En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 7 heures 8 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 10 heures 6 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 11 heures 8 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 15 heures 52 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 17 heures 29 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 8 heures 27 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 10 heures 38 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 17 heures 42 min
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
Confusion

Y a-t-il un pilote dans l’avion de la politique fiscale Macronienne ?

Publié le 03 septembre 2018
La politique budgétaire du gouvernement a été beaucoup critiquée en cette rentrée, notamment suite aux annonces d'Edouard Philippe sur les orientations pour l'année 2019.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La politique budgétaire du gouvernement a été beaucoup critiquée en cette rentrée, notamment suite aux annonces d'Edouard Philippe sur les orientations pour l'année 2019.

Atlantico : Les orientations budgétaires 2019, dévoilées par Edouard Philippe dans les colonnes du JDD le 26 août ont été la cible de nombreuses critiques, visant notamment à le rapprocher aux exercices de François Hollande. Comment qualifier ce budget et quelle en est la réelle cohérence ?

 
Philippe Crevel : Depuis son élection, le Président de la République avait fait preuve de beaucoup d’habileté dans sa communication. Il nous avait habitué à communiquer rapidement et sur plusieurs fronts pour désarçonner ses opposants. Pour les premières annonces du budget 2019, il a laissé son Premier Ministre aller au charbon. La distillation de mesures peu populaires dans un quotidien du dimanche, à la fin du mois d’août, manquait de souffle et attirait l’attention de toutes les oppositions déjà revigorées par l’affaire Benalla. Le projet de loi de finances constitue normalement un rendez-vous clef de la rentrée. C’est le projet de loi cadre de l’action de l’Etat. Or, en recourant à une communication en creux, en mettant en avant des mesures de redressement de compte, le Gouvernement semblait vouloir masquer non seulement la dérive des comptes mais aussi l’absence de stratégie budgétaire. Emmanuel Macron misait, comme dans le passé, François Hollande, sur le retour de la croissance pour résoudre les problèmes budgétaires. Si durant la première année, le Président dictait aux faits son rythme, depuis quelques semaines, c’est l’inverse. La réalité s’impose avec son lot d’écueils. Depuis plus d’un an, la restructuration de la sphère publique et la réduction des effectifs sont reportés. De ce fait, il n’est pas étonnant qu’avec le ralentissement de la croissance, la vague des dépenses publiques grossisse. Les solutions proposées par le Premier Ministre appartiennent bien à celles de l’ancien monde, désindexation de certaines prestations sociales, diminution homéopathique des effectifs de la fonction publique, report d’une mesure d’exonération des charges sociales, etc. Le Gouvernement pratique le jeu de bonneteau budgétaire à défaut de réformer. En cela, la continuité est de mise.
 

Dès lors, comment comprendre les arbitrages réalisés ? Quelles ont été les forces, la méthode, qui ont pu pousser le gouvernement à élaborer de telles orientations ? Faut-il y voir un symptôme d'un gouvernement pris de court par les événements, aussi bien politiques qu'économiques ?

Le ralentissement économique prive l’Etat de quelques milliards d’euros de recettes et augmente naturellement les dépenses. L’exercice budgétaire 2019 s’en trouve ainsi compliqué. En outre, du fait de la réintégration du CICE dans le barème des cotisations sociales, cet exercice était par nature complexe. En effet, l’Etat devra compenser les exonérations de charges sociales tout en versant le CICE des années antérieures. Après la bonne surprise du déficit de 2017 qui s’est élevé à 2,6 % du PIB, le Gouvernement savait avant même l’effritement de la croissance que le processus de retour à l’équilibre risquait d’être interrompu dès 2019 d’autant plus qu’il faut financer la suppression progressive de la taxe d’habitation. Le gouvernement donne l’impression de bégayer dans la mise en place des réformes. Après la victoire avec les ordonnances Travail et le demi-succès avec la SNCF, les autres réformes peinent à prendre forme concrètement. La révision constitutionnelle qui aurait dû être validée dans les premières semaines du quinquennat, n’a toujours pas franchi le cap de l’Assemblée nationale, la réforme de la formation professionnelle bute sur l’hostilité des régions, celle de l’assurance chômage cherche sa voie. L’étirement de l’élaboration de la réforme des retraites pourrait aboutir à son enlisement.
 
Le Président face à la montée des incertitudes économiques, montée du protectionnisme, Brexit, augmentation du prix du pétrole, aurait du prendre la parole pour fixer un cadre, une stratégie. Les Français supportent de moins en moins les petites mesures d’ajustement qui s’ajoutent les unes aux autres et qui n’aboutissent pas à rééquilibrer les comptes. Ils considèrent que la répartition des efforts est déséquilibrée. Les retraités, tant sous François Hollande que sous Emmanuel Macron, sont mis à contribution. Les classes moyennes peuvent également se sentir lésés en voyant leurs impôts augmentés. Les plus modestes considèrent que les pouvoirs publics gèlent leurs prestations tout en allégeant l’ISF des plus riches. Cette mauvaise impression mine la popularité de l’exécutif et peut l’empêcher de mener à bien sa politique de revalorisation du travail. Le Gouvernement pêche par l’insuffisance de pédagogie. Le recours à une politique économique impressionniste empêche les citoyens de s’y retrouver.
 
 
 
L’affaire Benalla a révélé que le Président de la République était seul. Du fait de la jeunesse de son parti, de l’absence de poids lourds politique prêts à jouer le rôle de grognards, il manque de pare-feu. Il ne possède pas d’un Ministre de l’Economie pouvant servir de paratonnerre. Les ministres, les uns après les autres, montrent certaines faiblesses tant politiques qu’au niveau de la communication. Le départ de Nicolas Hulot, attendu mais précipité et violent dans la forme, symbolise que le Gouvernement n’est pas une équipe soudée mais une somme d’individus défendant leur pré carré ou leur popularité. L’intégration des ministres en provenance de la société civile apparaît plus difficile que prévue. L’art de la discussion, de la négociation et des concessions ne s’apprend en quelques coups de baguette magique. Quand le vent forcit, les arbitrages deviennent plus violents et nécessitent un savoir-faire et un calme à tout épreuve. Les craquements entendus depuis quelques jours témoignent de l’existence de tensions mal régulées.
 

En quoi le "redessinage" à venir de ce budget 2019 pourrait-il être décisif pour le gouvernement, notamment dans le rapport qu'entretient Emmanuel Macron avec les Français sur la question de l'action, et de la cohérence économique ? Quelles en seront les priorités ?

L’exécutif devrai tout faire pour effacer de la mémoire de l’opinion ses tergiversations des derniers jours d’août. Le remaniement de l’équipe gouvernemental pourrait l’y aider même si ce n’est pas en changeant des hommes et des femmes que l’on règle les problèmes. Emmanuel Macron devrait avant tout redonner de la cohérence à sa politique économique et budgétaire. Il faut sortir évidemment du débat surréaliste sur l’application ou non du prélèvement à la source. Comment imaginer une marque lançant une campagne de publicité pour le lancement de son produit sur tous les grands médias annonçant en même temps qu’elle le retire du marché ? Le Président de la République devrait confirmer l’orientation de sa politique et non pas en changer faute de quoi sa crédibilité en serait atteinte. Il devrait non pas différer les réformes mais accélérer le pas. Sur l’impôt sur le revenu, le problème n’est pas la retenue à la source mais le fait que l’impôt n’ait pas été modernisé, qu’il comporte toujours autant de niches. Sur les charges sociales, la décrue demeure insuffisante et le barème est antiéconomique au possible. Il faudrait supprimer les effets de seuils qui jouent le rôle d’une chape de plomb. Ils empêchent la montée en gamme de notre production. Pour éviter ces effets, il faudrait instituer un abattement de 800 euros de charges sociales sur tous les salaires (à l’exclusion des emplois à temps partiel, intérim). Le Gouvernement devrait enfin préciser la réforme des finances locales tout comme il devrait enfin mettre en œuvre la réduction des effectifs de la fonction publique. Les réductions prévues en 2019, 4500, sont dans l’épaisseur du trait. L’objectif de 80 000 ou 100 000 suppressions emplois apparaît irréalisable en l’état. Le Président de la République devrait surtout préciser quels sont les objectifs réels de sa politique. Moins de teasing, plus de communication concrète, plus d’actions devraient au cœur des priorité de l’exécutif. Il faudrait également un engagement plus poussé sur quelques points forts de la politique gouvernementale afin d’aller plus vite et de générer un réel électrochoc.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires