En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 7 heures 1 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 12 heures 40 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 13 heures 42 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 17 heures 6 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 20 heures 16 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 12 heures 27 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 17 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 18 heures 36 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 20 heures 38 min
© Tony KARUMBA / AFP
© Tony KARUMBA / AFP
Le grand bleu

Journée mondiale des Océans : le casse-tête de la quête pour une "pêche durable"

Publié le 08 juin 2018
Le site de l'ONU a publié un constat alarmant sur son site : "Les subventions accordées aux secteurs de la pêche contribuent à la diminution rapide des stocks de nombreux poissons et entravent les efforts déployés pour sauvegarder et restaurer les pêcheries à travers le monde et les emplois qui leur sont liés, et il en résulte pour les pêcheries maritimes un manque à gagner de 50 milliards de dollars par an"
Alain Le Sann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1948 dans le Finistère à Landivisiau, Alain le Sann est agrégé d’histoire et a enseigné à Lorient. Il s’est également beaucoup investi dans la solidarité internationale, la lutte contre la pauvreté et le développement durable. Il est président du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le site de l'ONU a publié un constat alarmant sur son site : "Les subventions accordées aux secteurs de la pêche contribuent à la diminution rapide des stocks de nombreux poissons et entravent les efforts déployés pour sauvegarder et restaurer les pêcheries à travers le monde et les emplois qui leur sont liés, et il en résulte pour les pêcheries maritimes un manque à gagner de 50 milliards de dollars par an"
Atlantico : Il existe ainsi de nombreux problèmes à résoudre: la surpêche, la pollution et le transport maritime, pour n'en citer que quelques-uns. Pouvez-vous nous éclairer sur les priorités ou les solutions pour traiter les plus urgentes ?
 
Alain Le Sann : La surpêche existe mais n'est pas généralisée. Elle a existé, bien sûre, mais aujourd’hui en Europe, les stocks sont en phase de reconstruction. Le problème justement est qu'on ne sait s'il y a aura toujours des marins. La question qui doit se poser est moins celle de la surpêche que de la main d’oeuvre en constante décroissance. C’est un travail extrêmement difficile. Dans certaines écoles maritimes il n’y a aujourd’hui malheureusement personne. 
 
Pour ce qui est de la pollution, c’est effectivement un gigantesque aspect combiné au réchauffement climatique. Le véritable problème est aussi celui du plancton. Si je devais prioriser, je dirai qu’il le protéger de l’explosion des algues toxiques en autres… Le problème est bien réel et sous estimé. La priorité est donc de réduire et éliminer les éléments polluants venant de la Terre puisque 90% d’entre eux proviennent de la Terre, de pollution chimique ou bactériologique. Le tourisme massive également en génère énormément. La pression humaine et les activités sur le littoral provoquent des nuisances.
 
Dans l'idéal, nous devons tirer profit des richesses naturelles qu’offrent ces fonds marins. Mais comment concilier les intérêts d'un si grand nombre de parties prenantes: communautés locales, touristes, grandes entreprises utilisant les océans pour l'expédition ou la production d'énergie et investisseurs?
 
Un des principes est de reconnaître que les pêcheurs travaillent et que leur travail existe depuis des décennies voire des siècles sur les océans. Ils ont des droits. Lorsqu'on doit créer des activités je parle des gens liés à des communautés ayant des territoires de pêche bien précis, on doit tenir compte de ces droits là et négocier avec eux pour savoir si on va développer telle activité
Il faut d'abord reconnaître ça sinon ce seront effectivement les forces dominantes qui sont les grandes activités industrielles et autres qui imposeront leurs règles. D'ailleurs un certain nombre d'associations environnementales ne tiennent pas rigueur de ces droits. Ce devrait pourtant être le principe de base.
 
Les solutions politiques délivrées par l’association à but non lucratif BLOOM qui tend à protéger l’océan et les espèces marines tout en maximisant les emplois durables serait d’établir un fond moratoire sur la pêche industrielle et créer un fond d’indemnisation pour les pêcheurs pour combler ce manque à gagner de 50 milliards de dollars. Est-ce concrètement faisable selon vous ? Quels conseils donneriez vous aux consommateurs ? 
 
En théorie c'est bien, la vision est simpliste. On utilise les drags depuis des siècles et supprimer tout engin serait inconcevable. La demande des consommateurs est là et il faut au minimum y répondre. D’une manière générale, la pêche, comme activité de cueillette, est l’une des activités productrices de nourriture et de protéines dont l’impact environnemental est le plus faible, s’il s’agit de produits frais, bien plus que l’élevage ou la culture qui transforment profondément les milieux naturels. On ne peut bannir tout bateau de pêche de plus de 12 mètres. Cela veut dire en clair qu’il y aurait une pression accrue sur la bande littorale, la zone la plus exploitée et menacée par la surpêche y compris parfois par une pêche artisanale, la plus polluée aussi. Il faut au contraire, pour défendre la pêche côtière, soulager la pression sur les eaux territoriales en permettant à des pêcheurs de redéployer leur effort plus au large. Pour cela, il leur faut des bateaux plus sûrs permettant des marées plus longues et l’accès à des zones inaccessibles aux petits bateaux.
 
La question est de savoir ce qu'est un pêcheur industriel. Selon la définition européenne extrêmement restrictive imposée par les ONG, c'est un bateau de plus de 12 mètres. 
Je ne sais ce qu'il faut supprimer, dans 10 ans il y aura plus que 2000 à 2500 pêcheurs en bretagne alors que 5000 actuellement. Le problème d’indemnisation de se posera plus. Il faut changer des pratiques mais pas supprimer ces activités de pêcheries.
Je dirai aux consommateurs de ne pas consommer de poisson d'élevage industriel, en tentant de sélectionner leurs produits en fonction de la méthode et de la survie des espèces. Il faut privilégier les produits locaux et le poisson frais qui a un moindre impact écologique. Mais il est primordial que le grand public comprenne comment se passe la pêche. Il devrait discuter avec un pêcheur pour savoir que ces réalités là, lui il les vit. Il les sent, ce n’est pas un métier facile et il l’endure tous les jours. Lorsqu’un pêcheur part, il ne sait pas avec quoi il reviendra le soir. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires