En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 10 heures 50 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 17 heures 28 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 27 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 15 heures 2 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 16 heures 41 sec
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 25 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Héros attendu

De Washington à Berlin, Emmanuel Macron pourra-t-il être à la hauteur des espoirs qu’il suscite à l’étranger ?

Publié le 24 avril 2018
Alors que le chef de l'Etat français rend visite à son homologue américain Donald Trump de lundi à mercredi, plusieurs médias tendent à brosser un portrait de l'échiquier politique mondial très manichéen.
Hadrien Desuin est responsable du pôle international de la fondation du Pont-Neuf et chercheur associé à GEOPRAGMA. Dernier ouvrage paru, La France atlantiste, Cerf, 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hadrien Desuin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hadrien Desuin est responsable du pôle international de la fondation du Pont-Neuf et chercheur associé à GEOPRAGMA. Dernier ouvrage paru, La France atlantiste, Cerf, 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le chef de l'Etat français rend visite à son homologue américain Donald Trump de lundi à mercredi, plusieurs médias tendent à brosser un portrait de l'échiquier politique mondial très manichéen.

Atlantico : La couverture du Spiegel de samedi dernier, titrait : "Qui pour sauver l'Occident ? La liberté et la démocratie sont en jeu, Macron a besoin d'aide, mais l'Allemagne n'est pas au rendez-vous". De son côté, le Wall Street Journal affirmait ce lundi que "l'amitié de Macron [avec Donald Trump] est une sorte d'assurance contre le pire". La personnalité et les propositions d'Emmanuel Macron convainquent-elles ses partenaires américains et allemands ou s'agit-il d'un épiphénomène médiatique ?

Hadrien Desuin : Je serais tenté de vous répondre, un peu des deux ! Il est vrai que présenter Emmanuel Macron comme le sauveur de la planète, capable de canaliser les foucades de Donald Trump apparaît surréaliste. Et en même temps, ce n'est pas surprenant puisque le traitement de la grande presse internationale est très manichéen depuis un an. D'un côté, il y a le méchant Donald Trump, grossier, dangereux et imprévisible. De l'autre, il y a le gentil Emmanuel Macron, courtois, prudent et prédictible. Ce genre de tableau en noir et blanc, c'est du pain béni pour les médias avides de "disneylisation des relations internationales" pour reprendre la célèbre formule d’Hubert Védrine. Si les deux présidents apparaissent tout en contraste, ils jouent les meilleurs amis du monde. Rox et Rouky en quelque sorte.

D'un autre côté, on a l'impression, sans en avoir toutes les garanties, qu'Emmanuel Macron a été, à l'occasion de la récente crise syrienne, le modérateur de Donald Trump. Il a téléphoné à Poutine et Erdogan et s'est présenté comme l'aiguillon. Selon les "éléments de langage" élyséens, c'est lui qui aurait atténué les plans de frappes initialement prévus. De sorte que l'opération punitive des occidentaux contre Bachar Al-Assad s'est finalement réduite à peu de chose..  Il se pourrait surtout que le général Mattis, le secrétaire à la Défense, ait aussi contribué à atténuer la décision du Donald.

Il n'en reste pas moins que le Président Français est parmi les dirigeants européens qui s'entend le mieux avec l'hôte de la Maison-Blanche. Angela Merkel et Theresa May sont toutes les deux mal à l'aise avec ce grand gaillard un peu macho. Elles sont toutes les deux en difficulté au sein de leurs parlements respectifs. L'Italie est sans chef de gouvernement et l'Espagne doit s'occuper de la Catalogne. La place était libre et Emmanuel Macron a su la saisir. Son équipe disait avoir "acheté du Trump à la baisse" le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, elle engrange les dividendes. Le Président peut remercier les concepteurs de la constitution de la Vème République, laquelle facilite ce type d'opportunité.

Plus concrètement, la politique étrangère "ambitieuse" d'Emmanuel Macron est-elle à la hauteur des espoirs qu'elle suscite à l'étranger ?

Je ne suis pas certain que le monde entier soit encore dans l'attente un peu surnaturelle d'Emmanuel Macron. Mais si tel était le cas, il serait déçu. Sur la plupart des grands dossiers, Emmanuel Macron n'a pas réussi à convaincre le président américain. Accords de Paris sur le climat, transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, durcissement des traités commerciaux de libre-échange, reprise des sanctions contre l'Iran, la liste est longue. Le monde regarde Emmanuel Macron comme le John Kennedy Français. Mais pour l'instant Emmanuel Macron est plutôt la caution libérale de Trump. Il permet au président américain de claironner à Washington qu'il n'est pas aussi isolé qu'on le dit.

Par ailleurs, la grande politique de souveraineté européenne, énoncée à la Sorbonne fin septembre 2017, est en train de se dégonfler. Emmanuel Macron semble découvrir que l'Europe ne marche pas à la baguette de Paris. L'Europe de l'Est s'est libérée de la tutelle soviétique, et elle n'a aucune envie de tomber comme un fruit mûr dans l'escarcelle de la technocratie bruxelloise. Quant à l'Europe du sud et du nord, trop de divergences économiques les opposent. Au milieu, la France tente d'élaborer une synthèse autour d'elle. Mais c'est illusoire. L'Europe a construit son identité sur les Etats-nations. Aller contre sa nature reviendrait à lancer un boomerang en plein désert.

Plus grave, la doctrine de la puissance diplomatique "d'équilibre" prônée jusqu'ici par l'Elysée, a été considérablement abîmée par le dernier épisode Syrien. Lequel nous a coupés un peu plus de nos partenaires Russe et Chinois, particulièrement réticents à toute conception moralisatrice de la guerre et de la diplomatie en général. Fin mai, Emmanuel Macron aura fort à faire pour rétablir l'équilibre traditionnel de la France entre Moscou et Washington. La France a reçu en héritage le privilège ahurissant de siéger en permanence au Conseil de Sécurité avec un droit de véto. S'en affranchir est stratégiquement suicidaire. C'est comme si la France renonçait à faire partie des cinq grandes puissances de l'après-guerre. Quant aux leçons de droit international assénées après l'affaire de Crimée, elles sont réduites à néant avec ce type de coups de force.

En Allemagne et en France, qu'attend-on de la France d'Emmanuel Macron ? Est-elle cohérente – ou compatible – avec les ambitions du Président ?

Je crois qu'en Allemagne, on attend surtout de la France qu'elle réduise ses déficits publics. La dette de la France est une bombe à mèche lente qui fait peur à Francfort et à Berlin. Les Allemands sont très attachés à la stabilité de la monnaie unique d'autant plus que taux de change est très favorable à son économie. Elle regarde attentivement les différentes réformes annoncées. 

Quant aux grands sujets stratégiques, l'Allemagne est poliment indifférente tant que l'Amérique est là pour garantir le parapluie de l'OTAN. C'est d'ailleurs pour cela qu'Angela Merkel, et toute la CDU avec elle, est moyennement enthousiaste au projet de fédéralisation européenne porté par Emmanuel Macron. Les sujets de défense européenne et surtout de mutualisation militaro-industrielle sont une ligne rouge pour Berlin à moins que les entreprises françaises passent sous pavillon allemand. La fusion EADS a été un échec dans le secteur militaire à l'image des fiascos Eurofighter et A400M. 

Que la France se rapproche des Etats-Unis est finalement une bonne nouvelle pour l'Allemagne. Laquelle a toujours été plus proche de la ligne atlantiste que la France. En somme Paris rejoint sa position otanienne: un allié fidèle et immuable des Etats-Unis qui saura l'aider à contenir le réveil russe en Europe.

 

En France, l'attente est toute autre. L'opinion entretient une nostalgie du gaullisme parfaitement compréhensible. Parce que la France était indépendante et jouait un rôle plus important que ne le permettait a priori ses modestes moyens. En général, une petite guerre comme celle faite en Syrie il y a quelques jours est l'occasion d'un net regain de popularité. L'union sacrée joue en faveur du chef des armées. Or nous n'avons pas observé cette tendance à la suite à cette séquence. Au contraire, pour la première fois depuis longtemps, les Français étaient très partagés sur l'opportunité de ces frappes et ce suivisme atlantiste. Comme s'ils avaient tiré les leçons d'une décennie d'aventurisme au Moyen-Orient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 24/04/2018 - 11:42
Excellent
Le macronisme si génial décrit par tant de commentateurs, se trouve ramené à ce qu'il est : le vassal multiplie les signes amicaux au suzerain dans l'espoir de l'amadouer......