En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 39 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 43 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 32 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 12 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 38 sec
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 12 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 18 sec
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 16 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Action politique et solidarité

Aides au développement en Afrique : les actes d'Emmanuel Macron ont-ils été conformes à sa parole ?

Publié le 28 septembre 2018
En marge de l'Assemblée générale des Nations-Unies, Emmanuel Macron a pu participé au Goalkeepers 2018, organisé par la Fondation Gates, et a pu plaider à cette occasion en faveur de plus d'investissement en faveur du développement en Afrique tout en indiquant " Si nous nous contentons seulement de faire des discours chaque année, nous n’avancerons jamais ".
Chercheur à l’Iris, enseignant à Sciences Po et conseiller de plusieurs gouvernements, Serge Michailof a été l’un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l’Agence française de développement (Afd). Il est notamment l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Michailof
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur à l’Iris, enseignant à Sciences Po et conseiller de plusieurs gouvernements, Serge Michailof a été l’un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l’Agence française de développement (Afd). Il est notamment l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En marge de l'Assemblée générale des Nations-Unies, Emmanuel Macron a pu participé au Goalkeepers 2018, organisé par la Fondation Gates, et a pu plaider à cette occasion en faveur de plus d'investissement en faveur du développement en Afrique tout en indiquant " Si nous nous contentons seulement de faire des discours chaque année, nous n’avancerons jamais ".

Atlantico : Alors que vous indiquiez en 2017, dans une interview donnée au Point, que l'aide bilatérale de la France n'était que de 200 millions d'euro pour un total de 16 pays, "dont beaucoup sont situées hors d'Afrique", cette situation a-t-elle changé ?  

 
Serge Michailof : La situation a effectivement significativement changé depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron. Mais il faut tout d’abord être plus précis car les chiffres qui circulent donnent lieu à énormément de confusion. Permettez moi un petit rappel. L’aide publique au développement dont le montant oscille pour la France entre 8 et 10 milliards d’euros par an correspond non à des versements effectifs aux pays en développement, mais aux dépenses qui, dans notre budget, peuvent selon les règles de l’OCDE, être imputées à l’aide. C’est le cas par exemple de certaines annulations de dettes, ou des frais engagés par la France pour accueillir des étudiants étrangers, ce qui explique que la Chine qui nous envoie beaucoup d’étudiants, apparait comme un bénéficiaire significatif de notre aide… 
 
Mais notre effort budgétaire effectif n’est que d’environ 2,4 milliards ce qui est important mais ne représente qu’un montant très inférieur à l’effort par exemple consenti par l’Allemagne ou la Grande Bretagne. Une majorité de ces 2,4 milliards est allouée à des organisations multilatérales (Banque mondiale, Union Européenne etc); l’autre partie est affectée à notre aide bilatérale. Les ressources affectées à notre aide bilatérale ont de multiples usages, mais une part sert à bonifier des crédits consentis par l’AFD dont l’activité globale dépasse 12 milliards d’euros, mais pour la quasi totalité ce sont des prêts. Une autre  part permet à l’AFD de consentir des dons destinés à financer des projets dans les pays les plus pauvres. Cette part est longtemps restée d’un montant parfaitement ridicule de 200 millions pour les besoins de 16 pays dits “prioritaires”; et c’est ce montant que je citais dans cet article du point. Sur ce montant les pays du G5 Sahel ne recevaient en moyenne qu’environ 80 millions d’euros par an. 
 
Au total ces choix budgétaires francais anciens permettaient à nos amis britanniques et allemands et aux spécialistes du monde entier de se moquer gentiment de nous, en soulignant que l’aide française oubliait les pays pauvres et se focalisait sur les pays émergents et à revenu intermédiaire. Elle permettait également à tous les observateurs attentifs de s’étonner de l’absence de l’aide française sur don au Sahel, alors que plus de 4000 de nos soldats y risquent leur vie, sachant que faire des prêts à ces pays qui ne peuvent même pas financer régulièrement les salaires de leurs fonctionnaires n’a guère de sens car il faudra bien tot ou tard les annuler. 
 
Alors que l’administration  Hollande est restée sourde vis à vis de toutes ces critiques et s’est finalement centrée sur une approche essentiellement  militaire du problème sahélien, le president Macron a dès l’été 2017 marqué qu’il était très sensible à cette question et le CICID de février 2018 a acté que l’envelopppe de dons de 200 millions serait portée à 1 milliards d’euros dès 2019 ce qui constitue un effort budgétaire tout à fait remarquable dans cette période difficile.
 
 
Sur ce milliard la France  privilégiera  le Sahel, et aussi des operations de cofinancement avec d’autres bailleurs tels la Banque Mondiale, l’Allemagne etc ceci dans le cadre de “l’Alliance pour le Sahel” également lancée par le Pt Macron. Le résultat est qu’au lieu d’intervenir dans les pays du Sahel avec des montants ridicules de l’ordre de 10 ou 15 million d’euros de dons par an pour financer des miniprojets sans impact significatifs, la France sera désormais capable de participer à des programmes de grande ampleur qui déjà sont en préparation.
 
Je suis actuellement à Washington pour des conférences diverses et je peux déjà dire de mes entretiens depuis 2 semaines que cette décision a été saluée à la Banque mondiale qui apprécie les compétences techniques sur le Sahel des experts français tant de l’AFD que des centres de recherche et des ONG qui actuellement ne disposaient que de ressources symboliques.
 

 

En sortant d'une logique comptable et en allant vers l'efficacité, quelles seraient les marges financières que l'Europe et la France pourraient réserver à une véritable aide au développement pour les pays africains ? 

 
Je pense sincèrement que les instances d’aide européennes disposent de beaucoup trop d’argent par rapport à leurs capacités effectives de mise en oeuvre et de l’expertise dont elles disposent dans les pays les plus pauvres. Je pense aussi  qu’il serait temps de faire procéder à un audit opérationnel de ces instances par un groupe d’experts non européens pour envisager une réorganisation assez large de ces institutions et mieux définir leur action qui devrait s’inscrire dans bien plus  forte complémentarité avec l’action des aides bilatérales européennes qui sont pour certaines bien mieux équipées techniquement. 
 
Au niveau français je pense que pour les “pays pauvres prioritaires” dont le nombre (16) devrait être réduit, les montants de dons prévus pour 2019 (de l’ordre du milliard d’euros) sont adaptés et nous permettront d’exercer un effet de levier et d’orientation des considérables resources multilatérales. Car dans ces pays très pauvres et parfois en crise ou en guerre ce n’est  pas vraiment l’argent (du moins multilateral) qui manque mais un usage efficace de ces ressources. C’est ici que la presence de la France peut s’avérer très utile.
 

Selon un article publié par le Washington post, des aides plus importantes versées directement en numéraire aux familles pourraient être un moyen efficace de la lutte contre la pauvreté. Quels sont les moyens dont nous disposons pour permettre une pleine efficacité des fonds versés, notamment pour éviter la corruption ? 

 
Ces programmes sont bien connus, il s’agit des “cash transfer” très courants en Amérique latine et certains pays asiatiques. Les conditions d’attribution sont souvent liées à des obligations du type scolarisation de tous les enfants, visites pré et post natales pour les mères etc. Mais comme vous le soulignez les conditions d’attribution ne sont pas faciles à mettre en place pour éviter les détournements des notables et des officiels locaux. Tout depend ici de l’organisation sociale locale et des capacités des autorités locales à détourner pour eux ou pour leurs clientèles ce type de ressources. En Afrique j’ai vu quelques projets qui sur ce plan posaient problème.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires