En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Controverse
Interdire le salafisme, une idée absurde ? La proposition qui place la France face à ses contradictions
Publié le 13 avril 2018
Le 28 mars dernier, après avoir rendu hommage à Arnaud Beltrame à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe s'est montré défavorable à une interdiction du salafisme en France. Néanmoins, la question mérite d'être posée et étudiée, tant elle met l'Etat face à ses contradictions.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 28 mars dernier, après avoir rendu hommage à Arnaud Beltrame à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe s'est montré défavorable à une interdiction du salafisme en France. Néanmoins, la question mérite d'être posée et étudiée, tant elle met l'Etat face à ses contradictions.

Lors de la séance à l’Assemblée nationale du 28 mars dernier, où un vibrant hommage a été rendu au gendarme Arnaud Beltrame, le Premier ministre a fermement écarté toute volonté d’adopter de nouvelles dispositions pour lutter contre les attaques islamistes. En particulier, il a opposé une fin de non-recevoir à ceux qui proposent d’interdire la salafisme : « faut-il interdire le salafisme ? Il y a là une vraie question sur le combat de civilisation, sur la contre-insurrection culturelle que nous devons mener pour faire prévaloir les valeurs républicaines. Je vais vous dire ma conviction. Elle s’appuie sur l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » On ne peut pas, mesdames, messieurs, interdire une idée ».

Cette affirmation selon laquelle il serait impossible d’interdire une idée est pour le moins surprenante. L’ironie de l’histoire veut que, au moment où parle le premier ministre, Stéphane Poussier, un ancien candidat à la députation de la France insoumise, soit condamné pour apologie du terrorisme, comme l’ont été de nombreuses personnes avant lui, et comme le seront certainement de nombreuses personnes après lui. Or, qu’est-ce que l’apologie du terrorisme, sinon une idée ? De même, lorsque la majorité actuelle entend interdire les « fake news », n’affiche-t-on pas une intention de réglementer les idées ? Une fausse information est-elle très différente d’une idée, même s’il s’agit d’une idée fausse ?

D’une manière plus générale, il est surprenant d’entendre le chef du gouvernement prendre la défense de la liberté d’opinion dans un pays où l’on n’a cessé de multiplier les interdictions et les restrictions, par exemple avec l’interdiction des propos négationnistes ou racistes, ou encore avec la lutte contre les incitations à la haine ou aux discriminations. L’argument selon lequel le négationnisme ou les diverses incitations à la haine ne relèvent pas du domaine des idées ne constitue pas un argument très sérieux. Peut-on raisonnablement soutenir que de tels propos ne sont pas constitutifs d’une idéologie pourvoyeuse de sens, proposant une vision du monde ? Soutenir le contraire reviendrait à dire que les idéologies se situent exclusivement du côté de la paix et de l’amour, ce que l’histoire humaine a malheureusement invalidé.

Bref, qu’on le veuille ou non, ces réglementations relèvent d’une volonté de circonscrire le domaine des idées acceptables. Naturellement, chacun peut trouver des justifications à ces différentes réglementations. Il n’en reste pas moins que les précédents existent, ce qui laisse planer un doute sur la sincérité du premier ministre, d’autant que celui-ci a dramatisé les enjeux actuels en parlant d’un « combat de civilisation », d’une « contre-insurrection culturelle ». Or, un tel combat ne mériterait-il pas d’utiliser des moyens au moins comparables à ceux utilisés pour lutter contre le négationnisme ou le racisme, autant de combats qui ne sont d’ailleurs pas forcément incompatibles entre eux ? Le péril que représente l’islamisme ne justifie-t-il pas d’adopter des mesures proportionnées à la menace ?

Pour justifier son refus d’agir, le premier ministre a fait appel à l’article 10 de la DDHC. En s’appuyant sur ce texte, le premier ministre laisse donc entendre que le salafisme se situe sur le terrain de la religion, et de lui seul. Ce faisant, il brouille les pistes : que devient dès lors la distinction, désormais aussi fameuse qu’incontournable, entre l’islam et l’islamisme ? Cette distinction est pourtant supposée limpide : l’islam est une religion, l’islamisme est une idéologie politique, ce qui rend ce dernier aussi dangereux que le communisme ou le fascisme. Le problème n’est donc pas censé être religieux, mais bien politique : il s’agit de lutter contre une minorité fanatique qui instrumentalise la religion à des fins politiques. Malheureusement, la réalité est plus complexe. Où s’arrête l’islam, où commence l’islamisme ? La frontière n’est pas facile à tracer, et c’est bien cela qui rend délicate tout velléité d’interdire le salafisme. On se doute en effet que toute politique prohibitive concernant l’islamisme, quelle que soit la forme juridique qu’elle prendrait, créerait aussitôt un profond embarras : elle risquerait d’officialiser le fait que la différenciation n’est pas nette, que les croyances et les pratiques des uns et des autres se chevauchent en grande partie. Ce qui poserait de façon particulièrement aigüe le problème tant redouté de l’amalgame.

Pourtant, une telle stratégie aurait un immense mérite : elle forcerait à clarifier les choses. En identifiant les frontières de l’acceptable et de l’inacceptable, elle obligerait les musulmans de France à faire des choix explicites. Ils seraient tenus non seulement de procéder à une hiérarchisation entre leur appartenance nationale et leur appartenance religieuse, mais aussi de faire le tri dans leurs dogmes et leurs pratiques afin d’adapter leur religion au contexte d’une société moderne. En somme, cela reviendrait à faire avec les musulmans ce qui a été fait jadis avec les juifs, lorsque Napoléon les a forcés à affirmer leur loyauté nationale et à abandonner certaines pratiques contraires au Code civil. Car l’enjeu n’est pas tant de savoir si le culte musulman a sa place en France : il est surtout de savoir sous quelles formes et à quelles conditions l’islam peut devenir une religion française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/04/2018 - 22:31
L’islam grignote la république, petit à petit...
et les cironvoutions sémantiques d’E.Macron n’y changeront rien...seule la conviction de la résistance, dès le départ, est juste. Macron fait partie des résistants de la dernière heure, qui camouflent leur absence de conviction derrière des mots, et prendront l’ait plus indigné que les autres- lorsqu’il sera trop tard pour sauver des vies...des millions de vies!
Félicie
- 10/04/2018 - 16:37
secte salafiste
Il existe en France une loi très claire permettant d'interdire sur notre sol les sectes dangereuses. Le salafisme en est une, qui prône une idéologie contraire aux lois de la République, (charia) qui incite à la discrimination de ceux qui n'adhèrent pas à cette idéologie, discrimination des femmes, incitation à la violence, etc. qu'attend la justice pour réagir ?
Félicie
- 10/04/2018 - 16:37
secte salafiste
Il existe en France une loi très claire permettant d'interdire sur notre sol les sectes dangereuses. Le salafisme en est une, qui prône une idéologie contraire aux lois de la République, (charia) qui incite à la discrimination de ceux qui n'adhèrent pas à cette idéologie, discrimination des femmes, incitation à la violence, etc. qu'attend la justice pour réagir ?