En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Jean-Francois Badias / POOL / AFP
Edito

Pourquoi le rapport sur les réformes a été enterré par l’exécutif

Publié le 20 juillet 2018
Un rapport avec des mesures choc débouchant sur une trentaine de milliards d’économies à l’horizon 2022 a été enterré, alors que la dernière loi de programmation des dépenses publiques votée en décembre dernier n’en prévoyait que quatre milliards. Au moment du rapprochement entre le gouvernement et les syndicats, le 17 juillet dernier, la publication d’un tel rapport aurait agité le chiffon rouge.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport avec des mesures choc débouchant sur une trentaine de milliards d’économies à l’horizon 2022 a été enterré, alors que la dernière loi de programmation des dépenses publiques votée en décembre dernier n’en prévoyait que quatre milliards. Au moment du rapprochement entre le gouvernement et les syndicats, le 17 juillet dernier, la publication d’un tel rapport aurait agité le chiffon rouge.

Le pouvoir a de plus en plus horreur des chiffres. Il ne veut pas donner le sentiment de gérer l’économie comme un comptable, à l’image de ce que poursuit Bercy depuis des années. On connait déjà les ravages provoqués dans l’opinion par la règle des trois pour cent appliquée au déficit public sous le quinquennat de François Hollande, un dogme qui n’a toujours pas disparu. Aujourd’hui, le terme de « chiffrage » engendre des levées de boucliers aussi bien au niveau des collectivités territoriales que des syndicats, car il est synonyme de coupes dans les budgets afin de réduire les déficits, alors que partout, on dénonce le manque de moyens pour engager les transformations indispensables de la société. Ainsi s’explique la mise au placard au moins temporaire pour ne pas parler d’un abandon pur et simple, du dernier rapport demandé à un groupe d’experts éminents provenant du public et du privé. Celui-ci préconisait des mesures choc à travers vingt-deux chapitres qui devraient procurer une trentaine de milliards d’économies à l’horizon 2022, alors que la dernière loi de programmation des dépenses publiques votée en décembre dernier n’en prévoyait que quatre milliards. Pour le gouvernement, la publication d’un tel rapport aurait pris l’allure d’un chiffon rouge, qui aurait immédiatement dressé les syndicats contre le pouvoir, au moment où ce dernier tente un rapprochement pour les amener à accepter des changements dans l’organisation du pays. 

Mais il existe une autre raison à la discrétion dont fait preuve le gouvernement. Car il ne s’agit pas de mettre en place une nouvelle politique du rabot, tellement discréditée, mais bien d’engager comme l’ont fait avant la France la plupart des pays, le renoncement à des pratiques anciennes pour amorcer une transformation  de fond qui implique notamment  la suppression des doublons entre l’Etat et les collectivités locales, la remise en cause d’un série d’aides et de niches fiscales, dont l’inefficacité est avérée, mais auxquelles se cramponnent de lobbies électoralement puissants. Cela suppose aussi l’abandon de réglementations héritées du passé, et notamment ce que le rapport appelle pudiquement « un assouplissement du statut pour permettre aux trois fonctions publiques de ne pas rester figées entre elles ». Conséquence immédiate : cela pourrait justifier dans un premier temps un surcroit de crédits en raison des investissements indispensables qui seraient justifiés par l’adaptation de l’Etat et de ses agents à la révolution numérique. D’où des dépenses supplémentaires, dont on devrait trouver ensuite la justification par la diminution des coûts administratifs, qu’elle entrainerait, mais qui risqueraient de faire hurler les partisans des économies à tout crin. Autrement dit, dans une première phase, des dépenses supplémentaires, qui feraient hurler les partisans des économies immédiates à tout crin.
 
On comprend dès lors la prudence du pouvoir avec le souci d’éviter tout chiffrage précis. D’autant qu’Emmanuel Macron risque de traverser une période turbulences, alors que la coupe du monde de football n’a pas engendré une hausse de sa popularité dans les sondages et que le scandale provoqué par l’un de ses conseillers les plus proches qui aurait usurpé des pouvoirs de police auxquels il n’avait pas droit, provoque une onde de choc dans le monde politique. Pour l’instant, le pouvoir croise les doigts, en espérant que la croissance apportera un supplément de recettes comme l’an dernier, en jugulant une partie des déficits. Il s’appuie en cela sur les dernières prévisions optimistes du gouverneur de la Banque de France, qui estime la reprise bien engagée dans le pays allant ainsi à contre-courant de la plupart des instituts internationaux qui redoutent un trou d’air en raison des tensions croissantes entre l’Europe et les Etats Unis provoquées par la politique agressive de Donald Trump. Et pendant ce temps, les grandes réformes pourraient être reléguées aux abonnés absents.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 20/07/2018 - 15:51
Economies qui sont des augmentations d'impôts.
Je trouve extraordinaire que l'on ose indiquer comme mesures d'économie la suppression de " niches fiscales" . D'une part, on désigne abusivement comme " niches fiscales" toutes les dispositions visant à tenir compte de certaines situations objectives ( par exemple situation familiale) ou à compenser/ atténuer des charges manifestement abusives pesant sur les entreprises (par rapport à la concurrence de nos voisins par exemple) . D'autre part et surtout, la suppression d'une "niche fiscale" ce n'est pas une économie mais une augmentation d"impôt.
zelectron
- 20/07/2018 - 10:20
ce gouvernement a peur des syndicats
qui sont non représentatifs et anti-démocratiques*: que faut-il de plus ?
*menaces, corruptions, chantages, extorsions, intimidation, racket . . .
vangog
- 20/07/2018 - 10:01
« la croissance apportera un supplément de recettes....
comme l’an dernier » Et voilà l’imposture-Macron dévoilée! le minet qui vous avait promis le changement et l’honnêteté est dans la continuité parfaite des politiques de Hollandouille, de Chirac-Heineken, de Mitterrand-l’hypocrite, et de VGe, premier socialiste à avoir livré la France à la grande finance mondialisée ...vous espériez quoi, naïfs? Si vous aviez élu Marine Le Pen, alors oui, vous auriez eu du changement! Mais ça fait peur, hein?...mieux vaut ne rien changer, car il y a encore de la marge sur le diesel et sur l’essence -alternativement et par souci d’égalitarisme-...