En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Simone Veil
Simone, veille sur nous
Simone Veil, icône absolue du droit des femmes aux yeux des Français
Publié le 09 mars 2018
Dans un billet pour BVA, Bruno Cautrès évoque le redoutable problème qui attend Emmanuel Macron comme il a attendu tous ses prédécesseurs : la question de ce que l’on appelle les "plafonds de verre".
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un billet pour BVA, Bruno Cautrès évoque le redoutable problème qui attend Emmanuel Macron comme il a attendu tous ses prédécesseurs : la question de ce que l’on appelle les "plafonds de verre".

Dix mois après l’élection d’Emmanuel Macron, le nombre de réformes entamées par le nouveau pouvoir semble suivre une cadence rarement atteinte avant. Au cours de la même période, plusieurs thèmes se sont également imposés dans le flux de l’actualité politique : dans ce flux incessant d’information, la question des rapports hommes/femmes et des violences sexuelles occupe l’une des principales places. Tout se passe comme si la grande recomposition politique et le profond renouvellement qu’incarne l’élection d’Emmanuel Macron avait ouvert la voie à un plus large débat public sur des tabous et des blocages de la société française. La matrice fondamentale du macronisme, c’est la redéfinition de ce qui est juste et égal en France et le dynamitage de verrous considérés par Emmanuel Macron comme des obstacles à la réalisation du projet de vie de chacun. 

Mais un redoutable problème attend Emmanuel Macron comme il a attendu tous ses prédécesseurs : la question de ce que l’on appelle les « plafonds de verre ». Les réformes les mieux intentionnées peuvent parfois buter sur la forte capacité de résistance des mécanismes facteurs d’inégalités. On le voit très bien sur la question de la parité en politique, une facette essentielle de tout projet de réforme de nos institutions et de renouvellement démocratique en France. Si la parité en politique a incontestablement progressé au cours des dernières années, elle le doit d’abord aux lois qui n’ont pas laissé le choix à des partis politiques parfois frileux sur la question. Mais les progrès de la représentation politique des femmes au plan quantitatif bute encore sur un « plafond de verre » sacrément résistant :  si la parité est à présent établie dans les conseils municipaux des villes de plus de 1000 habitants, on constate qu’une écrasante majorité des postes d’adjoints au maire en charge des finances sont des hommes, une majorité non moins écrasante des postes d’adjoints en charge des questions d’éducation sont des femmes. En dessous de l’apparente parité la barrière invisible d’une politique française marquée par la force des stéréotypes est donc toujours là.

La politique nationale n’est pas la plus exemplaire en matière de parité : nous n’avons pas eu encore de femme présidente de la République. Les deux têtes actuelles de notre exécutif sont des hommes, les « hommes du Président » sont bien sûr des hommes, les présidents des deux Assemblées parlementaires également, seules deux des onze candidats à l’élection présidentielle étaient des femmes, une seule femme était candidate à la primaire de la droite et du centre, même chose à gauche, aucune femme ne dirige aujourd’hui un des partis politiques qui peuvent prétendre diriger le pays, aucune femme non plus parmi les quatre candidats qui veulent diriger le PS. La vie politique n’est pas la seule à buter ainsi sur le « plafond de verre » des inégalités empiriques constatées entre les hommes et les femmes : la vie économique et des entreprises n’est pas forcément plus exemplaire.

On peut d’ailleurs élargir le regard comme nous appelle à le faire ma collègue du CEVIPOF, Réjane Sénac. Dans ses recherches sur « l’ordre sexué » elle montre à quel point la question la question des inégalités entre les hommes et les femmes révèle puissamment le dessous des cartes de notre modèle égalitaire français. Si la « fraternité » qui nous lie dans ce modèle était appelée « sororité », qu’en penserions-nous, nous dit-elle ? Elle s’interroge également sur le sens caché des politiques publiques visant à la parité : ces formes de discrimination positive, si elles permettent d’incontestables avancées, ne comportent-elles pas le risque de consacrer les différences et en fait d’éloigner l’objectif d’une « égalité sans condition » ? C’est donc qu’il faut non seulement viser la parité mais surtout à travers elle l’égalité réelle. Inclure les femmes dans l’espace public non pas au titre d’une complémentarité des genres mais du simple principe de l’égalité entre les humains. Un beau programme politique, qui nécessite sans doute beaucoup de courage et de ténacité, et qui ne se limite pas aux droits des femmes mais vise plus largement la question des inégalités et des discriminations. 

Ce courage et cette ténacité sont d’ailleurs mises en avant par les membres de la communauté POP by BVA lorsqu’ils sont amenés à se prononcer sur les noms qui, à leurs yeux, incarnent le mieux la cause des femmes. Les mots utilisés montrent que c’est la combinaison de deux éléments qui retient l’attention : le courage de leurs parcours et la profondeur humaine de ces femmes notamment leur altruisme. Un nom en particulier revient le plus fréquemment cité, celui de Simone Veil. L’opinion publique a d’ores et déjà « panthéonisé » l’ancienne ministre de la Santé (qui entrera au Panthéon le 1er juillet) qui porta au début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing la loi sur l’avortement : « l'icône absolue des droits des femmes » pour reprendre les mots d’un membre de la communauté. Par une formule parfaitement allégorique, un autre membre de la communauté résume ainsi les choses : « Simone, veille sur nous ». Sur nous et non pas seulement sur elles, un beau résumé du message de tolérance, de justice et d’égalité entre les humains que la journée du 8 mars permet de mettre en exergue à travers la question des droits des femmes. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires