En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlanti-Culture
Mon frère, de Daniel Pennac : Un peu de tendresse dans un monde de brutes
Publié le 22 mai 2018
C'est avec beaucoup de délicatesse que, dans son dernier livre, humble et simple, Daniel Pennac évoque le souvenir de son frère auquel il était très attaché même si ce n'était pas un "démonstratif".
Yann Kerlau est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Kerlau pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Kerlau est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est avec beaucoup de délicatesse que, dans son dernier livre, humble et simple, Daniel Pennac évoque le souvenir de son frère auquel il était très attaché même si ce n'était pas un "démonstratif".
LIVRE
 
Mon frère 
 
de Daniel PENNAC 
 
Ed. Gallimard
 
129 pages
 
RECOMMANDATION
 
           BON
 
THEME
 
La perte d’un frère aimé qui, de page en page, prend corps.
 
POINTS FORTS
A la manière d’un puzzle où chaque pièce retrouvée, chaque morceau d’enfance partagée, chaque rendez-vous manqué blesse, attendrit ou meurtrit avec pudeur. Ni pathos ni émotion obligée mais un ton juste, sans effet de style.
 
POINTS FAIBLES
Le lecteur était prêt à comprendre, aimer, souffrir pour ce frère disparu et le voilà contraint, toutes les trois ou quatre pages à sauter à cloche-pied entre chagrin et sujets chers à Pennac : le théâtre, Melville ou le personnage de Bartleby. La valse des pirouettes et doubles sauts périlleux arrière complique la trame du récit, en casse le rythme, déplaçant sans cesse le curseur et, par ricochet, brouillant l’attention du lecteur.
 
EN DEUX MOTS
 
A lire quand même, à lire bien sûr: à déguster pour la finesse d’une analyse aussi feutrée que profonde. Tout y est dit et le lecteur quel que soit son âge, ses goûts, sa vie, s’y retrouve face à ses propres sentiments : entre occasions manquées, partage et bonheur intime, Pennac mène la danse.
 
UN EXTRAIT
 
Ou plutôt deux:
 
- "Il me manque comme personne mais je ne sais pas qui j’ai perdu. J’ai perdu le bonheur de sa compagnie, la gratuité de son affection, la sérénité de ses jugements, la complicité de son humour, la paix. J’ai perdu ce qui restait de la douceur du monde".
- "Nous lui avions fait une réputation sur laquelle reposait le confort mental de notre tribu : une tribu close sur elle-même où rien, jamais, ne se disait d’intime, où l’on faisait de l’esprit pour n’avoir ni à parler de soi ni à s’inquiéter réellement de l’autre, une tribu dont l’harmonie faisait l’admiration des collatéraux et des visiteurs mais dont chaque membre, séparément, tournait dans la cage de sa solitude…Timidité congénitale ? Pudeur ? Affaire d’époque, d’éducation, de tempéraments ? Nous ne parlions qu’autour de ce qu’il y avait à dire. Souvent en commentant des livres que nous lisions. La littérature nous servait de camp retranché."
 
 
L'AUTEUR
Daniel Pennac a son public qui, comme celui du héros d’Hergé, va de 7 à 77 ans. On aime d’emblée son empathie, la variété des choix d’un homme de cœur et de plume qui collectionne prix littéraires et succès. Prix mystère de la Critique en 1988 pour La Fée Carabine, Prix Ulysse en 2005, Prix Renaudot en 2007 pour Chagrin d’école (Gallimard), Grand Prix Métropolis bleu en 2008 pour l’ensemble de son œuvre, l’œuvre protéiforme de Daniel Pennac fait passer ses lecteurs du théâtre à la bande dessinée, des livres pour enfants au cinéma. La Saga Malaussène s’est ainsi déroulée de 1985 à 1999, enchantant son fidèle lectorat qui voit en lui tout à la fois un scénariste, un ado séchant les cours, un professeur de littérature et presque, une sorte d’oncle ou de parent proche auquel, vaille que vaille, on est prêt à passer tous ses caprices.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires