En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Présidentielle 2012

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 5 min 52 sec
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 3 heures 48 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 10 heures 58 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 17 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 16 heures 46 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en passant des énergies fossiles

il y a 46 min 44 sec
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 3 heures 53 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 11 heures 48 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 13 heures 24 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 16 heures 11 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 20 heures 30 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 21 heures 4 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Effet collatéral

Quand la baisse du nombre d’immigrés européens au Royaume Uni est à l’origine d’une poussée à la hausse des salaires : les brexiteurs seraient-ils en train d’obtenir exactement ce qu’ils voulaient ?

Publié le 18 août 2018
Les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, et seraient donc contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, et seraient donc contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats.

Atlantico : Selon un article publié par le Guardian, les entreprises britanniques seraient actuellement confrontées à des problèmes de recrutement, notamment en raison de la baisse de l’immigration en provenance de l’UE, à son plus bas niveau depuis 2013, mais également en conséquence d’un niveau de chômage au plus bas depuis l’année 1975. Résultat, les entreprises seraient aujourd’hui contraintes de recourir à des hausses de salaires pour attirer les candidats. Finalement, ne peut-on pas considérer cette situation comme la réalisation d’un objectif recherché par les Brexiters ?

Michel Ruimy : En fait, on peut considérer que les premières conséquences du Brexit commencent à être visibles en Grande-Bretagne, notamment sur le marché du travail. Mais pas uniquement.

En effet, les entreprises britanniques sont actuellement confrontées à un manque de candidatures pour les postes à pourvoir. Une des raisons à cette situation est la diminution de la main d’œuvre disponible du fait de la baisse, notamment depuis le référendum du 23 juin 2016 qui a débouché sur la décision d’un Brexit, des flux de travailleurs en provenance de l’Union européenne à la recherche d’un emploi. La demande est passée de 24 postulants à 20 pour les emplois peu qualifiés, de 19 à 10 pour ceux moyennement qualifiés et de 8 à 6 pour les emplois qualifiés.

Les secteurs les plus touchés sont ceux qui emploient traditionnellement une main d’œuvre étrangère : la santé, l’hôtellerie, la restauration, le bâtiment et la finance. Toutefois, ce panorama risque, à l’avenir, de s’élargir puisque selon une étude du cabinet Deloitte de 2017, un peu moins de la moitié des employés qualifiés non britanniques envisagent de quitter le Royaume-Uni dans les 5 prochaines années.

Dans ce paysage où le volume de candidats s’amoindrit, les entreprises se doivent d’attirer et de conserver les bons éléments notamment en augmentant leurs salaires ou en améliorant leurs avantages sociaux.

Le secteur public n’est pas en reste puisque le Brexit participe à une inflation salariale. A cet égard, la Banque d’Angleterre s’attend à ce que les salaires enregistrent, cette année, leur plus forte hausse depuis 10 ans, qui serait la conséquence du relèvement des prix mais aussi du fait d’un chômage au plus bas depuis 1975. Dès lors, afin de compenser la perte de pouvoir d’achat, plus d’un million de fonctionnaires britanniques verront leurs traitements s’élever de 2 à 3,5 % sur l’année fiscale 2018 - 2019, mettant fin à des années d’austérité budgétaire. En fait, cette initiative, qui coûtera 4 milliards d’euros au budget de l’Etat, vise à encourager les vocations dans des professions sinistrées comme l’enseignement ou la médecine.

Au final, cette situation n’est pas voulue. Mais les Britanniques sont pragmatiques d’autant qu’encore aujourd’hui, bien que le vote ait provoqué un choc indéniable, les Européens continuent à venir au Royaume- Uni. Certes, les arrivées ont fortement ralenti mais elles ne se sont pas pour autant arrêtées. Les Européens qui viennent s’installer outre-Manche restent nettement plus nombreux que ceux qui partent. D’octobre 2016 à septembre 2017, 220 000 citoyens de l’Union européenne sont arrivés et 130 000 sont partis. Le solde migratoire net (90 000) est néanmoins en baisse de 25 % par rapport aux douze mois précédents mais il reste clairement positif. Pour la seule Europe de l’Ouest - les quinze pays membres de l’Union européenne avant l’élargissement de 2004 -, le solde a baissé de moitié mais demeure de 41 000.

Faut-il s’attendre à un retour de bâton d’une telle situation sur l'économie britannique ? Quels pourraient en être les effets de moyen long terme ?

Bien que le gouvernement britannique ait indiqué, à plusieurs reprises, que les européens, qui étaient présents sur le territoire avant le vote du Brexit, pourraient rester après la sortie du pays de l’Union européenne, les saillies contradictoires et constantes des ministres sur le sujet de l’immigration ainsi que le blocage des négociations sur l’accord de sortie, prévue pour la fin mars 2019, n’augurent rien de bon. En effet, les travailleurs européens quittent le pays à cause du climat d’incertitudes auquel ils doivent faire face.

Prenons un exemple, The Independent a révélé, il y a quelques temps, que les exploitations agricoles des Cornouailles avaient du mal à recruter. L’éventuel durcissement de la politique d’immigration décourageait, en effet, de plus en plus de saisonniers, dont beaucoup viennent d’Europe de l’Est, qui, du coup, sont allés offrir leur force de travail dans d’autres pays de l’Union européenne. Si la région accueille actuellement 17 000 ressortissants européens, les fermes n’ont pu embaucher que 65 % des travailleurs dont elles ont besoin depuis le vote du pays en faveur du Brexit. La solution palliative du recours aux travailleurs britanniques est malaisée à envisager car les emplois proposés sont très fatigants et souvent mal rémunérés, donc rebutants. Il manquerait aujourd’hui un peu moins de 10 000 travailleurs agricoles et des champs entiers seraient en train de pourrir. Ainsi, le changement des lois d’immigration concernant les citoyens européens pourrait se traduire, pour ce secteur, par la perte de millions de livres, lié à l’impossibilité pour l’industrie maraîchère de trouver, en compensation, des ouvriers qualifiés britanniques.

Ainsi, sans éclaircissement sur le futur système d’immigration la situation économique d’ensemble se détériorera dans les prochaines années et les employeurs devront faire face à un manque de main d’œuvre, encore plus grand, dans de nombreux secteurs. Il est difficile aujourd’hui d’attirer de nouvelles recrues dans un pays qui ne renvoie plus l’image d’un « eldorado »...

Alors que l’incertitude entourant la finalisation du Brexit demeure, peut-on s’attendre à une prolongation d’une situation ou l’économie britannique affiche encore des résultats plus que satisfaisants, notamment sur le front de l’emploi ? Le catastrophisme n’a-t-il pas été exagéré ?

Aujourd’hui, à la surprise générale, les effets du Brexit sont réduits malgré les incertitudes pesant sur le monde des affaires durant la phase des négociations. Pour autant, il faut être prudent quant à l’analyse et ne pas tirer de conclusions trop hâtives.

Rappelons la chronologie des prochains mois qui est cruciale. Dans environ 7 mois, le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne. Un saut dans l’inconnu mais qui est amorti, à ce jour, par l’accord de transition, définissant notamment le statut des citoyens européens au Royaume-Uni : une période de 21 mois pendant desquels le statuquo sera de vigueur. Plusieurs questions doivent être encore tranchées avant le 31 octobre prochain, date à laquelle le Traité de retrait doit être signé par les deux parties. Le 29 mars 2019, le « Brexit Day », marquera le divorce officiel et le début de la période de transition. C’est donc seulement le 31 décembre 2020 que le Royaume-Uni et l’Union européenne ouvriront une nouvelle page de leurs relations économiques et politiques.

Cependant, les conséquences économiques d’une absence d’accord sur le Brexit (« no deal »), qui est encore évitable du fait des pressions politiques britannique et européenne, sont difficiles à évaluer. Qui sera touché ? Sur quelle période ? En première approche, le secteur alimentaire et les approvisionnements en produits pharmaceutiques pourraient être affectés. En tout cas, l’absence d’accord serait unesecousse car elle annulerait la période de transition et sous-entendrait que le pays se soumettra aux tarifs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), moins avantageux que ceux négociés avec l’union européenne. De plus, l’OMC ne couvre pas en détail l’ensemble des activités de commerce et les services qui représentent un secteur très important au Royaume - Uni.

Une des solutions pour éviter un scénario catastrophe serait de rester dans l’union douanière ou le marché unique. Le problème est que ce sont des sujets qui rencontrent de nombreux blocages auprès des tenants de la thèse d’un Brexit « dur ».

C’est pourquoi, l’avenir économique du Royaume - Uni repose sur la période de négociations qui débutera au mois de septembre. On le voit bien ! Le temps presse car le pays devra trouver une solution viable avant de présenter son accord de retrait lors du sommet européen des 18 et 19octobre.

La question reste maintenant de savoir si Theresa May, qui répète souvent que c’est à elle que le job de sortir le pays de l’Union européenne a été confié, arrivera à sauver le bateau du pire (Brexit sans accord) ou si le naufrage (contexte de politique interne où elle subit la pression de ses collègues conservateurs qui la menacent, à chaque tension, de provoquer un vote de défiance) est inévitable.

Cette incertitude n’est jamais bonne pour les marchés financiers d’autant que, jusqu’à présent, aucun pays ne s’est encore retrouvé dans ce genre de situation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Présidentielle 2012

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires