En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 8 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 41 min 20 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 14 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 19 heures 3 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 28 min 23 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 58 min 30 sec
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 2 heures 48 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 14 heures 29 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 15 heures 6 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 18 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 19 heures 24 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Made in France

Salon Eurosatory de l’armement : ces cartes que sait très bien jouer la France pour vendre sa production

Publié le 13 juin 2018
Depuis 2017, la France est le 3e vendeur d'armes mondial derrière les Etats-Unis et la Russie. Une progression qu'on peut notamment mettre à l'actif du quinquennat de François Hollande.
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2017, la France est le 3e vendeur d'armes mondial derrière les Etats-Unis et la Russie. Une progression qu'on peut notamment mettre à l'actif du quinquennat de François Hollande.

Atlantico : La France a fait son entrée sur le podium mondial des ventes d'armes en 2017. Avec 5,2 milliards de dollars de livraisons, la France se situe à la troisième place mondiale, derrière les Etats-Unis (26,9 milliards de dollars), et la Russie (7,2 milliards). Quels sont les facteurs qui expliquent cette progression ? 

Jean-Sylvestre Mongrenier : De longue date, la France est un grand vendeur d’armes, mais il est vrai que la progression des dernières années est forte et significative.  Si l’on compare la période 2013-2017 à celle de 2008-2012, la part de la France dans le marché mondial est passée de 5,8% à 6,7% (source : SIPRI/Stockholm). Aussi est-elle désormais devant la Chine et l’Allemagne, cette dernière connaissant un assez net recul de ses ventes (les « pudeurs » du Bundestag sur la scène internationale n’aident pas les industriels allemands). Bien entendu, les Etats-Unis sont très loin devant, en valeur absolue comme en valeur relative (34% du marché mondial). La part de marché de la Russie est conséquente (21%) mais, en dépit du tapage autour des ventes de S-400, ses ventes d’armes ont reculé entre 2013 et 2017. Il est vrai que l’augmentation des dépenses militaires russes ont accru les ventes d’armes sur le marché domestique. Par ailleurs, la publicité faite autour de l’intervention militaire en Syrie, à défaut de produire tous les effets politico-diplomatiques escomptés, aura ses prolongements sur le plan des ventes d’armes. Outre la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite pourraient acheter des S-400. Cela dit, Riyad a menacé d’intervenir militairement contre le Qatar si ce dernier procédait à une telle acquisition. L’affaire est compliquée.

En net contraste avec l’absence de résultats de la présidence Sarkozy (2007-2012) sur ce plan, la progression des ventes d’armes françaises est à mettre à l’actif de François Hollande (2012-2017). En la matière, il y aura bien eu une « inversion de la courbe ». De prime abord, il importe de prendre en compte la toile de fond : une progression très forte des ventes d’armes dans le monde, sans équivalent depuis la fin de la Guerre Froide. Plutôt que de privilégier le coup d’éclat, François Hollande a confié le soin à son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de bien étudier les besoins des acheteurs potentiels et de privilégier des partenariats de long terme, en cohérence avec la politique étrangère de la France. La fermeté de Paris dans la question syrienne, manifeste au moment où Barack Obama renonçait à faire respecter « sa » ligne rouge sur les armes chimiques, ou encore dans la crise nucléaire iranienne, auront porté leurs fruits dans le domaine des ventes d’armes aux pays de la région (Egypte, Qatar, Etats du Golfe Arabo-Persique en général). La France, comme ses alliés occidentaux (ses concurrents en matière de ventes d’armes), est très engagée au Moyen-Orient. La Russie est plus présente en Asie (Inde, Chine, Vietnam), mais cherche à percer au Moyen-Orient.

Bien que la France constitue un allié majeur face aux tensions géopolitiques, doit-elle craindre la progression des Chinois en la matière ainsi que  des Russes?  

Le cas de la Russie et ses perspectives militaro-industrielles ont été évoqués plus haut. Il faudra donc que la France soit attentive au Moyen-Orient et que sa politique étrangère conserve une certaine cohérence. Comment entretenir de solides partenariats de défense et maintenir ses parts de marché au Moyen-Orient sans prendre en compte les intérêts de sécurité de ses alliés régionaux ? On songe ici à la question du nucléaire iranien et à la menace de l’expansionnisme irano-chiite dans toute cette région, entre golfe Arabo-Persique et Méditerranée. Si la France négligeait l’alignement géopolitique d’Israël et des régimes arabes sunnites, sa diplomatie régionale pourrait s’affaisser, avec des conséquences en matière de ventes d’armes. Le paradoxe serait de voir les régimes arabo-sunnites, menacés par Téhéran, préférer acheter des armes en Russie, dans l’espoir de défaire l’alliance russo-iranienne. Ce serait une manière, expliquent-ils, d’éviter que le mariage de raison entre Moscou et Téhéran ne devienne un mariage d’amour … La France n’en sortirait pas gagnante.

La République populaire de Chine (RPC) est au cinquième rang des importations et des exportations d’armes. En important systèmes d’armes et technologies d’armement depuis la Russie, guère regardante en de domaine, elle a ainsi pu développer sa propre base industrielle et technologique de défense. Ces ventes d’armes russes ont été enclenchées dès les années 1990, bien avant le rattachement manu militari de la Crimée, la guerre au Donbass et la « nouvelle guerre froide » qui en découle (2014). Ce partenariat sino-russe relève de la doctrine Primakov, du nom du Premier ministre russe qui, sous Boris Eltsine, entendait contrebalancer l’hégémonie américano-occidentale en développant une alliance entre pays révisionnistes. La politique de Moscou à l’égard de Pékin n’a rien à voir avec la version russe du « péril jaune », censée conduire à plus d’accommodements de la part des Occidentaux. Toujours est-il que la présence de la RPC sur les marchés d’armement ira croissant : il faut d’ores et déjà anticiper la dimension militaro-industrielle des « nouvelles routes de la soie » (la Belt and Road Initiative).

La ministre des armées Florence Parly  a déclaré vouloir "améliorer les offres françaises face à la concurrence internationale". Quelles pourraient être ces  améliorations ? La France doit-elle progresser en matière d'innovation ?  Ou devenir plus compétitive en matière de prix ?

Ne réduisons pas l’offre française d’armement à la « compétitivité-prix »: lorsqu’un pays achète des systèmes d’armes sophistiqués, cela a de fortes implications politiques, diplomatiques et stratégiques. Il importe donc de maintenir une cohérence d’ensemble entre notre vision du monde, nos représentations géopolitiques et les grands axes de notre diplomatie d’une part, de l’autre les ventes d’armes et transferts de technologies. Le Moyen-Orient, où la France réalise la plus grande part de ses ventes, a été traité plus haut : il ne suffira pas d’afficher une offre performante pour y maintenir ses parts de marché (plus que des armes, ces pays « achètent » de la sécurité). Si les ventes de Rafale (Dassault) appellent l’attention, les succès enregistrés par Naval Group (ex-DCNS) ne sauraient être négligées. Ainsi le Brésil abrite-t-il la principale base industrielle extérieure de ce groupe qui y construit des sous-marins (à Itaguaï, à 70 km au sud de Rio). Naval Group est également engagé dans d’importants contrats avec l’Inde (sous-marins Scorpène) et l’Australie (sous-marin du futur  à propulsion classique).

Outre l’Atlantique-Sud, les contrats passés avec l’Inde et l’Australie appellent l’attention sur l’Indo-Pacifique, un très vaste ensemble géo-océanique qui s’étend depuis le golfe Arabo-Persique et l’océan Indien jusque dans les « méditerranées asiatiques » (mers de Chine du Sud et de l’Est) et dans les mers du Sud, en Asie-Pacifique. Là encore, ces grands contrats mettent en évidence des liens politiques, diplomatiques et militaires resserrés avec les pays acheteurs (ainsi qu’avec le Japon). Pour la France comme pour l’Occident, l’enjeu est est de contrebalancer la montée en puissance de la RPC, voire de l’endiguer (cf. la poldérisation de la mer de Chine du Sud et les « nouvelles routes de la soie » mentionnées plus haut). De telles ventes d’armes ainsi que les partenariats de défense avec l’Inde, l’Australie et le Japon, devraient être le vecteur d’une politique française plus affirmée dans « cet autre globe » (Leibniz désignait ainsi la Chine et le monde chinois). A l’opposé d’une vision provinciale de l’Europe, il importe que la France, possessionnée dans l’océan Indien et le Pacifique, se projette dans « cet autre globe » et transforme le quad Indo-Pacifique (une coopération resserrée entre Etats-Unis, Australie, Japon et Inde) en un quint. 

Pour conclure, les grands contrats d’armement signé dans l’Indo-Pacifique et leurs enjeux géopolitiques mettent en évidence l’importance de la Nouvelle-Calédonie, un territoire dont la destinée ne semble malheureusement pas intéresser beaucoup d’« Hexagons ». De même, cet « empire maritime » dont la France dispose dans l’océan Indien et, plus encore, dans le Pacifique permet de comprendre l’importance des enjeux navals, de la flotte de guerre en général, des porte-avions en particulier. Le souci de conquérir des marchés extérieurs n’est pas une fin en soi ; il se justifie par la volonté de maintenir au plus haut les capacités militaires nationales ainsi que les technologies de souveraineté. Cela implique un budget militaire conséquent et l’acquisition des matériels de pointe fabriqués par l’industrie française d’armement (cette dernière représente 4000 entreprises et 165 000 emplois). Le porte-avions et le principe de « permanence à la mer », qui suppose la construction d’une deuxième plateforme, synthétisent tous ces enjeux.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 13/06/2018 - 17:26
les milliards perdus de Mitterrand (entre autres)
rem. La Raison d'État film d'André Cayatte 1978, Jean Yanne, Monica Vitti, Michel Bouquet, François Périer, à ce moment là nous sommes le troisième marchand d'armes dans le monde ...mais au salon International de l’Aéronautique et de l'Espace au Bourget, Mitterrand fait désarmer les avions résultat : 80 milliard de francs d'annulations de commandes et des dégâts collatéraux inouïs; c'est ainsi que nous reculons à la 8ème place en quelques mois, c'est un cataclysme économique que les petites mains socialistes n'ont eu de cesse d'effacer les traces...
Quant à Hollande je rejoint wwmat ... c'est un fake !
wwmat
- 13/06/2018 - 09:28
Rien
n'est à mettre au crédit de Hollande. La France vend des armes et a atteint la troisième place depuis qu'elle a réintégré le commandement de l'OTAN et les commandes du début de mandat de nullissime premier avait déjà toutes été passées sous Sarko