En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Paroles. paroles

Agriculture : ces zones de flou qui persistent malgré les explications d’Emmanuel Macron

Publié le 23 février 2018
Emmanuel Macron a dit "clairement" qu'il allait "être clair, et cela très directement", "parce qu'il ne faut pas se mentir", "avec beaucoup de franchise et de clarté"... Le langage qu'il a adopté dans son discours d'accueil de près 700 jeunes agriculteurs à l'Elysée ce jeudi fut émaillé de très nombreuses locutions justificatives de sa politique agricole, visant à donner l'impression... qu'elle était claire.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a dit "clairement" qu'il allait "être clair, et cela très directement", "parce qu'il ne faut pas se mentir", "avec beaucoup de franchise et de clarté"... Le langage qu'il a adopté dans son discours d'accueil de près 700 jeunes agriculteurs à l'Elysée ce jeudi fut émaillé de très nombreuses locutions justificatives de sa politique agricole, visant à donner l'impression... qu'elle était claire.
Ce sont des citations exactes, et non exhaustives : « ... de manière directe », « je vais vous dire très clairement », « très directement », « il ne faut pas se mentir »,  « avec beaucoup de franchise et beaucoup de clarté »...  Vous faites le test, vous écoutez le discours d'Emmanuel Macron adressé aux agriculteurs à l'Elysée à partir de n'importe quel moment et vous attendez deux minutes : vous aurez droit à une justification sur la clarté de son discours et de sa politique agricole. Résultat, à la fin du discours, vous aurez l'impression de beaucoup de choses, d'intentions pourquoi pas louables, mais certainement pas... claires, au moins dans leur modus operandi.
 
Mais ne soyons pas trop critique : les agriculteurs ont été bien accueillis (autour d'un buffet déjeunatoire sans faute de goût, uniquement des produits du terroir français), et Emmanuel Macron a eu un mérite pour cette journée de jeudi à l'Élysée, il s'est montré disponible pour ses hôtes. Il en a même chamboulé son emploi du temps, passant la journée entière avec les agriculteurs, quitte à partir à Bruxelles bien plus tard que prévu... Au-delà de son discours, il a écouté les uns, puis les autres, passant de petits groupes en petits groupes, répondant aux sollicitations de chacun. On ne peut pas lui reprocher son indifférence ou autre.
 
En revanche, sur le plan des idées, bien sûr, on a le droit de rester sur sa faim, en particulier compte-tenu de la « clarté » davantage annoncée qu'énoncée.
 
Des idées qu'il a donc développées dans un discours de presque une heure, que l'on retrouve sur son compte Twitter. Il a donc justifié les choix, promis à nouveau que les états généraux de l'alimentation allaient finir, par la voie législative, par provoquer une révolution en agriculture avec la construction d'un prix rémunérateur pour l'agriculteur, louant au passage sa propre méthode. Concernant la volonté de la France d’aller dans le sens de l'accord de libre-échange entre l'Europe et le Mercosur (les pays d'Amérique Latine) malgré les craintes, en particulier, des éleveurs bovins français, il a montré des intentions louables, mais qui là encore ne pourront être vérifiées que dans le temps : il évoque ainsi une clause de sauvegarde autorisant à arrêter les importations bovines dans l'hypothèse où elles viendraient sinistrer nos propres éleveurs... Concernant les zones défavorisées, il parle d'une nouvelle carte appaisante qui doit être publique dans quelques jours, et promet un accompagnement pour ceux qui en sortiraient... Sans précision de l'accompagnement en question.
 
Même chose au niveau de l'effort écologique. L'inflexion environnementale apparait « clairement » dans son discours, mais davantage en intentions qu'en mesures concrètes, autre que l'arrêt du glyphosate au bout de 3 ans, en assumant le fait que ce soit 5 ans en Europe, et en estimant qu'ainsi la France aura deux ans d'avance (et donc sans s'émouvoir de la distorsion de concurrence créée). Pour les agriculteurs, l'arrivée du glyphosate fut une sorte de révolution, son arrêt en sera une autre. S'entendre promettre un accompagnement pour en sortir, mais sans autre précision, ce n'est certainement pas suffisamment... clair.
 
La visite inaugurale du salon de l'agriculture ce samedi devrait à nouveau répondre à ce mix de discours volontaire dans le ton mais finalement imprécis dès lors que l’on rentre dans les faisabilités sur le terrain, de cette envie de discuter et de convaincre, et aussi d'un accueil qui pourrait se révéler mitigé : certes tous les sujets ont été abordés ce jeudi, mais en pratique, sur leurs fermes, les agriculteurs ne savent toujours pas à quoi s'attendre...
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

Coupures de courant annoncées pour Tokyo et sa région

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 24/02/2018 - 11:24
Macron se fout de l'agriculture!
Macron est un Parisien et le monde rural ne l'intéresse pas: suppression de lignes, postes fermées, transports de cars inexistants pour les habitants des campagnes,etc..Il dépense les sous des contribuables français dans les cités où se trouvent des profiteurs et des personnes d'origine étrangère qui n'aiment pas la France et les Français! Tout est fait pour que les Français mangent de la viande des U.S.A., du Brésil, etc dont les produits contiennent 36 substances dangereuses et qui tirent ,vers le bas, les prix de la viande en France!. .Pour ma part,je ne mange QUE de la viande ''française'': de la viande en provenance de la Lozère, de la Camargue, de Bourgogne!...La France verse 12 milliards à l'Europe pour l'agriculture et l'Europe n'en redonne que 9 sur les 12!..où sont passés les 3 autres milliards??? Aidons nos communes rurales: les paysans doivent être soutenus!
attila
- 24/02/2018 - 08:20
Macron
a sonné le glas des petits agriculteurs !!
vangog
- 23/02/2018 - 21:17
« Construire un prix rémunérateur pour l’agriculteur« ????
C’est une foutaise en UE ultra-socialud-liberale! Rien n.est possible pour défendre contre l.invasion des produits à bas coût de main-d’oeuvre, agricoles comme industriels. L’objectif est la dilution...et ça marche!