En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 heure 12 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 6 heures 5 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 18 heures 44 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 5 heures 29 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 6 heures 42 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 20 heures 16 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 21 heures 3 min
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Controverse

Interdire le salafisme, une idée absurde ? La proposition qui place la France face à ses contradictions

Publié le 13 avril 2018
Le 28 mars dernier, après avoir rendu hommage à Arnaud Beltrame à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe s'est montré défavorable à une interdiction du salafisme en France. Néanmoins, la question mérite d'être posée et étudiée, tant elle met l'Etat face à ses contradictions.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 28 mars dernier, après avoir rendu hommage à Arnaud Beltrame à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe s'est montré défavorable à une interdiction du salafisme en France. Néanmoins, la question mérite d'être posée et étudiée, tant elle met l'Etat face à ses contradictions.

Lors de la séance à l’Assemblée nationale du 28 mars dernier, où un vibrant hommage a été rendu au gendarme Arnaud Beltrame, le Premier ministre a fermement écarté toute volonté d’adopter de nouvelles dispositions pour lutter contre les attaques islamistes. En particulier, il a opposé une fin de non-recevoir à ceux qui proposent d’interdire la salafisme : « faut-il interdire le salafisme ? Il y a là une vraie question sur le combat de civilisation, sur la contre-insurrection culturelle que nous devons mener pour faire prévaloir les valeurs républicaines. Je vais vous dire ma conviction. Elle s’appuie sur l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » On ne peut pas, mesdames, messieurs, interdire une idée ».

Cette affirmation selon laquelle il serait impossible d’interdire une idée est pour le moins surprenante. L’ironie de l’histoire veut que, au moment où parle le premier ministre, Stéphane Poussier, un ancien candidat à la députation de la France insoumise, soit condamné pour apologie du terrorisme, comme l’ont été de nombreuses personnes avant lui, et comme le seront certainement de nombreuses personnes après lui. Or, qu’est-ce que l’apologie du terrorisme, sinon une idée ? De même, lorsque la majorité actuelle entend interdire les « fake news », n’affiche-t-on pas une intention de réglementer les idées ? Une fausse information est-elle très différente d’une idée, même s’il s’agit d’une idée fausse ?

D’une manière plus générale, il est surprenant d’entendre le chef du gouvernement prendre la défense de la liberté d’opinion dans un pays où l’on n’a cessé de multiplier les interdictions et les restrictions, par exemple avec l’interdiction des propos négationnistes ou racistes, ou encore avec la lutte contre les incitations à la haine ou aux discriminations. L’argument selon lequel le négationnisme ou les diverses incitations à la haine ne relèvent pas du domaine des idées ne constitue pas un argument très sérieux. Peut-on raisonnablement soutenir que de tels propos ne sont pas constitutifs d’une idéologie pourvoyeuse de sens, proposant une vision du monde ? Soutenir le contraire reviendrait à dire que les idéologies se situent exclusivement du côté de la paix et de l’amour, ce que l’histoire humaine a malheureusement invalidé.

Bref, qu’on le veuille ou non, ces réglementations relèvent d’une volonté de circonscrire le domaine des idées acceptables. Naturellement, chacun peut trouver des justifications à ces différentes réglementations. Il n’en reste pas moins que les précédents existent, ce qui laisse planer un doute sur la sincérité du premier ministre, d’autant que celui-ci a dramatisé les enjeux actuels en parlant d’un « combat de civilisation », d’une « contre-insurrection culturelle ». Or, un tel combat ne mériterait-il pas d’utiliser des moyens au moins comparables à ceux utilisés pour lutter contre le négationnisme ou le racisme, autant de combats qui ne sont d’ailleurs pas forcément incompatibles entre eux ? Le péril que représente l’islamisme ne justifie-t-il pas d’adopter des mesures proportionnées à la menace ?

Pour justifier son refus d’agir, le premier ministre a fait appel à l’article 10 de la DDHC. En s’appuyant sur ce texte, le premier ministre laisse donc entendre que le salafisme se situe sur le terrain de la religion, et de lui seul. Ce faisant, il brouille les pistes : que devient dès lors la distinction, désormais aussi fameuse qu’incontournable, entre l’islam et l’islamisme ? Cette distinction est pourtant supposée limpide : l’islam est une religion, l’islamisme est une idéologie politique, ce qui rend ce dernier aussi dangereux que le communisme ou le fascisme. Le problème n’est donc pas censé être religieux, mais bien politique : il s’agit de lutter contre une minorité fanatique qui instrumentalise la religion à des fins politiques. Malheureusement, la réalité est plus complexe. Où s’arrête l’islam, où commence l’islamisme ? La frontière n’est pas facile à tracer, et c’est bien cela qui rend délicate tout velléité d’interdire le salafisme. On se doute en effet que toute politique prohibitive concernant l’islamisme, quelle que soit la forme juridique qu’elle prendrait, créerait aussitôt un profond embarras : elle risquerait d’officialiser le fait que la différenciation n’est pas nette, que les croyances et les pratiques des uns et des autres se chevauchent en grande partie. Ce qui poserait de façon particulièrement aigüe le problème tant redouté de l’amalgame.

Pourtant, une telle stratégie aurait un immense mérite : elle forcerait à clarifier les choses. En identifiant les frontières de l’acceptable et de l’inacceptable, elle obligerait les musulmans de France à faire des choix explicites. Ils seraient tenus non seulement de procéder à une hiérarchisation entre leur appartenance nationale et leur appartenance religieuse, mais aussi de faire le tri dans leurs dogmes et leurs pratiques afin d’adapter leur religion au contexte d’une société moderne. En somme, cela reviendrait à faire avec les musulmans ce qui a été fait jadis avec les juifs, lorsque Napoléon les a forcés à affirmer leur loyauté nationale et à abandonner certaines pratiques contraires au Code civil. Car l’enjeu n’est pas tant de savoir si le culte musulman a sa place en France : il est surtout de savoir sous quelles formes et à quelles conditions l’islam peut devenir une religion française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/04/2018 - 22:31
L’islam grignote la république, petit à petit...
et les cironvoutions sémantiques d’E.Macron n’y changeront rien...seule la conviction de la résistance, dès le départ, est juste. Macron fait partie des résistants de la dernière heure, qui camouflent leur absence de conviction derrière des mots, et prendront l’ait plus indigné que les autres- lorsqu’il sera trop tard pour sauver des vies...des millions de vies!
Félicie
- 10/04/2018 - 16:37
secte salafiste
Il existe en France une loi très claire permettant d'interdire sur notre sol les sectes dangereuses. Le salafisme en est une, qui prône une idéologie contraire aux lois de la République, (charia) qui incite à la discrimination de ceux qui n'adhèrent pas à cette idéologie, discrimination des femmes, incitation à la violence, etc. qu'attend la justice pour réagir ?
Félicie
- 10/04/2018 - 16:37
secte salafiste
Il existe en France une loi très claire permettant d'interdire sur notre sol les sectes dangereuses. Le salafisme en est une, qui prône une idéologie contraire aux lois de la République, (charia) qui incite à la discrimination de ceux qui n'adhèrent pas à cette idéologie, discrimination des femmes, incitation à la violence, etc. qu'attend la justice pour réagir ?