En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Héros attendu
De Washington à Berlin, Emmanuel Macron pourra-t-il être à la hauteur des espoirs qu’il suscite à l’étranger ?
Publié le 24 avril 2018
Alors que le chef de l'Etat français rend visite à son homologue américain Donald Trump de lundi à mercredi, plusieurs médias tendent à brosser un portrait de l'échiquier politique mondial très manichéen.
Ancien élève de l'École spéciale militaire de St-Cyr puis de l'École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d'un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d'Orient,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hadrien Desuin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l'École spéciale militaire de St-Cyr puis de l'École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d'un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d'Orient,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le chef de l'Etat français rend visite à son homologue américain Donald Trump de lundi à mercredi, plusieurs médias tendent à brosser un portrait de l'échiquier politique mondial très manichéen.

Atlantico : La couverture du Spiegel de samedi dernier, titrait : "Qui pour sauver l'Occident ? La liberté et la démocratie sont en jeu, Macron a besoin d'aide, mais l'Allemagne n'est pas au rendez-vous". De son côté, le Wall Street Journal affirmait ce lundi que "l'amitié de Macron [avec Donald Trump] est une sorte d'assurance contre le pire". La personnalité et les propositions d'Emmanuel Macron convainquent-elles ses partenaires américains et allemands ou s'agit-il d'un épiphénomène médiatique ?

Hadrien Desuin : Je serais tenté de vous répondre, un peu des deux ! Il est vrai que présenter Emmanuel Macron comme le sauveur de la planète, capable de canaliser les foucades de Donald Trump apparaît surréaliste. Et en même temps, ce n'est pas surprenant puisque le traitement de la grande presse internationale est très manichéen depuis un an. D'un côté, il y a le méchant Donald Trump, grossier, dangereux et imprévisible. De l'autre, il y a le gentil Emmanuel Macron, courtois, prudent et prédictible. Ce genre de tableau en noir et blanc, c'est du pain béni pour les médias avides de "disneylisation des relations internationales" pour reprendre la célèbre formule d’Hubert Védrine. Si les deux présidents apparaissent tout en contraste, ils jouent les meilleurs amis du monde. Rox et Rouky en quelque sorte.

D'un autre côté, on a l'impression, sans en avoir toutes les garanties, qu'Emmanuel Macron a été, à l'occasion de la récente crise syrienne, le modérateur de Donald Trump. Il a téléphoné à Poutine et Erdogan et s'est présenté comme l'aiguillon. Selon les "éléments de langage" élyséens, c'est lui qui aurait atténué les plans de frappes initialement prévus. De sorte que l'opération punitive des occidentaux contre Bachar Al-Assad s'est finalement réduite à peu de chose..  Il se pourrait surtout que le général Mattis, le secrétaire à la Défense, ait aussi contribué à atténuer la décision du Donald.

Il n'en reste pas moins que le Président Français est parmi les dirigeants européens qui s'entend le mieux avec l'hôte de la Maison-Blanche. Angela Merkel et Theresa May sont toutes les deux mal à l'aise avec ce grand gaillard un peu macho. Elles sont toutes les deux en difficulté au sein de leurs parlements respectifs. L'Italie est sans chef de gouvernement et l'Espagne doit s'occuper de la Catalogne. La place était libre et Emmanuel Macron a su la saisir. Son équipe disait avoir "acheté du Trump à la baisse" le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, elle engrange les dividendes. Le Président peut remercier les concepteurs de la constitution de la Vème République, laquelle facilite ce type d'opportunité.

Plus concrètement, la politique étrangère "ambitieuse" d'Emmanuel Macron est-elle à la hauteur des espoirs qu'elle suscite à l'étranger ?

Je ne suis pas certain que le monde entier soit encore dans l'attente un peu surnaturelle d'Emmanuel Macron. Mais si tel était le cas, il serait déçu. Sur la plupart des grands dossiers, Emmanuel Macron n'a pas réussi à convaincre le président américain. Accords de Paris sur le climat, transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, durcissement des traités commerciaux de libre-échange, reprise des sanctions contre l'Iran, la liste est longue. Le monde regarde Emmanuel Macron comme le John Kennedy Français. Mais pour l'instant Emmanuel Macron est plutôt la caution libérale de Trump. Il permet au président américain de claironner à Washington qu'il n'est pas aussi isolé qu'on le dit.

Par ailleurs, la grande politique de souveraineté européenne, énoncée à la Sorbonne fin septembre 2017, est en train de se dégonfler. Emmanuel Macron semble découvrir que l'Europe ne marche pas à la baguette de Paris. L'Europe de l'Est s'est libérée de la tutelle soviétique, et elle n'a aucune envie de tomber comme un fruit mûr dans l'escarcelle de la technocratie bruxelloise. Quant à l'Europe du sud et du nord, trop de divergences économiques les opposent. Au milieu, la France tente d'élaborer une synthèse autour d'elle. Mais c'est illusoire. L'Europe a construit son identité sur les Etats-nations. Aller contre sa nature reviendrait à lancer un boomerang en plein désert.

Plus grave, la doctrine de la puissance diplomatique "d'équilibre" prônée jusqu'ici par l'Elysée, a été considérablement abîmée par le dernier épisode Syrien. Lequel nous a coupés un peu plus de nos partenaires Russe et Chinois, particulièrement réticents à toute conception moralisatrice de la guerre et de la diplomatie en général. Fin mai, Emmanuel Macron aura fort à faire pour rétablir l'équilibre traditionnel de la France entre Moscou et Washington. La France a reçu en héritage le privilège ahurissant de siéger en permanence au Conseil de Sécurité avec un droit de véto. S'en affranchir est stratégiquement suicidaire. C'est comme si la France renonçait à faire partie des cinq grandes puissances de l'après-guerre. Quant aux leçons de droit international assénées après l'affaire de Crimée, elles sont réduites à néant avec ce type de coups de force.

En Allemagne et en France, qu'attend-on de la France d'Emmanuel Macron ? Est-elle cohérente – ou compatible – avec les ambitions du Président ?

Je crois qu'en Allemagne, on attend surtout de la France qu'elle réduise ses déficits publics. La dette de la France est une bombe à mèche lente qui fait peur à Francfort et à Berlin. Les Allemands sont très attachés à la stabilité de la monnaie unique d'autant plus que taux de change est très favorable à son économie. Elle regarde attentivement les différentes réformes annoncées. 

Quant aux grands sujets stratégiques, l'Allemagne est poliment indifférente tant que l'Amérique est là pour garantir le parapluie de l'OTAN. C'est d'ailleurs pour cela qu'Angela Merkel, et toute la CDU avec elle, est moyennement enthousiaste au projet de fédéralisation européenne porté par Emmanuel Macron. Les sujets de défense européenne et surtout de mutualisation militaro-industrielle sont une ligne rouge pour Berlin à moins que les entreprises françaises passent sous pavillon allemand. La fusion EADS a été un échec dans le secteur militaire à l'image des fiascos Eurofighter et A400M. 

Que la France se rapproche des Etats-Unis est finalement une bonne nouvelle pour l'Allemagne. Laquelle a toujours été plus proche de la ligne atlantiste que la France. En somme Paris rejoint sa position otanienne: un allié fidèle et immuable des Etats-Unis qui saura l'aider à contenir le réveil russe en Europe.

 

En France, l'attente est toute autre. L'opinion entretient une nostalgie du gaullisme parfaitement compréhensible. Parce que la France était indépendante et jouait un rôle plus important que ne le permettait a priori ses modestes moyens. En général, une petite guerre comme celle faite en Syrie il y a quelques jours est l'occasion d'un net regain de popularité. L'union sacrée joue en faveur du chef des armées. Or nous n'avons pas observé cette tendance à la suite à cette séquence. Au contraire, pour la première fois depuis longtemps, les Français étaient très partagés sur l'opportunité de ces frappes et ce suivisme atlantiste. Comme s'ils avaient tiré les leçons d'une décennie d'aventurisme au Moyen-Orient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 24/04/2018 - 11:42
Excellent
Le macronisme si génial décrit par tant de commentateurs, se trouve ramené à ce qu'il est : le vassal multiplie les signes amicaux au suzerain dans l'espoir de l'amadouer......