En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 5 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 41 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 12 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 47 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 23 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 50 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Contestation

Le refus d’augmenter les retraites agricoles focalise l’ensemble de la classe politique contre le gouvernement

Publié le 11 mars 2018
C’est sans conteste le « fait de la semaine » en agriculture. Alors que députés et sénateurs s’étaient entendus, à l’unanimité, pour revaloriser les retraites agricoles – parmi les plus basses en France – le gouvernement a utilisé une procédure rarissime (le « vote bloqué ») l’autorisant à refuser ce choix parlementaire. Ce qui a provoqué un véritable tollé, à la fois social et politique.
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est sans conteste le « fait de la semaine » en agriculture. Alors que députés et sénateurs s’étaient entendus, à l’unanimité, pour revaloriser les retraites agricoles – parmi les plus basses en France – le gouvernement a utilisé une procédure rarissime (le « vote bloqué ») l’autorisant à refuser ce choix parlementaire. Ce qui a provoqué un véritable tollé, à la fois social et politique.

L’article 44-3 de la Constitution est très rarement utilisé. Il est le pendant, pour le Sénat, du plus célèbre 49-3 réservé lui à l’Assemblé. En d’autres termes, il autorise le gouvernement à statuer contre l’avis parlementaire. Or cet article 44-3 vient d’être brandi par le gouvernement... pour refuser d’augmenter les retraites agricoles, alors qu’elles sont peut-être les plus basses en France.

Plusieurs événements en un seul

Ce « vote bloqué » a fait beaucoup de bruit à la fois dans le landerneau agricole, et en politique. La forme, relativement violente (l’équivalent du 49-3, si souvent décrié, rappelons-le), mais aussi le fond : que ce soit en défaveur de retraités agricoles, c’est-à-dire de personnes qui ont travaillé toute leur vie pour nourrir autrui et qui se retrouvent à la retraite avec un revenu des plus maigres.

Le gouvernement, de son côté, a justifié cette intervention par le fait qu’une réforme des retraites doit avoir lieu dans deux ans, et qu’il préfère que tous les cas particuliers soient traités en même temps, uniformément, à ce moment-là... Un argument de cohérence qui pourrait être recevable, s’il n’y avait derrière des enjeux humains qui ne peuvent attendre. En 2013, les retraités agricoles étaient sous le seuil de pauvreté. Depuis, il y a eu quelques mini ajustements, mais à la marge uniquement.

Les réactions ont été nombreuses, en particulier chez les sénateurs. Le communiste Pierre Laurent évoque sur son compte Twitter un « oukase inadmissible du gouvernement au Sénat contre les retraites agricoles, le Parlement et la démocratie ». L’UDI Sylvie Goy-Chavent, sur son compte Facebook, y va d’une note personnelle : « Moi qui suis fille d’agriculteurs, je suis scandalisée, outrée, déçue et surtout fâchée. En effet, les retraites agricoles françaises sont les plus basses, en gros 650 €/mois. Pour rappel, nos agriculteurs sont bien malmenés : revenus très faibles, travail dur et ingrat, zéro congés, retraites indécemment basses... et j’en passe. Quel mauvais signal envoyé au monde agricole par le gouvernement Macron/Philippe. C’est un scandale ! » Le LR Daniel Gremillet a envoyé un communiqué à la presse où l’on peut lire notamment : « Cette revalorisation n’entrait pas en contradiction avec la refonte annoncée de l’ensemble des systèmes de retraite. Le niveau des pensions agricoles sont tellement faibles actuellement qu’on ne peut envisager que les agriculteurs demeurent en deçà du seuil de pauvreté. » Enfin reprenons les propos tenus la socialiste Monique Lubin à notre confrère Sud-Ouest : « C’est comme si on utilisait une kalachnikov pour tuer un ver de terre. Alors que ce projet de loi avait été adopté par l’assemblée nationale en décembre 2016, alors qu’il y avait eu unanimité à la commission des finances du Sénat pour voter le texte dans les mêmes termes, ce qui aurait permis de promulguer la loi immédiatement et mettre fin à une grande injustice. »

En d’autres termes, les sénateurs de tous les groupes politiques ont fait bloc contre la décision gouvernementale, sans pour autant, on s’en doute, s’être concertés préalablement... Ou comment ce « vote bloqué » a créé une sorte de plateforme improbable rassemblant tous ceux qui sont contre...

Par rapport aux agriculteurs eux-mêmes

Selon le site internet « la retraite en clair », en 2016 la retraite agricole concerne 1 181 583 exploitants et salariés agricoles cotisants à la MSA (mutuelle sociale agricole), dont 495 539 cotisants non salariés (chefs d’exploitations si vous préférez), et 686 044 cotisants salariés. Pour les seconds, la retraite complémentaire est gérée par l’Arrco (comme pour tous les salariés) et l’Agirc s’ils sont cadres, ce qui n’est pas le cas pour les agriculteurs eux-mêmes... Et c’est donc pour eux qu’il convient, de toutes façons, de réfléchir à une réévaluation, quitte à modifier le système actuel et son financement. Evidemment, le vote sénatorial faisait abstraction de cette réflexion d’ensemble, et en appelait donc, en attendant le fameux débat sur les retraites qui doit avoir lieu dans deux ans, à la solidarité nationale.

Il y a donc un coût, que le gouvernement, par la bouche de Christophe Castaner, chiffre à 400 millions d’euros, mais qui devrait plutôt avoisiner presque la moitié, près de 232 millions d’euros, si l’on tient compte que la dernière réévaluation, de 50 € chacun, a coûté 100 millions d’euros en 2017, et qu’il est question ici d’une augmentation de, précisément, 116 €... Il a donc fallu doubler l’ardoise pour justifier du refus !

Qui plus est, cette logique comptable a une limite, celle de l’élémentaire humanisme. Considérer que ceux qui ont travaillé toute leur vie pour nourrir la population doivent continuer à percevoir les plus basses retraites en France, n’est-ce pas s’attaquer à la dignité humaine ? Dans des arbitrages budgétaires récents, certaines catégories socio-professionnelles auxquelles la nation est bien moins redevable ont connu plus de largesses...

Cet article est également en ligne sur WikiAgri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 14/03/2018 - 19:45
@stargate53
Si les retraites agricoles sont si faibles, ce n'est pas parce que les cotisations sociales des agriculteurs sont en proportion, au contraire, c'est du au déséquilibre démographique cotisants (% actuel des agriculteurs dans la population active)/ retraités( correspondant au pourcentage des paysans 'il y a quelques décennies) , quand un agriculteur paie ses cotisations, il le fait pour ses parents, mais aussi pour les parents des autres, paysans dont les enfants sont devenus fonctionnaires, cadres, ouvriers, et cotisent donc eux à un autre régime que celui agricole. Le plus juste et le plus efficace serait un régime retraite universel ou chaque corporation pourrait moduler sa cotisation, vous voulez payez moins, vos retraites seront moindres, ou l'inverse. Et là les retraites agricoles seraient beaucoup plus élevées, ou les cotisation Msa bien moindres, par contre les fonctionnaires dont le nombre d'actifs a beaucoup augmenté ces dernières décennies seraient les grands perdants (et en particulier ceux bénéficiant des fameux régimes spéciaux)
jurgio
- 11/03/2018 - 15:26
La République n'a rien à faire de ses vieux
Quand on construit un pays idéologique, on presse l'orange et on jette l'écorce.
vangog
- 11/03/2018 - 14:56
L’urgence de ce quinquenat raté était l’égalité des Français...
devant la loi, et devant la retraite, après trente ans de socialo-communisme inégalitaire. Les socialauds-macronistes ont préféré enfourcher leur mauvais cheval-de-bataille societal, l'égalitarisme, pour contenter leurs minorités militantes sélectionnées par Terra nova. Malheureusement pour eux, les paysans n’ont pas été sélectionnés par Terra nova pour faire gagner la gauche archaïque, et ils passeront donc après les groupuscules femen, ONG immigrationnistes, open-society de la mafia Soros, et autres Zadistes-fascistes de la décomposition sociétale...dans deux ou trois ans, si tout va bien!...