En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 44 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 45 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 24 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 7 heures 1 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 57 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 57 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© Pixabay - Faumor
© Pixabay - Faumor
Sans austérité, point de salut ?

Clash avec Matteo Salvini : Bruno Le Maire tire une balle dans le pied de l'Europe

Publié le 21 mai 2018
"Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée", selon Bruno Le Maire. Une analyse emprunte de la logique austéritaire allemande.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée", selon Bruno Le Maire. Une analyse emprunte de la logique austéritaire allemande.

Atlantico : "Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée". Ce sont-là les avertissements de Bruno le Maire au nouveau gouvernement italien. Si l'Italie décidait de ne pas respecter ses engagements (ce qui semble être le cas), la stabilité financière de la zone euro serait-elle réellement menacé comme l'a affirmé Bruno le Maire ? 

Christophe Bouillaud : Non, le non-respect en lui-même des engagements par l’Italie ne peut pas menacer à court terme la stabilité de la zone Euro. Il est même possible au contraire que le fait que l’Italie se lance dans une relance tous azimuts soit très positif pour son économie, et pour la zone Euro en général. Et l’on pourrait même ajouter que plus de croissance en Italie y fera baisser à terme le ratio dette publique/PIB. Par contre, si les partenaires européens de l’Italie – dont la France bien sûr par la voix de son Ministre de l’économie – crient au loup face à cette vision d’une relance, qui certes creusera le déficit à très court terme, cela peut déclencher une panique sur les marchés financiers, et si ensuite, la Banque centrale européenne n’intervient pas pour calmer cette panique afin d’éduquer ou d’effrayer les nouveaux gouvernants italiens, on risque d’aller rapidement à la catastrophe.

En effet, si entre les possibles nouveaux dirigeants italiens et les dirigeants européens qui restent fidèles à la ligne ordo-libérale allemande, comme notre propre Ministre de l’Economie, on commence à monter aux extrêmes, les marchés vont anticiper la fin de l’intégrité de la zone Euro, et ils vont donc commencer à s’affoler sur la dette italienne et sur les banques étrangères détenant de la dette italienne. Et, ensuite, si personne ne calme le jeu… Le risque est d’autant plus grand que les nouveaux dirigeants ont anticipé un étranglement financier tel que l’a subi le gouvernement Tsipras en 2015 et qu’ils ont préparé des contre-mesures. L’Italie de 2018 n’est pas la Grèce de 2015, et les futurs dirigeants de ce pays ont des conseillers qui ont analysé ce que la Grèce avait subi.

Il faut dire qu’à ce stade de la longue crise européenne commencée en 2010 les choses deviennent claires : une majorité politique (et électorale) existe en Italie pour dire un non massif à un Euro géré de manière trop austéritaire pour les pays du sud ; une majorité inverse existe en Allemagne pour continuer cette même gestion jusqu’à la fin des temps. Il faudra bien trouver un moyen terme, ou bien tout le projet européen finira quand même par exploser dans un immense éclat de rire russe, chinois, indien, brésilien, indonésien, etc.

Le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, populiste) et la Ligue (extrême droite) ont présenté vendredi un «contrat de gouvernement» qui tourne le dos notamment à l'austérité et aux «diktats» de Bruxelles. Revenu universel, impôt à 15 ou 20%... Quels sont les risques de voir l'Italie adopter un tel chemin ? 

A cette heure, les militants du M5S ont voté à 97% sur plus de 40.000 votants pour approuver ce contrat de gouvernement. Et, du côté de la Ligue, Matteo Salvini a lancé tout le poids militant de son organisation dans la mise en place ce week-end d’un référendum ouvert aux militants et aux sympathisants pour ou contre ce contrat. Il a fait mettre des urnes pour cela dans des stands de rue (« gazebo ») partout où cela lui a été possible, y compris au sud du pays. Les deux partis ont donc décidé de franchir le Rubicon en faisant un pas en direction de l’autre, et en faisant officialiser leur alliance dans les formes démocratiques qui leur sont propres (en ligne d’un côté, dans la rue de l’autre). Comme aurait dit un Mussolini en son temps, des choix irrévocables sont en train d’être faits.

Il semble selon les informations qui filtrent dans la presse italienne que les leaders du M5S et de la Ligue soient tombés d’accord sur le nom d’un chef de gouvernement et qu’ils aient commencé à se répartir les postes clés du gouvernement. Ils devraient présenter lundi matin, d’une part, le contrat validé par leurs bases respectives et, d’autre part, le nom de leur candidat à la Présidence du Conseil, au Président Mattarella. Ce dernier prendra sans doute quelques heures ou jours pour répondre.

Ensuite, s’il dit oui, ou s’il émet de simples réserves de détail, il donnera l’investiture à cette personne, et il n’y aura alors plus que le vote négatif de l’une des deux chambres pour l’empêcher de devenir le Président du Conseil d’une Italie « legastellata » (« liguétoilée ») comme disent déjà les propagandistes de la Ligue.

Par contre, l’autre chemin, aussi possible, est que Mattarella refuse cette proposition, soit l’homme ou la femme, soit surtout le contrat de gouvernement – au nom de l’absence de respect de l’équilibre financier prévu dans la Constitution italienne suite aux réformes post-2012. Dans ce cas-là, on irait, comme l’a dit déjà le professeur Marc Lazar il y a quelques jours sur les ondes de France-Inter, vers une crise de régime. Je crois toutefois l’hypothèse peu crédible, car il n’y a pas de courant fort qui s’oppose dans l’opinion publique italienne à un gouvernement M5S/Ligue. Mattarella se trouverait bien seul en réalité à défendre la rigueur budgétaire au nom des engagements européens. Cette absence d’opposition tient au fait qu’en Italie, être encore pour cette Europe-là – celle de l’austérité sans fin et surtout sans résultats– ne représente presque plus rien dans l’électorat, même si les grands journaux d’opinion, le Corriere della Sera et la Repubblica, et leurs éditorialistes restent fermement sur cette ligne. La peur de l’écroulement financier fait moins peur aux Italiens de base que la réalité de leur pauvreté ou de leur précarité professionnelle.

Ensuite, pour autant que Mattarella ne décide pas de déclencher une crise à l’issue pour le moins incertaine -d’abord pour lui-même -, une fois ce gouvernement formé et investi par les deux Chambres, il prendra des décisions. Vu son caractère inédit, il aura probablement à cœur de respecter son programme. Les autres dirigeants européens auront donc intérêt à ne pas trop se mêler des affaires italiennes, ou sinon, rapidement, cela pourra tourner à l’aigre comme je l’ai dit. Rappelons que le slogan de la Ligue est « Prima Gli Italiani » (Les Italiens d’abord), et que ce slogan correspond à un sentiment répandu dans une part de la population italienne bien plus large que le seul électorat de la Ligue. Il n’est plus question en tout cas que les Italiens acceptent des leçons de la part des autres Européens, et encore moins d’un Français. Les Portugais sont sortis discrètement de l’austérité par la porte de gauche, les Italiens doivent pouvoir en sortir, de manière un peu plus théâtrale certes, par la porte de droite sans que cela aboutisse à une crise européenne.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 22/05/2018 - 10:49
L'Italie
rue dans les brancards , et c'est une bonne chose !
kelenborn
- 22/05/2018 - 08:34
France 2
Ou France boeux hier soir : entrevu car je ne regarde jamais cette merde:reportage sur l'Italie qui rappelle les temps glorieux de la TV de Brejnev: Après avoir exposé le programme sur la reconduite des migrants on interroge un "spécialiste" qui explique que ... c'est techniquement impossible: ...c'est un responsable associatif!!!! comme chez nous ces créatures parasitaires et islamophiles qui l'explique!!! Valait mieux donner la parole au Pape François mais il avait peut être son ménage à faire
ajm
- 21/05/2018 - 23:58
Rectification.
Désolé : " En tout cas, clairement, je me trouve grandement confirmé. ..."