En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Homme providentiel ?
LR : Xavier Bertrand change de braquet
Publié le 06 juillet 2018
Xavier Bertrand n'est plus seulement un "faiseux". Son attitude annonce-t-elle un retour sur le devant de la scène politique ?
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand n'est plus seulement un "faiseux". Son attitude annonce-t-elle un retour sur le devant de la scène politique ?

Comme on entend et qu'on lit peu Xavier Bertrand (XB), le président de la région des Hauts-de-France, les portraits qui lui sont consacrés et qui rapportent beaucoup de ses propos, dans la quotidienneté d'une vie politique intense, ont d'autant plus de prix, surtout quand ils sont de qualité comme celui de Marion Mourgue (Le Figaro).

Il est clair que XB a déserté la modestie ostensible qui lui servait de paravent et anticipait les moqueries de ceux, peu clairvoyants, qui doutaient de son destin parce qu'il était, paraît-il, un petit assureur de province.
 
Cette retenue purement tactique a été longtemps la sienne quand, se campant comme adversaire déterminé des jeux partisans traditionnels, il a fui les médias et s'est affirmé comme le défenseur de sa région à la tête de laquelle il avait été élu avec le concours de la gauche contre le FN alors battu largement au second tour.
 
Je n'ai pas forcément apprécié la manière dont il a exploité cette victoire en s'acharnant systématiquement contre l'extrémisme de droite, donnant parfois l'impression qu'il jetait ses électeurs en même temps que son appareil officiel. Même s'il a été imité par Christian Estrosi dans cette voie, il avait trop de talent et de pensée pour y demeurer enkysté comme ce dernier.
 
Ensuite il y a eu le temps du "faiseux" qu'il opposait aux "diseux" avec une multitude de démarches, d'actions, d'interventions, d'impatiences, de colères et de volontarisme qui, tous, n'avaient pour seule finalité que de créer de l'emploi, de faire sortir du chômage et de susciter un nouvel élan dans une région qui se sentait abandonnée, presque désespérée.
 
Prise en charge sur un mode qui lui a redonné confiance en elle-même parce que celui qui la préside a confiance en elle, elle semble donner des signes de redressement. Rien n'est gagné mais il y a du mieux. On avance.
 
Est-ce que, fort de cette embellie globale et d'un bilan déjà consistant, XB considère que le moment est venu pour s'avancer plus nettement, plus avant dans le débat national ? Sans doute.
 
En tout cas il est clair qu'il a changé de braquet et de registre.
 
D'abord non seulement il est passé de "Macron compatible" à "Macron divergent" mais la dureté de son verbe et de ses critiques ne manque pas d'étonner. A l'évidence il ne retient plus ses coups, aussi bien quand il dénonce les erreurs de cette première année que lorsqu'il pourfend l'indifférence à l'égard des "milieux de cordée" ou qu'il stigmatise "ce pays gouverné à deux, Macron-Kohler, Kohler-Macron".
 
Au-delà de ces charges qui, somme toute, sans être banales, ne le distingueraient pas des opposants classiques de droite, il développe une analyse intéressante sur l'exigence du rassemblement. "Le vrai danger pour la droite, ce n'est pas le rétrécissement mais l'isolement...Quand vous ne pouvez plus nouer la moindre alliance si ce n'est à la droite de la droite, c'est terminé. Vous n'êtes plus un parti de gouvernement. Et c'est ce qui est clairement posé maintenant".
 
Avec le RN d'aujourd'hui qui refuse l'alliance en même temps que les LR s'en offusqueraient, le point de vue de XB est pertinent et ne s'inscrit absolument pas dans la perspective même lointaine d'une union des droites.
 
XB dévoile son jeu et son je qui dépassent la pure ambition régionale, avec quelque énergie qu'il la serve, en énonçant quasiment un programme présidentiel fondé sur quatre axes : un Etat efficace sur le plan régalien, un Etat stratège en matière économique et industrielle, un Etat garant sur la santé et la protection sociale et, enfin, un Etat partenaire des entreprises et des collectivités locales.
 
Si tout est pesé, tout n'est pas forcément neuf dans ces lignes directrices. L'important est que pour la première fois XB les énonce et qu'elles n'ont pas seulement pour vocation de "booster" les Hauts-de-France mais la France, le moment venu.
 
Depuis longtemps, on ne rit plus de XB. Le "petit chose", depuis des lustres, a fait sa mue. Il n'est plus seulement ce pragmatique s'efforçant de fuir les idées générales et les concepts abstraits. Il ne parvient plus à se cacher derrière son apparente discrétion. Sa région est un socle, son terreau, sa chance et sa preuve. Toujours faiseux certes mais plus seulement. Il va falloir compter avec lui demain à droite mais sa droite ne sera "ni revancharde ni caricaturale ni agressive".
 
Selon lui les Français auront la responsabilité de décider qui aura à incarner les solutions pour redresser le pays. Il ne décline pas l'honneur d'être celui-là.
 
Si tout le monde ne croit pas en lui, pour lui c'est fait.
 
Si je ne me trompe c'est une déclaration de candidature mais sans date.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 09/07/2018 - 11:01
sauver la démocratie : la france est en péril !!!
après les scandales macronnistes, l'exemple flagrant de la chasse à l'opposition que dire de la JUSTICE dans ce pays.. POURQUOI les différences BAYROU !!! et FILLON, maintenant LE PEN. etc...
OUI, en réponse à Marine le pen et Laurent WAUQUIEZ, il faut instituer une présomption de légitime défense …. aux policiers … EN OUTRE, il faut organiser un COLLECTIF de défense contre la justice à double VITESSE !!! indépendant des partis et du système POLITICARD, sans cela, la mort est certaine et l'europe suivra.J'appartiendrai sans hésiter à ce mouvement…
Par ailleurs mon témoignage ci-dessous montre bien à quel point en est arrivé notre département santé… :

le numérus clausus à sérieusement touché les formations de médecins spécialisés. je suis touché par le phénomène de manque d'ophtalmo..
Ayant été opéré de la "cataracte" il y a plus d'un an. Un RENDEZ vous m'a été donné pour ce jour 9 juillet 2018 à 9 heures… je m'y suis rendu et SURPRISE… le cabinet eet fermé pour une semaine de vacances, pour tous les médecins ophtalmo, sans que j'en aie été prévenu… et, c'est certain je ne suis pas le seul…

Madame BUZYN, voyez ce qui se passe dans le monde médical la SANTE est en PERIL .
gilbert perrin
- 07/07/2018 - 19:11
Marion le pen est un espoir de la politique française ...
elle emploie les moyens ….
Mario
- 07/07/2018 - 08:22
Il y a eu l'union des gauches
Il y a eu l'union des gauches, il faut l'union des droites. Au rythme où va le pays , je ne serai pas étonné de la victoire de Marion Maréchal dans 4 ans. Elle ne sera plus au RN et pas au LR et fera cette union.