En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Edito
Pourquoi, malgré les grèves, les marchés font confiance à la France
Publié le 06 avril 2018
Pour l’instant, les marchés ne s’inquiètent pas outre mesure de la situation sociale. Ils connaissent le travers français par rapport aux autres grands pays.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l’instant, les marchés ne s’inquiètent pas outre mesure de la situation sociale. Ils connaissent le travers français par rapport aux autres grands pays.

La France est aujourd’hui au milieu du gué. Le conflit du rail auquel on assiste depuis quelques jours ne concerne pas seulement le cas des cheminots qui réclament le maintien de leur statut hérité de la Libération. Cette grève « à saute-moutons » comme la qualifient certains observateurs en raison de son caractère perlé, illustre bien la situation dans laquelle se trouve le pays : une hésitation à maintenir une fois de plus un statu quo hérité de l’histoire, ou se lancer dans les réformes qu’ont accomplies nos voisins et qui suscitent tant de craintes comme s’il s’agissait d’un bond dans l’inconnu. Au demeurant, comme en témoignent les sondages, l’opinion est partagée. Il y a d’un côté le poids de ceux qui prêchent à la résistance, les partisans que l’économiste Alfred Sauvy qualifiait déjà à l’époque d’adeptes du » passé béni », que l’on retrouve parmi les pessimistes d’aujourd’hui et qui s’accrochent à un modèle social qui prend eau de toutes parts et laisse la France avec une croissance plus faible et un chômage plus fort que la plupart des grands pays industriels, alors que le refus de vivre à l’heure de son temps conduit à un endettement de plus en plus lourd pour l’avenir.

De l’autre côté, il y a ceux qui veulent engager le changement. Paradoxalement, le mouvement trouve un fondement solide à l’étranger, qui prêche en faveur de la réforme, mais qui témoigne aussi d’une confiance dans les forces vitales de notre pays, dont nous doutons peut-être trop. Ainsi, au moment où la SNCF s’engouffrait dans la grève, les marchés financiers donnaient un gage positif à la politique gouvernementale. L’agence France Trésor lançait une sorte de pied de nez aux grévistes en procédant à une émission d’un emprunt à trente ans de sept milliards et demi d’euros à l’un des taux les plus bas enregistré : 1,58%. Pratiquement, le crédit de la France reste presque aussi bon que celui de l’Allemagne, dont on connait au contraire l’extraordinaire excédent commercial. Alors que le montant de sa dette approche de cent pour cent du produit intérieur brut. Mais l’élection d’Emmanuel Macron a apporté une modification radicale dans l’image du pays, qui témoigne de l’importance des facteurs psychologiques, dont on prend conscience chaque jour, avec notamment le retour des investisseurs étrangers en France et la confiance retrouvée après une longue période de doute.

Pour l’instant, les marchés ne s’inquiètent pas outre mesure de la situation sociale. Ils connaissent le travers français par rapport aux autres grands pays. Avec une sorte de culture du conflit, liée en partie à la faiblesse de la représentation syndicale et à ses divisions. Alors qu’en Allemagne, on épuise tous les aspects de la négociation avant de déclencher une grève, on commence en France à se croiser les bras avant d’aborder les discussions. On mesure aussi les risques de ce comportement, au moment où les partisans de l’immobilisme soufflent sur les braises du mécontentement qui agitent des secteurs aussi variés que les étudiants, le personnel hospitalier, voire les avocats, etc.

Pourtant, nul n’ignore que le monde a changé : l’anniversaire de mai 1968, que certains voudraient continuer d’ériger en modèle de contestation, a été célébré de manière plutôt discrète ; de même la référence à 1995 où Jacques Chirac avait retiré piteusement son projet de réforme de la SNCF, ne correspond plus au problème de l’heure. Comme souvent, les Français font appel à leur sens de la « débrouille », aidés en cela par les ressources que procure internet. L’essor du covoiturage, des bus urbains ou interurbains offrent des palliatifs utiles. Ils témoignent aussi du souci de populations à trouver des solutions concrètes et pragmatiques aux problèmes, en renonçant à tout transformer dans des conflits idéologiques surannés qui sont à l’origine des retards français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 07/04/2018 - 08:48
La fin des privilèges, un éternel recommencement ???
Par les décrets des 4, 6, 7, 8 et 11 août 1789 (nommés par la suite décret du 4 août - 3 novembre 1789 car entrés en vigueur seulement le 3 novembre 1789) , l'Assemblée nationale a aboli les privilèges féodaux. Elle déclare « détruire entièrement le régime féodal ».
2018 sonnera t-il le glas de la CGT, vieille organe de feu le parti communiste français, qui s'accroche encore à des luttes sociales d'outre tombe pour se maintenir en vie ???
La SNCF, c'est 50 milliards de dettes et 3 milliards de déficit annuel.
Peut-on laisser les cheminots, ces nantis de l'après guerre vivre toujours grassement aux frais du contribuable ???
L'ancien gouvernement avait déjà reculé devant l'écotaxe et les camions étrangers continuent de défoncer nos routes aux frais des français, même ceux qui n'en sont pas usagers.
Pouvait-on continuer avec la SNCF ???
Sans être un Macroniste convaincu, loin s'en faut, je pense que cette fois, la France affiche une volonté de réformes salvatrices pour le pays, même si ce sont toujours les mêmes qui en tireront encore une fois, le meilleur parti.
vangog
- 06/04/2018 - 09:27
L’etat PS-Macroniste ne fait pas le moindre effort pour abolir
les privilèges de sa nomenklatura, qui ne sait rien faire d’autre que du syndicalisme destructeur, du clientélisme ravageur et du lobbyisme ringard, et il voudrait que les entreprises faussement de-nationalisées fassent les efforts qu’il ne sait pas réaliser?...et le tout imposé par Bruxelles, en plus! A mon avis, ça ne passera pas, car on ne retire pas cinquante ans de cadeaux privilégiés accordés à des enfants ventripotents , sans provoquer le bruit et la fureur...les étudiants manipulés facilement par les trotskos vont converger, et la chienlit va enfler...