En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 18 min 55 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 21 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 19 heures 57 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 19 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 23 min 9 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 33 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 39 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 19 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 15 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 29 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Atlantico Business

Brexit : un accord possible pour éviter le chaos en Grande Bretagne et fracturer la majorité qui soutient encore Theresa May

Publié le 12 septembre 2018
Selon Michel Barnier, le négociateur européen, un accord est possible, mais cet accord va définitivement fracturer la classe politique britannique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Michel Barnier, le négociateur européen, un accord est possible, mais cet accord va définitivement fracturer la classe politique britannique.

D’un côté, on a Michel Barnier et Theresa May qui se seraient enfin mis d’accord sur un projet de divorce à l’amiable. 

De l’autre, une opposition politique des partisans d’un hard Brexit, menée par Boris Johnson de plus en plus violent avec comme conseiller de l’ombre, le lobbyiste américain Stephen Bannon, l’ancien conseiller politique de Donald Trump. 

Selon Michel Barnier, le négociateur de la Commission européenne sur le dossier du Brexit, la première phase du Brexit pourrait aboutir à un accord dans le courant du mois de novembre : "Je pense que, si nous sommes réalistes, nous sommes capables de parvenir à un accord sur la première étape de ces négociations, à savoir le traité sur le Brexit, dans les six ou huit semaines".

D’où un sommet extraordinaire au début du mois de novembre.

Avec un peu d’effort, le calendrier pourrait donc être respecté « puisque le Royaume-Uni a décidé de partir en mars de l'année prochaine, le 29 mars, a-t-il rappelé, en tenant compte du processus de ratification, de la Chambre des communes d'une part, du Parlement européen et du Conseil d'autre part " a ajouté Michel Barnier.

Peu probable d’arriver à un accord avant le 18 octobre, date initialement prévue pour un sommet des chefs d'État et de gouvernement de l’UE à Bruxelles, mais Michel Barnier pense que ça serait jouable pour le début du mois de novembre.

La principale question en suspens entre l'UE et le Royaume-Uni reste celle de la frontière entre la province britannique d'Irlande du nord et l'Irlande, membre de l'UE, personne ne souhaitant le retour de cette frontière. Par conséquent, cette affaire se soldera pour l’Irlande par le maintien du statut quo, seul moyen d’éviter de créer un foyer de désordre et de violence à la frontière.

Pour le reste, on aurait un embryon d’accord de principe sur une indemnité de divorce de 39 milliards d‘euros, avec des facilités de paiements et surtout le maintien d’un accord commercial de libre échange entre la Grande Bretagne et l’Union européenne, dont les conditions seraient très proches des conditions antérieures.

Pour Theresa May, cet accord pour lequel elle s’est engagée est le seul moyen d’éviter un chaos économique et social de la Grande Bretagne. Elle, qui défendait le scénario d’un Brexit dur, s’est aperçue qu’elle ne parviendrait pas à trouver très rapidement avec les Etats-Unis des marchés qui lui auraient permis de compenser la perte des marchés européens, elle s’est aperçue qu‘elle courait un vrai risque de voir l’industrie financière se vider de ses emplois, elle s’est aperçue qu‘il y avait une menace réelle de désordre très grave avec la gestion des populations résidentes mais étrangères qui se seraient retrouvées abandonnées. Idem pour les britanniques résidant sur le continent.

Enfin, les services de sécurité britannique ont publié des analyses très alarmantes sur les atteintes à l’ordre public en cas de Brexit sans accord en avril ou en mai.

Pour toutes ces raisons, Theresa May avait donc abandonné le scénario d’un Brexit dur, pour une version plus soft.

Son problème, c’est qu’une partie de sa majorité, emmenée par l’ancien négociateur Boris Johnson, continue de militer pour un divorce absolu. Boris Johnson en a fait son cheval de bataille politique et se pose désormais en challenger de Theresa May à la tête du gouvernement.

"A chaque étape des discussions, Bruxelles obtient ce que Bruxelles veut".

"Nous avons placé une veste-suicide sur la Constitution britannique - et donné le détonateur à Michel Barnier" a soutenu Boris Johnson dans une tribune publiée dans le Mail on Sunday. Il regrette que le Royaume-Uni adopte une attitude de "béni-oui-oui" face à l'UE.  "Jusqu'ici, à chaque étape des discussions, Bruxelles obtient ce que Bruxelles veut. Nous avons accepté le calendrier de l’UE ; nous avons accepté de remettre 39 milliards de livres, sans rien obtenir en retour.... Maintenant, avec la proposition de Theresa May nous sommes prêts à accepter leurs règles - pour toujours - sans avoir un mot à dire sur ces règles" a-t-il poursuivi. "C'est une humiliation". Boris Johnson a également dénoncé comme "totalement inacceptable" la solution de "back stop" (ou "filet de sécurité) qui maintiendrait la province britannique d'Irlande du Nord au sein de l'union douanière et du marché unique européen, faute d'autres solutions pour empêcher le rétablissement de contrôles frontaliers avec l'Irlande, membre de l'UE, après le Brexit.

Boris Johnson serait conseillé par Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, qui voit dans le Brexit la première étape d’un démantèlement de l'Union européenne, son but principal aujourd’hui. Steve Banon, dont on rappelle qu’il avait été déjà à la manœuvre lors du referendum qui a tout déclenché, a aussi ses entrées au sein du gouvernement italien et d’une façon générale suit de très près tous les courants populistes qui se développent en Europe.

Cette influence et ce poids là n'auraient pas été étrangers à la décision de la Commission européenne d’abandonner une position très radicale et de négocier un compromis acceptable avec Londres pour éviter une aggravation de la rupture.  Eviter de créer une situation qui aurait pu être systémique au reste de l’Europe et au final assez catastrophique en terme de conséquences socio-économiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires