En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© NOAH SEELAM / AFP
Porte de sortie
Accord sur le nucléaire : pour sortir de la crise, l'Iran va devoir négocier avec Washington
Publié le 11 mai 2018
Donald Trump a annoncé mardi 8 mai une décision radicale : il retire son pays de l'accord sur le nucléaire iranien. Désormais, la seule sortie de crise possible pour l'Iran, c'est de s'entendre avec Washington.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a annoncé mardi 8 mai une décision radicale : il retire son pays de l'accord sur le nucléaire iranien. Désormais, la seule sortie de crise possible pour l'Iran, c'est de s'entendre avec Washington.

Sans surprise, Donald Trump a annoncé mardi 8 mai qu'il retirait son pays de l'accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne le 14 juillet 2015. Plutôt qu'une solution « soft », consistant à simplement exclure les Etats-Unis de l'accord, le président américain a préféré choisir l'option la plus radicale, en rétablissant l'intégralité des sanctions levées, en annonçant des sanctions encore plus sévères, et en forçant les entreprises étrangères à choisir rapidement entre faire des affaires en Iran ou aux États-Unis.

Alors que l'Iran respectait ses propres engagements, Donald Trump par sa décision a enfreint la lettre et l'esprit de l'accord, et prend de surcroit le risque d'isoler son pays. Des autres pays signataires que sont la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine plus l'Allemagne, en passant par le secrétaire général des Nations-Unies, la communauté internationale s'insurge contre cette décision unilatérale et appelle au maintien coûte que coûte de l'accord. Les Etats-Unis ne trouvent pour les soutenir que deux alliés qui ne surprennent guère : l'Arabie Saoudite, et Israël.

Outre que Donald Trump souhaite prendre systématiquement le contre-pied de la politique de son prédécesseur Barack Obama, par cette décision, il confirme son réel objectif : obtenir un changement de régime en Iran. Sa méthode : asphyxier le pays et l'entraîner dans une débâcle économique. Un processus déjà à l'oeuvre depuis 2016, car malgré la levée des premières sanctions internationales liées au nucléaire, les Américains avaient maintenu leurs sanctions antérieures à la signature de l'accord de Vienne, sanctions qui frappaient l'Iran par rapport au non-respect des droits de l'homme et au soutien supposé au terrorisme, décourageant ainsi les flux financiers internationaux vers Téhéran. Conséquence directe, trois ans après l'accord, l'Iran n'a bénéficié que de 10 milliards de dollars d'investissements sur les 200 milliards estimés par le cabinet de conseil McKinsey.

Déjà très affaibli sur le plan économique, l'Iran se voit encore plus fragilisé par les menaces de Trump à l'encontre des pays étrangers qui souhaiteraient y investir. Sa position est particulièrement délicate : accepter les exigences américaines, sous peine de voir son économie entrer en récession.

Le gouvernement du président modéré Hassan Rohani, subissant à la fois les foudres des conservateurs, qui n'ont jamais cru aux bénéfices promis par l'accord de Vienne – et qui se voient renforcés par la décision américaine – et celles des Iraniens déçus par les promesses non tenues sur le plan social et économique, se retrouve face à une réelle difficulté. Sortir de l'accord, c'est tomber dans le piège tendu par les Etats-Unis, ce qui pourrait justifier par la suite des frappes militaires américaines et israéliennes sur des installations iraniennes. La seule sortie de crise possible pour l'Iran, c'est de s'entendre avec Washington, l'Europe n'ayant pas les moyens matériels de répondre aux besoins iraniens.

Reste à savoir dans quelle mesure les exigences américaines, concernant entre autres le programme de développement de missiles balistiques et la présence des forces iraniennes dans les autres pays de la région, pourront être entendues par l'Iran, notamment pour rassurer Israël.

Seule chose tangible, la détresse réelle du peuple iranien, partagé entre une forte inquiétude et un grand sentiment de désenchantement face à l'accord de Vienne, qu'on peut désormais considérer comme mort et enterré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/05/2018 - 23:43
Démission soudaine du directeur de l’AIEA (ONU)...
comme s’il avait peur que le monde découvre la grande supercherie iranienne dont s’est rendu complice l’ONU...Aïe Aie Aïe, caramba!...
Liberte5
- 11/05/2018 - 19:24
D. Trump tape dans la fourmillière pour obliger
l'Iran a renégocier un accord qui enfin tienne debout. Trump a raison de se battre pour que L'Iran ne puisse pas posséder l'arme atomique. Sachant que les Mollahs souhaitent la disparition d'Israël. L'Iran ,qui occupe une partie de la Syrie et qui avec le Hezbollah occupe le Liban, mène une politique agressive dans cette région. Israël ne peut laisser cela se faire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/05/2018 - 11:15
et oui !..... Voilà ce qui
et oui !..... Voilà ce qui arrive quand la grenouille Française veut se faire plus grosse que le "corned-beef" made in USA !