En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Piero CRUCIATTI / AFP
La fin d'un monde ?

Fiat perd son puissant patron : une page se tourne... pour le meilleur

Publié le 25 juillet 2018
Mike Manley a pris la succession du patron emblématique de Fiat, Sergio Marchionne, un des dirigeants les plus respectés de l'industrie automobile dont l'état de santé s'est dégradé à la suite d'une opération en Suisse. Il est décédé ce mercredi 25 juillet 2018. Après 14 ans à la tête de Fiat, quel est le bilan de Marchionne ? Que manque-t-il à Fiat pour redevenir un groupe conquérant, d'envergure mondiale, avec une vraie capacité d'innovation ?
Bernard Jullien est économiste. Il est directeur général du réseau international Gerpisa (Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’Automobile).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Jullien
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Jullien est économiste. Il est directeur général du réseau international Gerpisa (Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’Automobile).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mike Manley a pris la succession du patron emblématique de Fiat, Sergio Marchionne, un des dirigeants les plus respectés de l'industrie automobile dont l'état de santé s'est dégradé à la suite d'une opération en Suisse. Il est décédé ce mercredi 25 juillet 2018. Après 14 ans à la tête de Fiat, quel est le bilan de Marchionne ? Que manque-t-il à Fiat pour redevenir un groupe conquérant, d'envergure mondiale, avec une vraie capacité d'innovation ?

Atlantico.fr : Après 14 ans à la tête de Fiat, comment qualifieriez-vous le bilan de Marchionne ?

 
Bernard Jullien : Marchionne a indéniablement marqué le paysage de ces dernières années en réussissant, au bénéfice de son actionnariat, un certain nombre de coups. Il a commencé par réussir une sortie de l'accord de Fiat avec GM qui s'est effectuée, grâce à lui, dans des conditions extrêmement favorables à Fiat. Il a ensuite surfé sur les opportunités de délocalisations à l'Est en baissant la production en Italie au profit de la Pologne puis de la Serbie pour revenir en Italie finalement. Il a profité du succès de la 500. Il a réformé la structure quasi-conglomérale de Fiat ce qui permet aujourd'hui de se séparer de la partie poids lourd ou de la partie équipementière.
Pendant tout son règne, les analystes se sont demandés si il était missionné par les actionnaires pour relancer Fiat dans la course mondiale ou si il cherchait pour eux des solutions de sortie favorable. 
En 2018, le doute n'est pas, de mon point de vue, complètement dissipé.
 

Le rachat de Chrysler pendant la crise financière a particulièrement contribué à instaurer une légende dorée autour de Marchionne. Cette réputation de patron visionnaire et audacieux est-elle justifiée ?

 
La reprise de Chrysler a été un de ses coups : l'administration américaine avait déjà du nationaliser GM et cherchait une solution pour que Chrysler ne disparaisse pas corps et bien. A l'époque, souvenons-nous, l'administration Obama pensait que la sortie de crise ne pourrait se faire qu'en développant des véhicules plus raisonnables et moins émetteurs. Marchionne a convaincu que Fiat pouvait amener des solutions à Chrysler dans cette perspective. Avec la reprise, une fois les surcapacités éliminées, Chrysler a profité à plein du marché américain en vendant essentiellement des SUV et des light-trucks très gros et polluants comme les RAM. Jeep a été utilisée comme une marque mondiale et les carences de la gamme Fiat et/ou de son portefeuille de marques ont pu ainsi être en partie masquées.
Dans cette affaire, Marchionne a été audacieux certainement. Si être visionnaire signifie imaginer un ensemble industriel, commercial et technologique cohérent et apte à se développer mondialement de manière autonome alors on peut être un peu plus circonspect sur le second qualificatif.
 

Que manque-t-il aujourd'hui à Fiat pour redevenir un groupe conquérant, d'envergure mondiale, avec une vraie capacité d'innovation ? Quel profil faut-il pour succéder à Marchionne ?

 
Quand on regarde FCA aujourd'hui, on a une partie européenne qui vivote avec une marque Fiat qui a énormément perdu et dont le portefeuille produit est tout de même très pauvre. On a une partie brésilienne qui est presque le seul développement convaincant de Fiat dans les émergents mais date d'avant Marchionne. On a Chrysler qui n'existe hors des Etats-Unis qu'avec Jeep et qui, aux Etats-Unis, est peu positionné sur les "cars" et a par conséquent assez peu besoin de faire jouer des synergies avec Fiat.
Sur les deux grands dossiers qui continuent de focaliser l'attention de l'automobile mondiale que sont le développement global d'une part et les nouvelles technologies d'autre part, l'essentiel reste à faire aujourd'hui pour FCA et, en partant si tard, on voit mal comment, malgré sa profitabilité, le groupe pourrait y parvenir seul.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires