En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Bryan R. Smith / AFP
Sur pause
Ralentissements en France, en zone euro, aux Etats-Unis. Partout ? Pourquoi ?
Publié le 30 avril 2018
Des ralentissements économiques plus ou moins s'observent un peu partout sur la planète. Avec quelles causes et quelles conséquences ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des ralentissements économiques plus ou moins s'observent un peu partout sur la planète. Avec quelles causes et quelles conséquences ?

Ralentissement en France : Pour l’Insee ce 27 avril, la croissance ralentit au premier trimestre 2018. Ce serait 0,3%, après 0,7% au quatrième trimestre 2017, contre 0,4% escompté. Ce net ralentissement vient, pour l’essentiel, de la baisse des exportations. En effet, le commerce extérieur ne contribue pas à la croissance en ce début d’année, contre l’apport de +0,7% qu’il avait eu en fin d’année dernière. Les exportations se replient même de 0,1% en ce début d’année, contre une belle progression de +2,5% fin 2017. En même temps, l’investissement des entreprises ralentit à +0,5%, contre +1,6% le trimestre précédent. Au total, c’est la modeste progression de la demande interne hors stock qui « fait » la faible croissance du trimestre. 

Ralentissement en zone euro : Mario Draghi déclare le 26 avril : « nous n’avons pas parlé de politique monétaire », à l’occasion de sa conférence de presse qui suit la réunion du Governing Council ! Mais de quoi donc ont-ils parlé ? La question centrale des membres de la BCE a été de comprendre le ralentissement de la zone euro. Il ne s’agissait pas de discuter de la politique monétaire, qui reste inchangée. Ce ralentissement est-il une compensation normale, après une longue et forte reprise, une pause mécanique et momentanée ? Vient-il de la demande ou de l’offre ? Est-ce la conséquence de chocs socio-politiques, avec la montée des protectionnismes et de  tensions entre nations ? Ou bien est-ce l’addition de questions propres à chaque nation, par exemple les grèves en France ? Est-ce l’effet d’un certain ralentissement américain ? Est-ce un phénomène plus global, alors que le FMI vient juste de revoir à la hausse ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale ? Est-ce que le potentiel de croissance de la zone est en jeu ?

De fait, de nombreux pays membres de la zone euro ressentent un certain ralentissement au premier trimestre 2018. L’indice Markit de l’Activité dans l’Eurozone reste à 55,2 en avril, comme en mars. Le commentaire des analystes est inquiétant : « la croissance de l’activité globale s’est fortement repliée par rapport au pic de 11 ans et demi enregistré en début d’année. Cette tendance fait écho à un ralentissement de la hausse des carnets de commandes… Ce repli de la croissance de l’activité et des nouvelles commandes s’explique en partie par des contraintes d’offre… L’économie française enregistre ainsi sa deuxième plus faible expansion depuis 8 mois tandis qu’outre-Rhin, le taux de croissance affiche son deuxième plus faible niveau depuis 9 mois.» 

Ralentissement aux États-Unis : la croissance annualisée du premier trimestre 2018 passe à 2,3%, selon le chiffre publié le 27 avril. C’est au-dessous du 2,9% de fin 2017, mais au-dessus du 2% attendu par certains, pour ne pas dire craint. Ce ralentissement a de multiples sources convergentes : dépenses des ménages, construction, exportations et dépenses publiques, fédérales et locales en retrait.

Ralentissement au Royaume-Uni : 0,1% de croissance en début d’année, après 0,4% fin 2017. C’est le niveau le plus faible depuis 5 ans, en liaison avec la chute de la construction (-3,3%) et la modération du secteur manufacturier (+0,2%). Dans ce contexte, la Banque centrale d’Angleterre va rester en mode wait and see jusqu’au mois d’août pour augmenter ses taux, sachant que l’inflation à 2,5% « fait le travail ». Elle pèse en effet sur les revenus réels, donc sur la consommation, la croissance et les prix. Les explications abondent pour expliquer ce chiffre : mauvais temps, baisse du revenu réel des ménages et, bien sûr, « l’effet Brexit ».

Ralentissement en Chine ? Sans doute oui, le taux officiel de 6,8% ne pouvant venir que d’importants crédits à des entremises publiques fragiles ou à des collectivités publiques menacées. La croissance devra être tenue, on en verra ensuite le prix.

Meilleures nouvelles depuis ? C’est ce qui semble venir des toutes dernières enquêtes Markit sur l’Allemagne et la France. Pour l’Allemagne, le second trimestre semble renouer avec une croissance solide. Et, « après 2 mois consécutifs de ralentissement, la croissance du secteur privé français s’accélère en ce début de 2ème trimestre 2018 » note Markit. L’indice d’activité globale en France se redresse de 56,3 en mars à 56,9 en avril. Mieux encore, « il continue de signaler un taux d’expansion supérieur à sa moyenne historique ». 

Au fond, les marchés financiers craignent un effet ciseau, entre une activité moins tonique d’un côté, et des taux d’intérêt, salaires et matières premières en hausse d’un autre, ce qui ponctionnerait rapidement les profits. A moins qu’après l’accélération de 2017, notamment en fin d’année, un ralentissement mécaniquement ne se produise ! Ces ralentissements actuels ne seraient alors qu’une fausse alerte. 

Retenons la lecture, favorable, du « ralentissement fausse alerte », mais n’oublions pas qu’il ne faut pas jouer avec les nerfs des marchés. Ils savent très bien que la reprise américaine joue les prolongations, pour un à deux ans au plus. La zone euro ira alors mieux, mais sans avoir réglé ses problèmes d’organisation, de stabilité bancaire, de compétitivité et de défense. 

Quand l’économie ralentit, cela veut dire qu’il faut réformer beaucoup plus vite.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
La vie privée des politiques espionnée par le pouvoir ?
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/04/2018 - 21:32
@ajm Vous avez raison!
0,3% de croissance, c’est la croissance française vraiment liée à la création des richesses- c’est à dire corrigée de l’immigration de masse de clandestins, migrants, islamistes etc...la France gauchiste a besoin du grand remplacement pour maintenir une croissance artificielle à peine décente, mais les Français n’ont pas besoin de cette mystification-là...
ajm
- 30/04/2018 - 17:05
Taux annualisé ou pas.
Attention Vangog: le 2.3% us est un taux de croissance annualisé, que l'on peut comparer au 1.2% français. En non annualisé, le taux de croissance us du premier trimestre 2018 est de 0.57% , à comparer au 0.3%. Ces chiffres sont souvent corrigés quelques semaines après (le taux de croissance du 4 trimestre 2017 us a été revu en hausse il y a quelques jours)
gerint
- 30/04/2018 - 16:44
Il faut apprendre à vivre sans croissance forte
Et essayer de faire reposer au maximum sur ce qu’il nous faut comme croissance minimum sur ce qui ne pille pas les ressources de la terre, en luttant notamment contre la surpopulation et la surconsommation. Par contre je crois que tout le monde doit travailler et non certains qui sont alors taxés jusqu’à plus soif pour une rémunération raisonnable. Les prédateurs sont à éliminer