition positive à Bidzina Ivanishvili. Ainsi, le 5 avril dernier, le New York Times publie un article intitulé « De philanthrope à ennemi public en Géorgie », magnifique hagiographie de l’oligarque. Un très bel exercice dans la plus pure tradition soviétique : Ivanishvili y apparaît encore une fois comme un homme d’affaires philanthrope porteur d’une grande espérance populaire en Géorgie. 

Au-delà de cette vitrine achetée dans la presse internationale à coup de milliers de dollars, la réalité est un peu différente : le franco-géorgien a fait fortune (6,4 milliards de dollars d'après Forbes) grâce aux privatisations opaques lors de la transition post-soviétique en achetant au rabais des entreprises d’Etat.

Bidzina Ivanishvili ne fait pas les choses à moitié : il emploie aujourd'hui pas moins de sept cabinets de lobbying pour défendre sa réputation à Washington, dont Patton Boggs, National Strategies et BGR Gabara, les plus prestigieux cabinets internationaux. Depuis novembre, BGR Group recevrait près de 25 000 $ par mois de la part de l’oligarque. Celui-ci rémunère également Sam Patten, un cabinet de consultants basé en Géorgie, à hauteur de 20 000 $ par mois. A son service, travaillent maintenant pour lui Kurt Volker, ancien ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’OTAN et Mark D. Cowan, ancien Assistant Legislative Counsel du directeur de la CIA. On parle d'un budget de plus de 4 millions de dollars par mois dédié à ses seules dépenses en lobbying et relations publiques, des dépenses supérieures à ce que des firmes de l'industrie pharmaceutiques ou de l'industrie du tabac peuvent dépenser chaque année !

Cette mobilisation internationale donne des résultats : l'oligarque a réussi à influencer jusqu'au Congrès américain, pour preuve le nouveau projet de loi anti-Géorgie et anti-Sakachvili, le Georgia Democracy Act of 2012, dévoilé fin mars, dans lequel les intérêts politiques géorgiens de Bidzina Ivanishvili sont très positivement valorisés, le seul homme politique géorgien à être mentionné d'ailleurs. Les opposants au régime de Bahreïn attendent encore une telle implication des membres du Congrès… 

Cette intense campagne de lobbying de Bidzina Ivanishvili vise à promouvoir le lancement de son parti politique « Georgian Dream » tout en cherchant à faire gommer son passé trouble et ses liens avec Moscou, qui, jusqu'à présent, entachaient fortement sa réputation auprès des géorgiens, un peuple qui n'apprécie pas les connexions politiques et économiques de l'oligarque avec le voisin russe. Il faut dire que Bidzina Ivanishvili a su capitaliser sur le mouvement de privatisation des entreprises d'État après la chute de l'URSSS. Fortune faîte, il part maintenant à la conquête du pouvoir en Géorgie pour les prochaines législatives, ce qui n'efface en rien ses liens politique et économique avec la Russie. 

En effet, très pro-russe, certains disent même "plus russe que Poutine", Ivanishvili plaide pour un renforcement des liens entre Tbilissi et Moscou et va même jusqu’à affirmer que "la Géorgie est moins démocratique que la Russie". Côté business, l’oligarque a bâti sa fortune dans les années 1990 en Russie et possède 1% du géant des hydrocarbures Gazprom et une participation minoritaire dans l’entreprise Lukoil. On évalue ses participations à 3 milliards de dollars. Ivanishvili est également à la tête de la très controversée Rossiyskiy Kredit Bank et est présent dans l’hôtellerie de luxe, l’agro-business ou le marché de l’art. Hors de Russie, il est soupçonné de trafic de diamants en Angola ce qui lui vaut une interdiction de territoire par les autorités canadiennes.

Bidzina Ivanishvili est donc légitimement perçu comme l’homme de Moscou et beaucoup le soupçonnent de vouloir, en cas d’élection, vassaliser la Géorgie à la Russie. Lors de la guerre russo-géorgienne, il fut de ceux qui appelèrent les autorités géorgiennes à la modération et à brader l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie afin de maintenir de bonnes relations avec Vladimir Poutine.

Malgré sa fortune, la tâche de cet homme d'affaire s'annonce vaste et beaucoup de temps vont passer avant qu'il puisse vraiment améliorer son image auprès des géorgiens eux-mêmes, mais également auprès de Washington, les milieux informés ayant de la mémoire. Certains observateurs régionaux commencent néanmoins à s'inquiéter : une telle débauche de moyens, presque illimités, ne risque-t-elle pas de fausser les prochains scrutins et de livrer la Géorgie à un oligarque ? Affaire à suivre, tant elle révèle les difficultés des pays du Caucase à composer avec une démocratie très jeune, l'influence de la Russie et le rôle politique pas forcément souhaitable des oligarques, pourtant incontournables de par leur poids économique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
P-Y
- 16/05/2012 - 10:11
@pluralisme
l'article a été écrit il y a plus d'une semaine, soit avant que la Rossiyskiy Kredit Bank soit vendue...

Ensuite, je ne critique pas le fait que des politiciens géorgiens aient des liens avec les russes (c'est parfaitement normal étant donné que ces pays sont limitrophes). Cependant, il y a une marge entre avoir des liens avec le pays et dire que la Russie est plus démocratique que la Géorgie ou baser une partie de sa campagne sur le renforcement des liens avec Moscou.

En ce qui concerne le lobbying, c'est juste une constatation. Avez-vous beaucoup d'exemples en tête d'hommes d'affaires et/ou challengers politiques s'offrant une pleine page dans le Washington Post pour apostropher Barack Obama? Si oui, je suis preneur...

Enfin, le parallèle avec les rébellions armées syrienne et libyenne est affreusement absurde et ne mérite pas que l'on s'y attarde.

Cordialement,

l'auteur.
Raskolnikov
- 16/05/2012 - 00:43
Erreurs multiples
1)B Ivanishvili n a pas 1% de Gazprom ni de participation dans Lukoil

2) confusion incroyable entre lui et V Malkin son ancien associe chez Rossisky Kredit, et c est ce dernier qui est interdit de sejour au Canada. D ailleurs l affaire qui lie V Malkin a l Angola n est pas un trafic de diamants, mais l affaire de l Angolagate (trafic d ARMES), affaire dans laquelle, d ailleurs, il a ete blanchi a 100% depuis des annees.

Bref, pas tres serieux tout cela...
pluralisme
- 15/05/2012 - 20:54
pluralisme
Pierre-Yves Amara : correspondant du quai d'Orsay???? c'est une fonction officielle??? pouvez vous préciser? je ne connais pas la nature de cette fonction ni jamais lu votre nom dans la presse.... a lire votre article on penche davantage pour le titre de journaliste mercenaire payé par un pouvoir aux abois mais bon ...il faut bien vivre n'est ce pas?