En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© STEFANO RELLANDINI / POOL / AFP
Bonnes feuilles
Légende noire... ou fait réel ? La vérité sur les liens entre le Vatican et les mafias
Publié le 11 mars 2018
À mille lieues des fantasmes complotistes sur les papes et le Vatican, ce livre est l'anti-Da Vinci Code. Les légendes et les semi-vérités n'y ont pas leur place, si ce n'est pour être déconstruites. Extrait du livre "Le Vatican" de Christophe Dickès, aux éditions Perrin (2/2).
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À mille lieues des fantasmes complotistes sur les papes et le Vatican, ce livre est l'anti-Da Vinci Code. Les légendes et les semi-vérités n'y ont pas leur place, si ce n'est pour être déconstruites. Extrait du livre "Le Vatican" de Christophe Dickès, aux éditions Perrin (2/2).

29  juin 2013. Alors que le pape François doit assister à un concert, la place d’honneur qui lui est réservée reste désespérément vide. Le Saint Père vient d’être informé de l’arrestation par la police italienne de Mgr  Nunzio Scarano, chef du service comptabilité de l’Administration du patrimoine du siège apostolique (APSA). Créée à la fin du xixe siècle, l’APSA est un office de la curie romaine chargé d’administrer les biens du Saint-Siège. L’annonce fait l’effet d’une bombe  : « Jamais un prélat n’avait été ainsi arrêté », écrit le vaticaniste Jean-Marie Guénois dans Le Figaro. L’Institut pour les œuvres de religion (IOR), la fameuse banque du Vatican, est en émoi  : six employés épluchent pendant des heures les transactions financières de Mgr  Scarano sur les dix dernières années. Originaire de Salerne, dans le sud de l’Italie, il est devenu prêtre à trente-cinq ans, après avoir travaillé plusieurs années dans la banque et la finance. Son entourage avait l’habitude de l’appeler « monsignor 500 », parce qu’il distribuait à des entrepreneurs des liasses de billets de 500 euros contre des chèques qu’il encaissait afin de couvrir ses propres dépenses. Accusé de blanchiment d’argent, Mgr Scarano est au cœur d’une affaire digne des plus grands romans d’espionnage. Avec l’aide d’un agent financier et d’un membre des services secrets italiens, tous deux arrêtés le même jour que lui, il est accusé d’avoir couvert le transfert de 20 millions d’euros en liquide depuis la Suisse . Client de premier plan de l’IOR, le prélat y possède jusqu’à dix comptes par lesquels ont transité jusqu’à 7 millions d’euros ! Proche de grands entrepreneurs italiens, l’homme fait état d’un curriculum vitae bien éloigné de ce que l’on peut attendre d’un homme d’Église : chaque mois, Scarano reçoit la somme de 20 000 euros de la part de l’armateur Cesare d’Amico. L’homme bénéficie aussi d’un patrimoine immobilier de valeur (un immeuble de deux étages et un appartement de 700m2 avec des œuvres d’arts estimées à 6 millions d’euros) et d’intérêts financiers dans plusieurs entreprises.

Cette affaire amène le pape François à revoir son agenda. Alors qu’il prévoyait de s’attaquer à la réforme des structures financières du Vatican et du Saint-Siège la deuxième année de son pontificat, l’arrestation de Scarano le pousse à nettoyer les écuries d’Augias dans les plus brefs délais.

En effet, depuis des décennies, des scandales impliquant des brebis galeuses du Vatican, l’IOR, des industriels italiens et la mafia elle-même défraient la chronique et assombrissent l’image de l’Église italienne et romaine. Le plus grand de ces scandales fut la faillite de la banque Ambrosiano qui, encore aujourd’hui, suscite de nombreuses interrogations. Le 5  juin 1982, Roberto Calvi, le président de la banque milanaise proche des milieux catholiques, écrit au pape Jean-Paul II un courrier dans lequel il confesse avoir endossé « le lourd fardeau des erreurs et des fautes commises par les représentants de l’IOR ». Il révèle aussi dans cette lettre avoir financé des groupes antimarxistes en Amérique du Sud et en Europe de l’Est, dont Solidarność qui jouera un rôle déterminant dans la chute du communisme. Après une première condamnation à quatre ans de prison avec sursis en 1981, Calvi reprend la marche de ses affaires, mais sa banque, avec un déficit de plus de 1,2 milliard de dollars, est exsangue. Le 18 juin 1982, son corps est retrouvé pendu sous le Blackfriars Bridge à Londres. Dans ses poches, on retrouve une liasse de billets et une brique cassée, symbole maçonnique. La veille, sa secrétaire, Graziella Corrocher, avait été retrouvée au bas d’un immeuble, défenestrée. Quelques semaines plus tard, au milieu de l’été, la banque Ambrosiano fait faillite, laissant sur le carreau des centaines de créanciers dont la banque du Vatican, l’IOR. En 2005, un tribunal établira que la mort de Calvi a été commanditée par des groupes mafieux afin de « le punir de s’être emparé de grosses sommes d’argent appartenant à [Cosa Nostra et à la Camorra] ; [afin d’]acquérir l’impunité, obtenir et conserver le profit des crimes relatifs à l’emploi et au blanchiment d’argent de provenance délictueuse ; [afin d’]empêcher Calvi de faire chanter les référents politiques et institutionnels de la franc-maçonnerie, de la loge P2 et de l’IOR, avec lesquels il avait géré les investissements et le financement de sommes d’argent considérables ». Au lendemain de la faillite de la banque Ambrosiano, les créanciers, qui avaient prêté des centaines de millions d’euros à Calvi, se tournent vers l’IOR afin d’être remboursés. En dépit des dénégations et du silence dans lequel s’enferme le Vatican, un accord à l’amiable est trouvé entre les deux parties sous l’impulsion du secrétaire d’État, le cardinal Casaroli : une « contribution volontaire » de 244 millions de dollars est versée aux créanciers.

En fait, si l’IOR est devenue une véritable plaque tournante de transactions douteuses vers des paradis fiscaux, c’est parce que son statut la place à l’abri des contrôles judiciaires et financiers et que ses employés bénéficient d’une immunité grâce à l’article 11 des accords du Latran entre l’Italie et le Vatican (1929). Dans cette affaire aux ramifications complexes et multiples, Calvi n’est pas le seul responsable. L’historien retient aussi le nom de Mgr Marcinkus, le « banquier de Dieu ». Habile et énergique, créatif mais parfois naïf, Marcinkus, originaire de la banlieue de Chicago, est nommé par Paul VI à la tête de la banque du Vatican alors qu’il ne possède aucune compétence financière. Il y reste près de vingt ans (1969-1989) ! Son rôle est de protéger les actifs du Vatican, notamment en transférant les plus-values réalisées dans le but évident d’échapper au fisc italien qui, depuis la fin des années  1960, peut désormais taxer les dividendes du Saint-Siège. Afin de l’aider dans sa tâche, Mgr Marcinkus fait appel à l’homme d’affaires sicilien et banquier Michele Sindona, proche des milieux mafieux italo-américains, condamné lui-même en 1986 et retrouvé mort dans sa prison après avoir absorbé une tasse de café contenant du cyanure. Sindona avait été accusé du meurtre de l’avocat Giorgio Ambrosoli chargé de la liquidation de sa propre banque, la Banca Privata Finanziaria. Lié aux milieux politiques italiens et à la loge maçonnique Propaganda Due, dite loge P2, dirigée par Licio Gelli, Michel Sindona, tout comme Roberto Calvi, en savait trop. Il le paiera de sa vie. Quant à Mgr Marcinkus, il est congédié au mois de mars  1989 par le pape Jean-Paul  II, deux ans après le mandat d’arrêt lancé contre lui par un tribunal milanais.

Le scandale Ambrosiano n’est pas le seul ayant entaché la réputation de la banque du Vatican.

Extrait du livre "Le Vatican" de Christophe Dickès, aux éditions Perrin

livre "Le Vatican" de Christophe Dickès

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/03/2018 - 11:46
Le Vatican fait fantasmer
Tous les films ou séries l'ayant pour cadre (en partie) ont du succès . Liens avec la mafia ? on est dans l'ordre du possible , ou c'est un fantasme ?, nul ne sait ....