En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 3 heures 39 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 5 heures 28 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 6 heures 16 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 8 heures 30 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 10 heures 47 sec
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 11 heures 53 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 5 heures 33 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 8 heures 12 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 10 heures 54 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 12 heures 12 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Interview politique

Hervé Morin : "Qu’Emmanuel Macron réforme les dépenses publiques et la fonction publique d’Etat comme je l’ai fait en Normandie avant de donner des leçons aux territoires"

Publié le 01 juillet 2018
Le président de la région Normandie réunit ce weekend à Nîmes les élus centristes, divers droite et Les Républicains, qui souhaitent mettre en place un nouveau mouvement émanant des territoires et en faveur d'une vision girondine de l'Etat : le gouvernement se charge du régalien, les collectivités du reste.
Hervé Morin est président du conseil régional de Normandie. Ancien Ministre de la Défense (2007-2010), il a souhaité être candidat à l'élection présidentielle de 2012 avant de se rallier à Nicolas Sarkozy. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Morin est président du conseil régional de Normandie. Ancien Ministre de la Défense (2007-2010), il a souhaité être candidat à l'élection présidentielle de 2012 avant de se rallier à Nicolas Sarkozy. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la région Normandie réunit ce weekend à Nîmes les élus centristes, divers droite et Les Républicains, qui souhaitent mettre en place un nouveau mouvement émanant des territoires et en faveur d'une vision girondine de l'Etat : le gouvernement se charge du régalien, les collectivités du reste.

Atlantico : Vous réunissez ce week-end pour la première fois votre mouvement, Territoires, qui se distingue par son appel à un nouveau pacte girondin : l’Etat se charge du régalien, les collectivités du reste. Au-delà de la formule, concrètement, comment pensez-vous que cela puisse marcher en France où les esprits sont profondément imprégnés de centralisation et alors qu’Emmanuel Macron a entamé un vaste mouvement de décentralisation ?

Hervé Morin : Le chef de l'Etat, tant dans son ouvrage "Révolution" que dans son discours, est en effet très girondin. Sauf que sa pratique n'est pas simplement jacobine, elle est bonapartiste. Il est dans un culte de l'ego qui est assez extraordinaire avec une personnalisation du pouvoir sans précédent. En clair, cet homme, qui veut incarner la modernité, a une pratique du pouvoir paléolithique. Comme si l'Etat pouvait faire. Mais l'Etat n'est plus capable de faire. Dans une société complexe, il faut des approches extrêmement fines, différenciées et il faut de la réactivité. Toute chose que l'Etat n'a pas, empêtré dans l'interministériel et dans les arbitrages budgétaires. 

La politique de l'emploi devrait être gérée par les collectivités qui sont en charge du développement économique. Le handicap devrait être très largement confié aux départements. Idem pour la politique du logement qui devrait être décentralisée pour s'adapter aux territoires qui ont des problématiques différentes.

Nous sommes dans une société horizontale, de plus en plus complexe, avec des communautés qui ont des très fortes capacités d'initiatives. Et l'on croit pouvoir tout régler de Bercy et de l'Elysée. C'est une erreur grave, car c'est penser que le redressement du pays ne passerait que par la macro-économie alors qu'il passe aussi par la micro-économie. Et là, les territoires sont les premiers à pouvoir le faire.

On reproche souvent aux collectivités territoriales -à commencer par les gouvernements, quelle que soit leur couleur politique, ou encore la Cour des comptes- d’être incapables de maîtriser leurs dépenses. Pour votre part, vous dites que ça n’est pas aussi simple, pourquoi ? 

Parce que je n'ai pas besoin de l'Etat pour limiter mes dépenses de fonctionnement. Les miennes augmentent de 0.6 % et 1 %. Je n'ai pas besoin des leçons de M. Macron quand je dépense beaucoup moins que lui (l’Etat augmente ses dépenses de 1,9%). Ensuite, il n'y a pas de trimestre où l'Etat n'impose pas des règles qui créent de la dépense, où il ne nous laisse pas des contraintes qui nous empêchent de pouvoir gérer au mieux. Je pense au statut des fonctionnaires territoriaux. Je ne parle même pas de passer du public au privé. Mais je parle de la souplesse dont nous devrions disposer pour gérer dans le cadre de la fonction publique nos fonctionnaires territoriaux. 

Quand l'Etat nous refile la gestion des postes informatiques des lycées dans une région comme la mienne cela nécessite la création de 25 postes. Quand le président de la Communauté de Communes que je suis se retrouve à gérer les dossiers d'urbanisme à la place de l'Etat, je suis obligé de créer trois postes pour le faire. Très franchement quand le président dit qu'il faut repasser les fonctionnaires territoriaux à 35h, moi, je l'ai fait, mais j'attends qu'il le fasse pour les fonctionnaires de l'Etat.

Mais quand même, la multiplication de couches au sein du mille-feuille administratif français a produit une bonne part de n’importe quoi, non ? Explosion du nombre de fonctionnaires territoriaux, clientélisme, etc... Quelle est pour vous la part, le pourcentage, des collectivités qui ont su gérer avec rigueur et intelligence l’autonomie qui leur a été confiée au fil du temps et la part des autres, celles qui ont cédé à la facilité ?

Parce qu'il n'y a pas de clientélisme au sein des gouvernements ? Parce que quand les responsables politiques sont au niveau local, ils ne sont pas vertueux, mais ils le deviendraient au niveau national ? C'est nouveau ça ! Les chiffres parlent d’eux même : 67 milliards d'euros d'augmentation de la dépense publique en euros courant en quatre ans. Les collectivités sont responsables de 3 milliards d’euros sur 67. Les seules qui contribuent au désendettement du pays jusqu’en 2022, ce sont les collectivités. Alors que l'Etat va continuer à augmenter sa dette de plus de 300 milliards. Alors oui, certaines collectivités ont fait n'importe quoi, de la même manière que certains gouvernements ont fait n'importe quoi. La démocratie produit les mêmes effets.

Vous présidez la région Normandie qui est la fusion de deux régions et vous expliquez qu’il n’y a pas de fatalité, qu’il est possible d’en réorganiser le fonctionnement sans céder à la tentation du toujours plus. Vous avez ainsi changé les attributions de quelque 700 fonctionnaires en Normandie sans provoquer de gros conflits ou de blocage. Quelle est la méthode ? Comment l’étendre ? 

La méthode, c'est d'être transparent, d'avoir un double dialogue à la fois avec les syndicats, mais aussi avec les personnels. Il faut fixer un cap clair et faire en sorte que ça ne dure pas une éternité parce qu'il n'y a rien de pire que l'incertitude pour créer l'inquiétude. Nous avons créé un modèle ou nous avons plus de 700 fonctionnaires sur 1200 qui ont changé de métier pour permettre la spécialisation des sites de Caen et de Rouen. Il y a eu un énorme effort de formation qui a été effectué.

Est ce que la culture des habitants des territoires n’est pas déterminante dans leur capacité à se gérer avec succès ? Certaines régions seront toujours bien gérées et d’autres moins, car elles sont moins porteuses d’ambition, moins dynamiques ou plus dans l’attente de ce qui vient de l’Etat. Pour un modèle économique vendéen en plein boom, combien de régions de la France dite périphérique à la dérive ? 

Non, je pense en effet que c'est plus facile dans une région comme la mienne qui est une région naturelle. 

Il y a beaucoup de territoires qui innovent et dont on ne parle jamais. Parce qu'en vérité la presse est elle aussi jacobine, elle parle très peu des territoires. Et lorsqu'elle le fait, elle parle de l'Île de France. Mais oui, il y a des territoires avec des élus énergiques, motivés. C'est comme les ministres, il y en a des bons et des moins bons.

Laisser faire les territoires, c’est un mode de gestion des enjeux du quotidien, mais dans une époque marquée par une Europe en pleine déconstruction, par la montée des tensions commerciales ou migratoires ou l’arrivée de nouveaux défis économiques liés à la mondialisation, la simple méthode de la confiance accordée au local ne peut pas tout. Quel logiciel politique national reconstruire pour le centre droit face à un Emmanuel Macron qui a peu ou prou absorbé l’espèce de la vieille UDF de Bayrou à Villiers en passant par Madelin ? 

Je suis très girondin, mais j'aime l'Etat. J'aime l'Etat là où il doit être, là où il est le plus efficace. Je veux que mon pays réussisse et je veux qu'il réussisse par ce que l'Etat remplit pleinement ses fonctions et j'aime l'Etat quand il laisse l'énergie locale s'exprimer. Je rêve d'un Etat qui dise aux collectivités : il n'y aura plus de polices municipales parce que je mettrai les moyens nécessaires pour assurer moi-même la sécurité puisque c'est une de mes missions. Je rêve d'un Etat qui ne s'affiche pas toujours comme dernier de la classe quand on parle d'administration judiciaire. Je rêve d'un Etat qui consacre les moyens suffisants à sa défense. Je ne demande en rien à être responsable du régalien économique. La macro-économie, la politique de l'offre, ce sont très clairement des sujets sur lesquels je laisse à l'Etat l'entière responsabilité. Ce que je constate, c'est que tous les pays européens qui marchent sont des pays fédéraux ou très fortement décentralisés. Et je ne vois pas pourquoi nous nous empêchons de prendre un modèle efficace.

Les Républicains tiennent leur convention sur l’Europe ce week-end. Bon an mal an, vous avez toujours été allié avec ce parti. Cette époque-là est-elle révolue ou non ?

Je suis, à travers mon association en train d'essayer de refonder le projet politique. D'être sur un projet politique. Et donc la question des alliances est une question que je ne poserai pas pour le moment. D'une part par ce que je ne sais pas ce que deviendront les Républicains, et d'une autre parce que ceux qui disent ne plus avoir d'alliance avec eux, continuent d'en avoir dans toutes leurs collectivités.

Dans l’espace politique proche de celui qui est le vôtre, on a entendu ces derniers jours Jean-Louis Borloo, Xavier Bertrand ou encore François Bayrou exprimer leur inquiétude sur un certain aveuglement social d’Emmanuel Macron. Mais sans proposer d’alternative véritablement nouvelle. Est-ce que ce type de critique sans propositions qui fassent mouche aux yeux des Français, ça n’est pas paradoxalement renforcer le président en le présentant comme plus transgressif ou révolutionnaire qu’il n’est vraiment ?

Je pense que le chef de l'Etat à trois grandes faiblesses: son bonapartisme, sa culture de l’ego, son absence de discours social et son absence de discours à l'égard des territoires. Il vient en Normandie dans une petite commune, tout le monde pensait que pour un journal de 13h il évoquerait la ruralité ou les territoires en difficultés et en fait, il a simplement installé un plateau de TV dans une école. Il est très clair que l'accumulation des évènements de ces dernières semaines renforce l'idée qu'il s'adresse avant tout aux Français de la mondialisation heureuse. Notre pays est un pays dont l'ADN est l'égalitarisme, c'est un pays dont il ne faut jamais oublier qu'un Français sur 6 vote contre le régime capitaliste libéral à chaque élection. C'est un pays qui est d'une diversité considérable. Il faut être très attentif aux équilibres.

Si vous deviez faire un pronostic politique, par où le macronisme a-t-il un vrai potentiel de réussite et à l’inverse, par où risque-t-il de périr ? 

J'ai déjà évoqué cela plus haut. Je suis heureux d'avoir un président de la République qui a redonné une image à la France à l'étranger. Je suis heureux de sa politique de l'offre. Je regrette qu'il ne soit pas moderne dans sa gouvernance publique.

Même question pour le centre-droit ? Quelles perspectives de reconquérir un espace absorbé par Emmanuel Macron et avec qui ? Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Bruno Retailleau, Laurent Wauquiez... ?

Je pense qu’il y aura une convergence possible avec beaucoup de ces personnalités qui sont en général à la tête de grands exécutifs locaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 02/07/2018 - 16:33
En effet, que Macron réforme les dépenses publiques à commencer
par celles l'Elysée dont la dotation est la SEULE à avoir été augmentée de + 3% soit 103.000.000€ (une paille) ce couple ayant les "yeux plus grands que le ventre!!!) si on peut dire car les fiestas semblent aller bon train à l'Elysée !!! . Même LCP/Public Sénat qui devaient, soit disant, fusionner pour diminuer les dépenses a vue sa dotation ne pas bouger !!! "les copains des copains sont mes copains" !!!
moneo
- 02/07/2018 - 12:14
Tout cela est trés bien
MAIS.... rien sur l'immigration ..... sur le social .c'est quoi ?augmenter le smig en décidant du haut vers le bas ?
faire plus de social avec le niveau actuel de dépenses dites "sociales " comment fait on?

bref c'est vraiment court et vos alliés potentiels sont des gens pour qui je ne voterai plus..
kelenborn
- 01/07/2018 - 22:57
Ah oui
Morin , c'est le mec qui disait "moi qui ai vu débarquer les américains" quand il est né en 1960 ! entre les visions et le train de retard, on a le choix !