En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Un sujet passé sous silence : les Kurdes qui ont épousé la cause de Daech
Publié le 30 juin 2018
Le Proche et Moyen-Orient font l'objet de véritables révolutions qui découlent des printemps arabes de 2011. L’ordre établi a été profondément bousculé et l'avenir est plus imprévisible que jamais, des conflagrations régionales - voire pire - n'étant pas à exclure. Les pouvoirs régionaux en place à Téhéran et à Riyad se retrouvent propulsés sur le devant de la scène. Extrait de "Face à face Téhéran - Riyad, Vers la guerre ?" d'Alain Rodier, aux éditions Histoires & Collections.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Proche et Moyen-Orient font l'objet de véritables révolutions qui découlent des printemps arabes de 2011. L’ordre établi a été profondément bousculé et l'avenir est plus imprévisible que jamais, des conflagrations régionales - voire pire - n'étant pas à exclure. Les pouvoirs régionaux en place à Téhéran et à Riyad se retrouvent propulsés sur le devant de la scène. Extrait de "Face à face Téhéran - Riyad, Vers la guerre ?" d'Alain Rodier, aux éditions Histoires & Collections.

Enfin, il y a les Kurdes - majoritairement sunnites - qui ont épousé la cause de Daech. Ce sujet est largement passé sous silence car il ternit l’« épopée » qui est en train d’être écrite sur les Kurdes, les «  nouveaux combattants de la liberté ». Ainsi, le chef militaire de Daech qui tentait de prendre Kobané en 2014 était Abou Khattab al-Kurdi, un Kurde irakien originaire d’Halabja en Irak. Cette localité est connue pour avoir subi des bombardements chimiques de l’armée de Saddam Hussein entre le 16 et le 19 mars 1988 causant de 3 500 à 5 000 victimes. Khattab al-Kurdi a trouvé la mort lors du siège de Kobané au début 2015. En simplifiant, les Kurdes peuvent se classer en dans trois grandes catégories : les nationalistes (comme les clans Talabani et Barzani), les marxistes-léninistes convertis au « confédéralisme démocratique » (un mélange « libertaire » de socialisme, d’écologisme, de féminisme et d’internationalisme adopté par le PKK, le PJAK et le PYD) et les salafistes.

Un autre exemple, en Iran, les cinq activistes qui ont mené deux importantes opérations terroristes à Téhéran le 7 juin 2017 contre le mausolée de l’imam Khomeiny et le Parlement (23 morts dont les terroristes) étaient, selon les autorités, d’origine kurde. Ces actions ont été officiellement revendiquées par Daech. Globalement, la menace salafiste-djihadiste en Iran provient de « returnees » revenants du front syro-irakien qui ont ensuite rejoint les rangs de groupes insurrectionnels comme le Jaish Al-Adl ou Ansar Al-Furqan, héritiers du Jundallah fondé en 2002, au Sistan-Balouchistan au sud-est du pays et dans les régions majoritairement kurdes de l’Ouest.

À noter que bien qu’aucun élément de preuve n’ait été avancé à ce jour, l’Iran accuse l’Arabie Saoudite de soutenir - voire de commanditer - les salafistes-djihadistes présents dans le pays dans le cadre de la guerre pas si feutrée que cela que se livrent ces deux pays.

 L’alliance Qatar/Turquie/Iran qui est en train de se mettre en place pour contrer l’influence de Riyad peut redistribuer les cartes au Moyen-Orient, pour les Kurdes en particulier. Des retournements d’alliances ne sont pas à exclure. Ainsi, le PYD syrien serait en train de lorgner vers l’Arabie Saoudite au cas où les États-Unis leur feraient défaut malgré les promesses réitérées de rester sur place bien que Raqqa soit tombée. Riyad risque effectivement de vouloir jouer à son tour la carte kurde pour nuire à ses adversaires directs, les Iraniens et les Qataris, et indirects, les Turcs. Comme l’économie n’est jamais bien loin de la politique, des projets d’exploitation et de transport d’hydrocarbures refont surface. Les débouchés méditerranéens pour ces produits intéressent au plus haut point le Qatar et l’Iran mais, pour cela, il faut traverser l’Irak et la Syrie, voire passer par la Turquie. Les Kurdes ont là également leur mot à dire même s’ils peuvent être géographiquement contournés. Ces projets sont la hantise de Riyad qui fera tout pour les contrer y compris, si cela est possible, en utilisant des cartes kurdes : PKK contre la Turquie, insurrection kurde dans l’ouest de l’Iran, accroissement de l’instabilité au nord de l’Irak et de la Syrie, etc. L’intervention militaire turque dans la région d’Efrin en janvier 2018 n’est pas là pour calmer les choses. À n’en pas douter, la création d’un « grand Kurdistan » couvrant le nord de l’Irak et de la Syrie n’est pas d’actualité !

Extrait de "Face à face Téhéran - Riyad, Vers la guerre ?" d'Alain Rodier, aux éditions Histoires & Collections

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires