En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 24 min 41 sec
décryptage > Société
L’enfer, c’est les autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 4 heures 5 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 6 heures 23 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 16 heures 3 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 17 heures 2 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 18 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 1 heure 39 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 2 heures 37 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 6 heures 2 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 16 heures 35 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 17 heures 35 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 19 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Un pas de plus

Interdiction de l’adultère en Turquie : jusqu’où Erdogan osera-t-il défier l’Europe ?

Publié le 02 mars 2018
La Turquie songe à criminaliser de nouveau l'adultère après une dépénalisation à la fin des années 90. En 2004, la proposition était déjà revenue sur la table mais avait rencontré l'opposition laïque et le pays avait fait marche arrière en raison des pressions exercées par les dirigeants de l'Union européenne. Aujourd'hui, difficile de voir qui pourrait s'opposer à la volonté d'Erdogan en la matière.
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Turquie songe à criminaliser de nouveau l'adultère après une dépénalisation à la fin des années 90. En 2004, la proposition était déjà revenue sur la table mais avait rencontré l'opposition laïque et le pays avait fait marche arrière en raison des pressions exercées par les dirigeants de l'Union européenne. Aujourd'hui, difficile de voir qui pourrait s'opposer à la volonté d'Erdogan en la matière.

Atlantico : La Turquie est en train de réfléchir à une criminalisation de l'adultère. Cette idée, vieux serpent de mer en Turquie avait toujours été ajournée  sous les pressions de l'Union européenne. Maintenant que la question de l'adhésion à l'UE ne fait plus débat, jusqu'où la Turquie pourrait-elle aller dans ses réformes et quel est l'objectif du pays à terme ?

Laurent Leylekian : Il me semble que nous devons désormais imaginer le pire, c’est-à-dire à moyen terme une République islamique de Turquie sur le modèle iranien à la différence que la Turquie est sunnite. Bref, le retour effectif du sultanat aboli par Atatürk. C’est une hypothèse qui semblait encore irréaliste il y a cinq ans mais la situation a progressivement changé : En fait – comme l’a récemment souligné un think tank américain – l’Occident a tant perdu son ascendant et son emprise effective sur la Turquie – qu’Erdogan peut maintenant mettre en place son programme islamiste quasiment sans aucune restriction.

La petite bourgeoisie anatolienne et le monde rural qui ont fait son succès continuent de le soutenir tandis que l’opposition structurée ne parvient plus à s’exprimer : d’une part, elle n’a plus de modèle alternatif crédible à proposer et d’autre part aucun leader qui puisse sérieusement contester Erdogan n’émerge pour l’instant des partis d’opposition. En outre, confrontée aux purges et aux parodies de procès, la société civile occidentalisée est de plus en plus contrainte de se murer dans le silence, un peu comme « l’émigration intérieure » sous le troisième Reich. Il y a encore des îlots de résistance – comme ce procureur qui a engagé des poursuites contre les responsables d’une chaîne ultranationaliste pour « incitation à la haine » mais c’est devenu vraiment marginal dans un pays où le programme politique islamiste s’appuie sur une tradition d’Etat nationaliste.

Beaucoup d’observateurs considèrent que l’on s’approche d’un système totalitaire et je ne vois guère qu’un retournement de tendance économique qui puisse peut-être arrêter Erdogan dans ses ambitions de faire du pays une République islamique. Quoique dans un système réellement totalitaire, les considérations de cet ordre soient inopérantes jusqu’à l’effondrement final.

Est-ce que les liens économiques qui continuent d'unir l'Union européenne et la Turquie peuvent encore peser dans la balance et servir de moyens de pression ?

Sans doute pas parce que l’Union européenne elle-même ne met pas vraiment son poids économique au service de sa vision politique propre ; en tout cas pas avec la Turquie qui bénéficie des prérogatives de l’Union douanière. En outre, quand on regarde la structure des échanges de la Turquie, on voit que l’Union européenne reste prépondérante bien sûr mais, depuis dix ans, la part des exportations comme des importations va croissante avec l’Asie et notamment la Chine. Et plus récemment, la Turquie s’est également ouverte aux investissements russes en raison des alliances conjoncturelles sur la question syrienne.

Enfin, l’Europe reste tétanisée par la question des migrants et croit pouvoir retarder les échéances des problèmes en ménageant Erdogan. On peut paraphraser Churchill : « Vous avez voulu éviter les sanctions économiques guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez migrants ». En fait, l’ascendant pris par un homme tel qu’Erdogan doit beaucoup aux lâchetés occidentales.

Si l'Union européenne et la Turquie semblent de plus en plus s'éloigner tant diplomatiquement qu'économiquement que deviendraient les turcs politisés disséminés à travers l'Europe ?

C’est une vraie question car les Turcs d’Europe comme les citoyens européens d’origine turque constituent l’une des communautés les plus endogame et refermée sur elle-même (comme le montre encore l’affaire du drapeau turc de Mâcon). C’est une constante soulignée par de nombreuses études. Il y a une certaine responsabilité des Etats de l’Union qui ont en quelque sorte sous-traité la prise en charge de ces populations à l’Etat d’origine, mais en vérité sans doute pas plus que pour d’autres communautés. La différence, c’est que la Turquie, ce n’est pas l’Algérie ou le Maroc mais c’est un Etat qui a une longue tradition impériale, qui a une stratégie globale et qui perçoit ces populations comme un outil d’influence, voire comme une « arme ».

Deux exemples récents : la mise en place à partir d’Ankara de manifestations massives de Turcs dans divers pays européens (Allemagne, Pays-Bas) en soutien à l’aventure militaire turque en Syrie ; où le vote négatif au Parlement néerlandais du parti Denk, constitué quasiment exclusivement de ressortissants turcs ou d’origine turque, sur une résolution de reconnaissance du génocide arménien soutenue par toutes les autres formations politiques.

C’est un vrai problème car une grande partie de ces communautés turques, loin de s’intégrer aux structures sociopolitiques européennes crée leurs propres formations sur une base ethnique, bien qu’elle s’en défende. J’ai cité Denk aux Pays-Bas mais nous avons eu le PEJ lors des dernières législatives en France. Pire, les Européens politisés d’origine turque qui dérogeraient aux consignes d’Ankara se voient désormais menacés physiquement en Europe même. C’est le cas par exemple de ces parlementaires néerlandais – généralement de gauche – qui ont voté la résolution sur le génocide arménien ou de Cem Özdemir, leader des Verts allemands, qui a dû être mis sous escorte policière …. A Munich !

Il me semble donc urgent – si ce n’est pas trop tard – que les Etats de l’Union arrachent ces populations des mains d’Ankara pour reprendre en main leur éducation et leur intégration. Ceci passe sans doute par le démembrement des innombrables structures islamistes ou nationalistes turques qui opèrent librement en Europe et qui constituent le bras armé de l’assujettissement des Turcs d’Europe envers Ankara.

Idéalement, il faudrait aussi un volet répressif à cette action car certaines de ces structures – en particulier les organisations ultranationalistes – ont également des activités maffieuses (drogue, prostitution). Je suis cependant loin d’être certain que les services concernés aient pris la mesure de l’ampleur du problème et de son importance. N’oublions pas qu’en Turquie, l’islamisme n’est que le masque actuel du nationalisme et non pas l’inverse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Semper Fi
- 05/03/2018 - 04:58
@assougoudrel
Peut-être, mais que je sache rien n'empêche la dame en question de les envoyer se faire voir... l'église adventiste n'est pas religion d'état, et l'apostasie n'est pas punie par la loi US !!!
pierre de robion
- 03/03/2018 - 23:07
Le prochain pas....
la SOUMISSION à la Charia!
Les peuples fatigués se couchent, comme les chevaux qui savent qu'ils vont mourir!
Mais nous, nous nous serons suicidés
gerint
- 03/03/2018 - 21:04
@assougoudrel
Merci pour ces infos