En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 31 min 21 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 34 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 35 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 16 sec
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 21 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Justice

Non, la baisse des contentieux prud'homaux et la hausse de ceux liés au harcèlement moral et aux discriminations ne sont pas dues aux ordonnances travail

Publié le 03 juillet 2018
La baisse du contentieux prud'homal ne date pas de l'investiture d'Emmanuel Macron contrairement à ce que pourraient penser les mauvais esprits.
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La baisse du contentieux prud'homal ne date pas de l'investiture d'Emmanuel Macron contrairement à ce que pourraient penser les mauvais esprits.

Atlantico : Si la baisse du contentieux est une réalité depuis la mise en place de la rupture conventionnelle, ce mouvement est-il susceptible de se poursuivre au regard des premiers éléments disponibles concernant la loi travail ?

François Taquet : Effectivement, la baisse du contentieux prud’homal est une réalité depuis la loi du 25 juin 2008 qui a crée la rupture conventionnelle. Et depuis cette période, le phénomène va en s’accentuant : ainsi le législateur a sécurisé le licenciement pour motif économique ; de même, il a abaissé les délais de prescription en matière de contentieux (ainsi, si avant 2008, un salarié avait 5 ans pour attaquer son employeur en matière de salaire et 30 ans en matière de dommages intérêts, ces délais sont aujourd’hui respectivement de 3 et 1 an) ; il a également encouragé les modes de règlements alternatifs des conflits (médiation, conciliation…) ; il a rendu plus compliqué la saisine du conseil des prud’hommes ; sans compter la création d’un système de rupture conventionnelle collective….Toutes ces mesures ont un but : réduire les contentieux en droit du travail….comme l’ont fait maints pays européens avant la France…

Une autre limitation des contentieux est celle du système de plafonnement des dommages intérêts pour rupture abusive. Or, certains estiment que ce plafonnement issu des ordonnances Macron produirait un effet de déplacement des contentieux prud’homaux vers des contentieux ayant pour objet le harcèlement moral et les discriminations, avec l’objectif d'échapper au nouveau barème.

Effectivement, la France a rejoint le système de barème des indemnités de rupture abusive que pratiquent maints pays. Certains Etats pratiquent ainsi un système de plafonnement des plus simples (ainsi, Monaco, la Bulgarie, l’Estonie : six mois de salaire maximum  si le salarié n’a atteint l'âge lui permettant de percevoir une pension retraite ; la Côte d’Ivoire, l’Albanie, la Slovaquie, un an de salaire maximum (ou s’agissant de la Côte d’Ivoire et par décision spécialement motivée 18 mois de salaire) ; la Slovénie : 18 mois de salaire maximum ; la Finlande, l’Irlande, le Maroc : 24 mois de salaire maximum). En Italie, le « jobs act » a introduit un système plus subtil : en cas de licenciement jugé injustifié par le juge, dans les entreprises de plus de 15 employés, l’indemnisation est égale à 2 mois de salaire par année d’ancienneté (minimum 4 mois et maximum 24 mois) : pour les entreprises de 15 employés ou moins, l’indemnisation est égale à 1 mois de salaire par année d’ancienneté (minimum 2 mois, maximum 6 mois)….

L’idée simple est que la peur de la rupture du contrat de travail et des indemnités à payer constitue un frein à l’embauche. Et la peur serait d’autant plus justifiée dès lors qu’aucun plafonnement de l’indemnité de rupture abusive n’est fixé dans les textes, laissant ainsi au juge une liberté totale d’appréciation quant à la fixation des dommages intérêts.

La loi prévoit toutefois des exceptions à ce barème : violation d’une liberté fondamentale, harcèlement moral ou sexuel, licenciement discriminatoire ou licenciement d’un salarié protégé, licenciement pour maternité ou accident du travail. Dans ces derniers cas, le système de plafonnement ne trouve pas application ! Certains juristes ont pointé du doigt le risque de déplacement des contentieux vers ces demandes !

Certes, il est trop tôt pour dire si un tel risque existe ! Mais pour l’instant, les professionnels ne le constatent pas. En effet, pour mettre en œuvre des contentieux sur les bases mentionnées, il convient d’avoir un minimum d’éléments pour alimenter le litige !

Au contraire, beaucoup de profesionnels constatent que des salariés arrêtent tout litige dès lors que les chiffres de plafonnement sont évoqués !

Un employeur pourrait il se prémunir contre un déplacement de contentieux aboutissant à la non application du barême ? De tels cas pourraient-ils aboutir favorablement pour le plaignant ? 

Il est évident que si l’employeur entre dans les exceptions prévues par les textes, le plafonnement prévu par les ordonnances Macron ne peut trouver application et le juge retrouve sa liberté de fixer le montant des dommages intérêts, comme dans le passé ! Aucun subterfuge ne saurait  exister pour l’application de ces dispositions ! Quant à sa     voir si de tels cas pourraient aboutir, il est encore une fois trop tôt pour le dire. Il est toutefois clair que si le salarié entend se prévaloir ce ces exceptions, il se devra d’apporter au juge un minimum d’arguments pour défendre sa position… !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires