En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Tech-Control
Conflit SNCF : comment la tech et une meilleure information ont largement affaibli le pouvoir de nuisance des grévistes
Publié le 17 mai 2018
Le simple fait de pouvoir planifier sa journée de grève affaiblit très fortement le principe même d'une grève dans le domaine des transports.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugh Scofield
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le simple fait de pouvoir planifier sa journée de grève affaiblit très fortement le principe même d'une grève dans le domaine des transports.

Atlantico : La rapidité de l'information et les nouvelles technologies permettent de vivre les périodes de grève différemment pour les usagers. Qu'est ce qui a changé depuis une dizaine d'années ?

Hugh Scofield : Je ne suis expert en la matière, mais je suis sûr que je ne suis pas le seul à constater que les scènes de chaos du début des grèves n’ont pas duré très longtemps.  Dans l'ensemble, je dirais que les gens ont su gérer et digérer les difficultés – même si je sais bien que il y a aussi beaucoup qui souffrent.  Le changement est devenu à notre sens visible pour nous à la BBC lorsque nous avons voulu tourner un matin de galère avec quelqu’un de la grande couronne. Deux fois nous avons echoué. La premiere fois parce que la personne nous a dit au dernier moment que son examen du lendemain avant été reporté à midi, donc que ce n'était plus la peine de démarrer à l’aube comme elle avait pensé. Et la deuxième fois la personne nous a dit qu'en effet, il y aurait un train sur deux sur sa ligne du RER, et donc que la situation ne serait pas si mauvaise que ça.   Dans les deux cas,  la clef c’était les flux d’information. Il me semble que ça c’est la grande difference avec le passé, et que c'est ça qui diminue dans une certaine mesure l’impact des grèves.

La communication de la SNCF s'est  améliorée, celle des  particuliers entre eux également. Quels sont les nouveaux réflexes des usagers ?

Là encore, je ne peux parler que de ma propre expérience et celle des gens autour de moi.  Je sais que les jours de grève les voyageurs à Paris suivent de très près leurs smartphones, et qu’ils peuvent donc viser un certain train à une certaine heure pour leur voyage.  Disparus donc les jours où tout le monde se ruait vers les gares le plus tôt possible, avec pour conséquence un tohubohu sur les quais. Evidemment la SNCF est aidée par la décision des syndicats de pré-annoncer les jours de grève avec tant d’anticipation – ce qui permet aussi aux société et entreprises d’organiser leurs jours de travail.

Le développement du télétravail joue-t-il également un rôle ?

Le télé-travail me semble le genre de grande révolution sociétale qui a promis beaucoup plus qu’elle n’a apporté pour l'instant. En théorie, elle devrait etre hyper-populaire, mais ne l’est pas, principalement parce que la psychologie du travail recquiert que les travailleurs se présentent physiquement devant leurs pairs et supérieurs. Mais évidemment il y a une politique nationale maintenant à développer, et la grève peut d'une certaine façon aider ce développement Car si une sociéte, jusqu’ici un peu réticente, décide de faire l'expérience du télé-travail parce que sa main est forcée par les grévistes, il se peut que l'expérience tourne bien et qu'ils décident de la maintenir dans le futur. Si c’est le cas, tant mieux.

Compte tenu du développement de ces nouvelles technologies, les grèves peuvent-elles encore avoir le même impact qu'auparavant 

Il m’est évident que la grève n’a pas l’impact que les syndicats souhaite qu'il ait. Gràce à la technologie,  les sociétés et les travailleurs sont mieux informés et ont plus d’options, plutôt que d’attendre brutement un train qui n’arrive pas. Etant donné que le but d’une grève est de faire pression à travers la disruption de la vie,  il me semble que cette pression est moins forte qu’il n’aurait été il y a quelques années. Mais je ne prédis rien. Et si le métro était bloqué, la situation serait peut-être differente.

 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
05.
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
06.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
07.
« Mon Gilet jaune » est une marque déposée et appartient à une femme entrepreneur qui se frotte les mains
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vanina
- 18/05/2018 - 06:59
Orthographe et grammaire ?
Pardon mais au moins 12 fautes de grammaire, d’accord et d’orthographe. Comment Atlantico peut il abaisser à ce point son niveau journalistique ? ça a heurté ma lecture. En plus du style pas facile. Faites relire les articles par des gens formés ? Merci par avance.
vangog
- 17/05/2018 - 08:50
Et vous n’avez pas été sur les routes d'accès...
aux grandes agglomérations,...c’est marrant ces journaleux qui s’en font décommander leur journée de galère dans le RER-Metro, mais qui n’imaginent même pas que le bordel aurait pu se reporter ailleurs...si les Franciliens ont pu trouver d’autres moyens de locomotion, prendre des RTT, ou arriver en retard au travail, cela signifie que d’autres ont été désorganisés par cette grève de privilégiés: les entreprises, les embouteillages, le budget bagnole qui a furieusement augmenté (Miam-miam les taxes Macron...). Mais tous ces Franciliens bobos ont voté Macrouille...alors, ils auraient mauvaise grâce de se plaindre des conséquences dont ils cherissent les causes...
Anguerrand
- 17/05/2018 - 08:11
Les cheminots s'aperçoivent qu'ils n'ont plus le meme
pouvoir de nuisance qu'auparavant, une grève perlée les rend impopulaires et du fait de la durée les voyageurs pour une grande partie ont trouvé dès solutions autres. SUD et la CGT ont bien compris qu'il en faut plus pour bloquer la France. Leurs éternelles revendications qui ont tué tant d'entreprise comme CONTI, du fait de leur marxisme devra s'incliner, la SNCF ne peut pas se permettre d'ajouter 3 milliards de dettes pour compenser leurs privilèges en plus des 50 milliards déjà accumulés ce qui une folie que le contribuable paiera