En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 6 min 53 sec
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 57 min 27 sec
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 18 heures 22 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 11 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 jour 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 22 min 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 18 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 18 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 21 heures 32 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 23 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 14 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 15 heures
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Effet collatéral

Quand la baisse du nombre d’immigrés européens au Royaume Uni est à l’origine d’une poussée à la hausse des salaires : les brexiteurs seraient-ils en train d’obtenir exactement ce qu’ils voulaient ?

Publié le 18 août 2018
Les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, et seraient donc contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, et seraient donc contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats.

Atlantico : Selon un article publié par le Guardian, les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, à son plus bas niveau depuis 2013, mais également en conséquence d’un niveau de chômage au plus bas depuis l’année 1975. Résultat, les entreprises seraient aujourd’hui contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats. Finalement, ne peut-on pas considérer cette situation comme la réalisation d’un objectif recherché par les Brexiters ?

Michel Ruimy : En fait, on peut considérer que les premières conséquences du Brexit commencent à être visibles en Grande-Bretagne, notamment sur le marché du travail. Mais pas uniquement.

En effet, les entreprises britanniques sont actuellement confrontées à un manque de candidatures pour les postes à pourvoir. Une des raisons à cette situation est la diminution de la main d’œuvre disponible du fait de la baisse, notamment depuis le référendum du 23 juin 2016 qui a débouché sur la décision d’un Brexit, des flux de travailleurs en provenance de l’Union européenne à la recherche d’un emploi. La demande est passée de 24 postulants à 20 pour les emplois peu qualifiés, de 19 à 10 pour ceux moyennement qualifiés et de 8 à 6 pour les emplois qualifiés.

Les secteurs les plus touchés sont ceux qui emploient traditionnellement une main d’œuvre étrangère : la santé, l’hôtellerie, la restauration, le bâtiment et la finance. Toutefois, ce panorama risque, à l’avenir, de s’élargir puisque selon une étude du cabinet Deloitte de 2017, un peu moins de la moitié des employés qualifiés non britanniques envisagent de quitter le Royaume-Uni dans les 5 prochaines années.

Dans ce paysage où le volume de candidats s’amoindrit, les entreprises se doivent d’attirer et de conserver les bons éléments notamment en augmentant leurs salaires ou en améliorant leurs avantages sociaux.

Le secteur public n’est pas en reste puisque le Brexit participe à une inflation salariale. A cet égard, la Banque d’Angleterre s’attend à ce que les salaires enregistrent, cette année, leur plus forte hausse depuis 10 ans, qui serait la conséquence du relèvement des prix mais aussi du fait d’un chômage au plus bas depuis 1975. Dès lors, afin de compenser la perte de pouvoir d’achat, plus d’un million de fonctionnaires britanniques verront leurs traitements s’élever de 2 à 3,5 % sur l’année fiscale 2018 - 2019, mettant fin à des années d’austérité budgétaire. En fait, cette initiative, qui coûtera 4 milliards d’euros au budget de l’Etat, vise à encourager les vocations dans des professions sinistrées comme l’enseignement ou la médecine.

Au final, cette situation n’est pas voulue. Mais les Britanniques sont pragmatiques d’autant qu’encore aujourd’hui, bien que le vote ait provoqué un choc indéniable, les Européens continuent à venir au Royaume- Uni. Certes, les arrivées ont fortement ralenti mais elles ne se sont pas pour autant arrêtées. Les Européens qui viennent s’installer outre-Manche restent nettement plus nombreux que ceux qui partent. D’octobre 2016 à septembre 2017, 220 000 citoyens de l’Union européenne sont arrivés et 130 000 sont partis. Le solde migratoire net (90 000) est néanmoins en baisse de 25 % par rapport aux douze mois précédents mais il reste clairement positif. Pour la seule Europe de l’Ouest - les quinze pays membres de l’Union européenne avant l’élargissement de 2004 -, le solde a baissé de moitié mais demeure de 41 000.

Faut-il s’attendre à un retour de bâton d’une telle situation sur l'économie britannique ? Quels pourraient en être les effets de moyen long terme ?

Bien que le gouvernement britannique ait indiqué, à plusieurs reprises, que les européens, qui étaient présents sur le territoire avant le vote du Brexit, pourraient rester après la sortie du pays de l’Union européenne, les saillies contradictoires et constantes des ministres sur le sujet de l’immigration ainsi que le blocage des négociations sur l’accord de sortie, prévue pour la fin mars 2019, n’augurent rien de bon. En effet, les travailleurs européens quittent le pays à cause du climat d’incertitudes auquel ils doivent faire face.

Prenons un exemple, The Independent a révélé, il y a quelques temps, que les exploitations agricoles des Cornouailles avaient du mal à recruter. L’éventuel durcissement de la politique d’immigration décourageait, en effet, de plus en plus de saisonniers, dont beaucoup viennent d’Europe de l’Est, qui, du coup, sont allés offrir leur force de travail dans d’autres pays de l’Union européenne. Si la région accueille actuellement 17 000 ressortissants européens, les fermes n’ont pu embaucher que 65 % des travailleurs dont elles ont besoin depuis le vote du pays en faveur du Brexit. La solution palliative du recours aux travailleurs britanniques est malaisée à envisager car les emplois proposés sont très fatigants et souvent mal rémunérés, donc rebutants. Il manquerait aujourd’hui un peu moins de 10 000 travailleurs agricoles et des champs entiers seraient en train de pourrir. Ainsi, le changement des lois d’immigration concernant les citoyens européens pourrait se traduire, pour ce secteur, par la perte de millions de livres, lié à l’impossibilité pour l’industrie maraîchère de trouver, en compensation, des ouvriers qualifiés britanniques.

Ainsi, sans éclaircissement sur le futur système d’immigration la situation économique d’ensemble se détériorera dans les prochaines années et les employeurs devront faire face à un manque de main d’œuvre, encore plus grand, dans de nombreux secteurs. Il est difficile aujourd’hui d’attirer de nouvelles recrues dans un pays qui ne renvoie plus l’image d’un « eldorado »...

Alors que l’incertitude entourant la finalisation du Brexit demeure, peut-on s’attendre à une prolongation d’une situation ou l’économie britannique affiche encore des résultats plus que satisfaisants, notamment sur le front de l’emploi ? Le catastrophisme n’a-t-il pas été exagéré ?

Aujourd’hui, à la surprise générale, les effets du Brexit sont réduits malgré les incertitudes pesant sur le monde des affaires durant la phase des négociations. Pour autant, il faut être prudent quant à l’analyse et ne pas tirer de conclusions trop hâtives.

Rappelons la chronologie des prochains mois qui est cruciale. Dans environ 7 mois, le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne. Un saut dans l’inconnu mais qui est amorti, à ce jour, par l’accord de transition, définissant notamment le statut des citoyens européens au Royaume-Uni : une période de 21 mois pendant desquels le statuquo sera de vigueur. Plusieurs questions doivent être encore tranchées avant le 31 octobre prochain, date à laquelle le Traité de retrait doit être signé par les deux parties. Le 29 mars 2019, le « Brexit Day », marquera le divorce officiel et le début de la période de transition. C’est donc seulement le 31 décembre 2020 que le Royaume-Uni et l’Union européenne ouvriront une nouvelle page de leurs relations économiques et politiques.

Cependant, les conséquences économiques d’une absence d’accord sur le Brexit (« no deal »), qui est encore évitable du fait des pressions politiques britannique et européenne, sont difficiles à évaluer. Qui sera touché ? Sur quelle période ? En première approche, le secteur alimentaire et les approvisionnements en produits pharmaceutiques pourraient être affectés. En tout cas, l’absence d’accord serait unesecousse car elle annulerait la période de transition et sous-entendrait que le pays se soumettra aux tarifs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), moins avantageux que ceux négociés avec l’union européenne. De plus, l’OMC ne couvre pas en détail l’ensemble des activités de commerce et les services qui représentent un secteur très important au Royaume - Uni.

Une des solutions pour éviter un scénario catastrophe serait de rester dans l’union douanière ou le marché unique. Le problème est que ce sont des sujets qui rencontrent de nombreux blocages auprès des tenants de la thèse d’un Brexit « dur ».

C’est pourquoi, l’avenir économique du Royaume - Uni repose sur la période de négociations qui débutera au mois de septembre. On le voit bien ! Le temps presse car le pays devra trouver une solution viable avant de présenter son accord de retrait lors du sommet européen des 18 et 19octobre.

La question reste maintenant de savoir si Theresa May, qui répète souvent que c’est à elle que le job de sortir le pays de l’Union européenne a été confié, arrivera à sauver le bateau du pire (Brexit sans accord) ou si le naufrage (contexte de politique interne où elle subit la pression de ses collègues conservateurs qui la menacent, à chaque tension, de provoquer un vote de défiance) est inévitable.

Cette incertitude n’est jamais bonne pour les marchés financiers d’autant que, jusqu’à présent, aucun pays ne s’est encore retrouvé dans ce genre de situation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires