En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles

Pulsions sexuelles oui mais pas que : comment la libido anime nos capacités de créativité

Publié le 08 mai 2018
Nous sommes tous des êtres de fantasme. Nous habillons tous en effet notre rapport à la réalité de notre imaginaire. Mais le fantasme sexuel, lui, est d’une autre nature. Il engage notre lien à la morale et aux convenances. Extrait de "Je fantasme donc je suis" d'Alain Héril, aux éditions Eyrolles (1/2).
Alain Héril est psychothérapeute et sexothérapeute depuis 25 ans.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Héril
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Héril est psychothérapeute et sexothérapeute depuis 25 ans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous sommes tous des êtres de fantasme. Nous habillons tous en effet notre rapport à la réalité de notre imaginaire. Mais le fantasme sexuel, lui, est d’une autre nature. Il engage notre lien à la morale et aux convenances. Extrait de "Je fantasme donc je suis" d'Alain Héril, aux éditions Eyrolles (1/2).

Nous venons de parler de l’inconscient. Il est bon ici de préciser quelques notions simples de psychanalyse. Ce que nous apprend la psychanalyse, c’est que notre psychisme est organisé en plusieurs parties qui s’entremêlent et dialoguent continuellement les unes avec les autres. Ce mécanisme échappe à notre logique mais nous pouvons vérifier son fonctionnement au travers de nos actes manqués, de nos rêves, de nos symptômes et de nos fantasmes. Le moi est la partie consciente qui détermine notre personnalité, c’est ce qui nous permet de dire « je ». Le surmoi est le siège de nos interdits, de notre morale, et il est intimement construit en fonction de l’éducation que nous avons reçue. Enfin le ça est le siège de nos pulsions et il est profondément ancré dans nos zones inconscientes. Nous pouvons également dire que notre moi est le résultat des négociations constantes qui se font en nous entre le surmoi et le ça. Il y a donc des fantasmes issus du ça et d’autres qui s’organisent en fonction du lien entre le surmoi et le moi.

Ce point théorique nous permet de faire une différence importante qui est celle qui existe entre le fantasme sexuel et la rêverie sexuelle. Dans le fantasme issu de l’inconscient, donc du ça, nous sommes face à nos pulsions les plus fortes et parfois les plus incompréhensibles. En général nous nous sentons dérangés et agacés par ces scénarios en nous. C’est ce qu’exprimait Sophie au début de chapitre, troublée par l’idée d’avoir le fantasme de tromper son mari.

Ces fantasmes ont un aspect très régressif et sont parfois empreints de pulsions de mort, c’est-à-dire de moments où le sang, la torture, la mutilation, etc. peuvent être présents. C’est surtout ce type de fantasmes dont parlent les témoignages lorsque les personnes se sentent mal à l’aise face à cette expression de leurs désirs inavouables.

En revanche la rêverie sexuelle, qui est une forme de fantasme doux que l’on peut aussi appeler fantasme érotique, est plus facilement acceptée car elle ne contredit pas trop la morale et aide la personnalité (le moi) à jouer avec les interdits sans remettre en question l’édifice psychique et comportemental d’une personne. Je peux citer en exemple tous ces fantasmes où l’on rêve d’une scène déjà vécue mais que l’on magnifie dans le fantasme, ou ces moments où le fantasme est plus construit autour du lien amoureux que du lien sexuel.

Dans l’ensemble des enquêtes menées autour des fantasmes c’est souvent l’expression de rêveries sexuelles à laquelle nous sommes habitués. Cela ne retire rien à la dynamique du fantasme mais c’est un ajustement qui nous permet de mieux accepter ces dimensions en nous et d’en faire une part de créativité avec plus de facilité et moins de culpabilité.

La part de créativité en nous : la libido

Le fantasme prend sa source dans nos pulsions à caractère sexuel. Cette énergie, c’est ce que l’on nomme libido. Il s’agit d’une énergie où le sexe a sa place et sa fonction, mais c’est aussi une énergie qui anime nos capacités de créativité. Une œuvre d’art quelle qu’elle soit est ainsi un fantasme projeté dans le monde et offert aux yeux et à la sensibilité de tous. On peut donc considérer les fantasmes d’un être humain comme sa part créative et comme l’expression d’une énorme vitalité Mais ce que nos fantasmes disent aussi de nous c’est combien nous n’avons pas la totale maîtrise de ce que nous sommes. Nous ne sommes pas les maîtres dans notre propre demeure ! Si je me réfère à ma pratique de sexothérapeute, je peux dire que beaucoup de mes patients souffraient (au-delà de leurs symptômes) de leur incapacité à contrôler leur sexualité. Il s’agit là d’un paradoxe ! Nous voulons vivre une sexualité débridée mais nous voulons tenir ce qui normalement devrait nous échapper. Nous voulons jouir de manière totale et absolue, mais nous voudrions contrôler cette jouissance. C’est tout le paradoxe (oserais-je dire le mystère ?) de la sexualité qui se joue ici. Car nous savons pertinemment que la raison d’être de la sexualité n’est pas que de faire des enfants, c’est aussi de mobiliser notre envie de plaisir dans le cadre d’une relation choisie. Elle implique donc des enjeux relationnels avec l’autre et aussi avec soi-même. Et comme nous connaissons ces enjeux (amour, tendresse, conjugalité, séduction) nous avons la sensation de les comprendre.

Mais une partie de nous sait aussi que quelque chose nous échappe, et cette « chose »-là porte un nom, c’est l’inconscient !

Nous verrons un peu plus tard dans cet ouvrage combien l’acceptation de cette notion de l’inconscient est importante pour comprendre l’organisation de nos fantasmes. Les fantasmes racontent donc des histoires qui sont en nous. Certaines de ces histoires nous les connaissons et les apprécions, et d’autres nous surprennent  ; mais ce sont toujours nos histoires. Nous sommes comme un livre dont certains chapitres nous échappent. C’est là toute notre complexité et notre extraordinaire richesse.

Extrait de "Je fantasme donc je suis" d'Alain Héril, aux éditions Eyrolles

 

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous :
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

07.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Une vegan attaque en justice ses voisins amateurs de viande, 2000 personnes veulent organiser un barbecue chez elle

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 08/05/2018 - 15:03
La créativité en danger
On ne peut plus comme Hugo ou Wagner trousser les bonnes.
vangog
- 08/05/2018 - 13:42
La créativité est le produit d’une frustration...
Cette frustration est aussi l’affrontement entre principe de réalité et principe de désir idéal. une autre explication de l’affrontement entre moi et sur-moi...