En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Le b.a-ba
Il est fou ce Blanquer : il veut qu'on apprenne à lire et à écrire à l'école ! Il est normal que les syndicats enseignants s'indignent…
Publié le 04 mai 2018
Comme avant lui Claude Allègre, le ministre de l'Éducation nationale s'attaque frontalement au mammouth. Sait-il comment Allègre a fini ?
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme avant lui Claude Allègre, le ministre de l'Éducation nationale s'attaque frontalement au mammouth. Sait-il comment Allègre a fini ?

Jean-Michel Blanquer a fait rédiger un guide à destination des enseignants du primaire. Pour l'essentiel, il veut, s'agissant de l'orthographe, qu'on abandonne les méthodes mixtes (semi-globales) pour revenir à celle explicite des lettres (syllabique). Il aggrave encore son cas en préconisant pour les mathématiques le calcul mental.

Mais le pire, c'est que son guide compte 130 pages. 130 pages ! Il est inhumain de demander aux profs de lire un tel pensum. Ils ont déjà beaucoup à faire. Et leur capacité de lecture n'excède guère quelques pages.

Il faut donc voir dans les 130 pages de Blanquer une forme scandaleuse de mépris aristocratique et élitiste. Les syndicats enseignants, eux, l'ont lu. Ils en avaient le temps. Des centaines de ces syndicalistes sont détachés au ministère de l'Éducation nationale. Ils sont de ce fait dispensés de la tache fastidieuse de donner des cours.

Les syndicats enseignants ont donc lu ces fameuses 130 pages. Et ils protestent. C'est Francette Poppineau, co-secrétaire générale du SNU ipp, le syndicat majoritaire, qui a le mieux exprimé cette révolte. "On jette les enseignants en pâture" s'est-elle écriée bouillante d'indignation.

"Ce guide a été diffusé par voie médiatique" a-t-elle ajouté. Ça, c'est bien vrai. Car sinon, nous autres qui ne sommes pas enseignants, nous n'en aurions jamais eu connaissance. Elle y voit le signe que Blanquer "s'adresse d'avantage à l'opinion publique" qu'aux profs. Les enseignants en effet n'en ont rien à f… de l'opinion publique.

Forte de son expérience Francette Poppineau, aborde avec franchise le fond de la réforme voulue par Blanquer. Et elle défend mordicus les méthodes semi-globales avec un argument aussi pertinent que celui-ci. "Nous, par exemple, pour écrire le mot "adossé" on conseille aux élèves de regarder l'unité de sens qu'il y a, c’est-à-dire le mot "dos" qu'il inclut, comme ça, ils comprennent que ce mot porte un "s" pour pouvoir écrire "adossé"."

Élémentaire ma chère Poppineau ! Ce mot porte un "s". Certes. Mais que devient le deuxième "s" ? Les élèves écriront donc "adosé". Et à leur façon, ou plutôt à celle que vous leur aurez apprise, ils pourront écrire "les ansaignants sont adosé à leur inconpétanse"…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lau73
- 03/05/2018 - 08:55
Alain Briens a raison :-)
Et oui... contresens pour M. Rayski: Ce n'est pas la méthode syllabique que le ministre veut reléguer aux oubliettes de l'histoire mais la fameuse méthode globale qui a acculturé des générations de petits français. "Entre quelque chose qui ne marche pas – la méthode globale – et quelque chose qui fonctionne – la syllabique –, il ne peut y avoir de 'compromis' mixte", explique le ministre. Mais ce contresens a eu du bon: je me suis finalement fait violence et ai été regarder un peu plus les fameuses propositions. A toute chose malheur est bon!
Il n'en demeure pas moins que cette reforme est bien tardive. Il y a 6 ans j'ai décidé que mon fils, petit français doté d'un champ lexical plutôt acceptable pour ses 7 ans à l'époque, ferait ses études en anglais. Tout plutôt que devoir supporter les "mots" d'une maitresse inculte qui en 3 lignes faisait autant de fautes que le gamin. Adieu système français, bonjour système international. Ca demande des efforts et quelques sacrifices mais je me dis que j'aurais fait en sorte que ma progéniture ait un maximum de chances pour débuter dans la vie. A 12 ans, il est désormais parfaitement bilingue: carton plein!
alam
- 02/05/2018 - 22:37
Excellent commentaire de Papy Geon
Tout est dit sur les syndicats d ' enseignants.
Quant à Kelenborn, il y a des limites. Sa vulgarité, ses insultes n ' apportent rien au débat. Atlantico devrait le rappeler à l 'ordre comme pour Ganesha. A moins que ces tristes individus soient des personnages fictifs inventés par Atlantico pour porter la contradiction aux affreux adeptes du libéralisme qui valorisent le goût de l ' effort, le mérite basé sur les résultats et non sur l ' appartenance à une caste et au népotisme, deux gros problèmes que la France devrait affronter pour ne pas sombrer trop vite dans un déclin irréversible
Deudeuche
- 02/05/2018 - 17:46
Élucubration Nationale
Trouver une solution pour ces pédagogue. Démission fin de leur ministère, chèque éducation pour s’en débarrasser?