En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / POOL / AFP
Edito

Pourquoi le gouvernement ne fait pas une priorité de la baisse du déficit

Publié le 14 septembre 2018
"La Cour des Comptes tire régulièrement la sonnette d’alarme devant l’espèce d’indifférence que manifeste le pouvoir face à la montée de l’endettement – aussi bien pour le privé que pour le public. Emmanuel Macron refuse de voir la montée des périls".
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La Cour des Comptes tire régulièrement la sonnette d’alarme devant l’espèce d’indifférence que manifeste le pouvoir face à la montée de l’endettement – aussi bien pour le privé que pour le public. Emmanuel Macron refuse de voir la montée des périls".

En cette rentrée marquée comme chaque année par une certaine morosité, malgré la persistance d’un soleil propre à réchauffer les cœurs, les Français ont le sentiment de vivre un déjà vu sur le plan économique. La brillante période du début du quinquennat d’Emmanuel Macron avec une croissance qui a dépassé l’an dernier 2,3% et l’amélioration de toutes les grandes données conjoncturelles apparait déjà comme reléguée au passé, comme si le pays était tenté de retomber dans  les ornières de la médiocrité, en réalisant des performances inférieures à celles de la moyenne de ses partenaires.

Ainsi, les prévisions pour l’an prochain sont en recul par rapport à 2017 qui restera comme une année exceptionnelle. Les principaux indicateurs se dégradent au point de remettre en question le satisfecit que nous avait délivré Bruxelles pour le début de remise en ordre dans les comptes. L’affaiblissement de la croissance engendre une réduction des rentrées fiscales et une aggravation des déficits. La France bénéficie pourtant de la forte baisse du loyer de l’argent : elle versera cette année quarante milliards d’euros pour payer les intérêts de sa dette publique, alors qu’elle aurait dû acquitter soixante-dix milliards si le loyer de l’argent était resté à son niveau d’il y a cinq ans. Le gouvernement profite de cette aubaine sans se préparer à des jours qui s’annonceront plus difficiles lorsque le mouvement de hausse des taux amorcé aux Etats-Unis finira par se répercuter en Europe. La Cour des Comptes tire régulièrement la sonnette d’alarme devant l’espèce d’indifférence que manifeste le pouvoir face à la montée de l’endettement – aussi bien pour le privé que pour le public. Emmanuel Macron refuse de voir la montée des périls. Les dépenses nouvelles fleurissent sur le plan militaire, pour améliorer la sécurité. La reprise de la dette de la SNCF alourdit les comptes. Alors que parallèlement rien n’est fait pour améliorer sur le fond les réformes qui étaient pourtant dans le programme présidentiel. On voir réapparaitre régulièrement des dossiers qui étaient déjà sur la table des équipes précédentes. Le Président prononce des discours d’une bonne facture avec une grande élévation de pensée, mais lorsqu’il  s’agit de passer à l’exécution, on constate que les engagements importants sont toujours annoncés pour la fin du quinquennat, alors que dans l’immédiat, on se contente de quelques réglages à la marge, des ajustements  qui ne changent pas vraiment la feuille de route.
 
En réalité, depuis 1974, dernière année où les comptes publics étaient à l’équilibre, les régimes qui se sont succédés n’ont cessé de promettre des réformes, sans avoir le courage de les réaliser à fond. Ce n’est jamais le moment : dès que la situation conjoncturelle s’améliore, le relâchement entre en lisse, alors que c’est à ce moment qu’il faudrait agir. Tous nos partenaires l’ont fait. La France fait exception.  Aujourd’hui, le ralentissement est plus marqué que dans les autres pays européens. Et déjà un clignotant s’allume sur le front du chômage. Les créations d’emplois ont tendance à plafonner et certains économistes s’interrogent pour savoir s’il n’y aura pas un coup d’arrêt, alors que les besoins liés à la démographie sont énormes, et si Emmanuel Macron ne risque pas d’être victime de la persistance d’un taux excessif de chômage - la France se situe au vingt-cinquième rang sur vingt-huit en Europe - comme François Hollande avait attendu pendant cinq ans le retour de la croissance. Le doute est en train de regagner sournoisement du terrain, minant la confiance que le chef de l’Etat avait su restaurer, en créant chez nos compatriotes un sentiment amer de ne pouvoir réaliser ce que tous les autres ont fait et de glisser ainsi progressivement vers un retour à l’immobilisme.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires