En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 41 min 52 sec
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 1 heure 11 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 2 heures 43 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 16 heures 56 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 18 heures 5 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 2 heures 43 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 11 heures 25 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 12 heures 54 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 16 heures 28 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 17 heures 40 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 19 heures 22 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Ils en ont gros

Jean-Marie Godard : « Au-delà de l’affaire Théo, les flics se sentent instrumentalisés en permanence à des fins de politique politicienne. Par la gauche comme par la droite »

Publié le 18 février 2018
Dans "Paroles de flics", Jean-Marie Godard dresse le portrait de professionnels sur-sollicités, dont l'environnement de travail est insalubre et le matériel "usé jusqu'à la corde".
Jean-Marie Godard est journaliste depuis 1990. Reporter durant vingt ans au bureau français de l'agence Associated Press, il exerce aujourd'hui sa profession en indépendant et est l'auteur du livre Paroles de flics (Fayard, 2018), une plongée dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Godard est journaliste depuis 1990. Reporter durant vingt ans au bureau français de l'agence Associated Press, il exerce aujourd'hui sa profession en indépendant et est l'auteur du livre Paroles de flics (Fayard, 2018), une plongée dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Paroles de flics", Jean-Marie Godard dresse le portrait de professionnels sur-sollicités, dont l'environnement de travail est insalubre et le matériel "usé jusqu'à la corde".

Atlantico : Le portrait qui est dressé dans votre livre, "Paroles de Flics", sur les conditions de travail de la police fait froid dans le dos. Sursollicitation, environnement de travail insalubre, matériel "usé jusqu'à la corde"… Avec un tel portrait, comment a été reçu votre livre non seulement auprès des forces de l'ordre mais aussi auprès du public ?

Jean-Marie Godard : Les policiers qui ont réagi ont très bien reçu ce livre. J’ai reçu des dizaines de SMS des policiers et de leurs entourages respectifs, qui sont présents dans ce livre sous pseudonyme, et je reçois des messages privés sur les réseaux sociaux, ou publics sur Twitter ou Facebook. Les premiers disent que j’ai réussi à retranscrire leurs ressentis, ce qu’ils vivent. Et puis tous, rencontrés ou pas, disent que c’est un bon exposé de la situation, que ça fait « du bien » de lire quelqu’un qui n’est pas de leur milieu professionnel, qui les « comprend ». Ça vient du terrain. Pour toutes les autres personnes qui ont réagies et qui ne sont pas dans la police, en fait les gens ont été touchés par le côté « humain ». Et me disent qu’ils ne s’imaginaient pas ça, pas comme ça. Avec cette diversité aussi. Ce ne sont pas tant les difficultés matérielles que le vécu de ces hommes et de ces femmes sous l’uniforme police-nationale qui a frappé les gens. Avec peut-être ce sentiment que les policiers, en lisant ce livre, sont coincés entre un terrain quotidien souvent très dur -la violence, la misère, la mort- très émotionnel et qui nécessite un autocontrôle psychologique, du sang-froid très important, et une haute administration, des politiques, qui en sont très éloignés et ne les comprennent pas vraiment. Ce qui est intéressant c’est justement cette réaction par rapport à une histoire humaine. Les gens qui m’ont envoyés des messages pour me dire qu’ils avaient été interpellés, touchés, en dehors du monde de la police, sont d’horizons très différents que ce soit en termes de catégories socio-professionnelles, ou de tendances politiques. Sur ce dernier plan, on va de l’extrême-gauche pas très éloignée du NPA à l’extrême-droite en passant par toutes les couleurs entre les deux. Ce qui est intéressant, c’est le débat que ça suscite. J’ai des amis qui étaient inquiets. On me disait ‘un livre plutôt bienveillant sur les flics, tu vas en prendre plein la figure’. Eh bien pas du tout.

Un extrait de "Paroles de Flics" : Pression du chiffre, conditions de travail, rapport avec la mort... le douloureux sujet des suicides dans la police

Au-delà le constat que vous dressez, qu’est-ce que votre livre permet de comprendre sur un métier qui est soit acclamé par principe soit décrié par principe également ? Les relations entre les forces de l'ordre et la population sont-elles si tendues ou est-ce plutôt avec certaines franges de la population ?

Pour comprendre le métier de policier, il faut se placer sur leur terrain. Bien intégrer que l’homme ou la femme qui vous réprimande parce que vous avez oublié votre ceinture ou que vous téléphonez au volant sera peut-être une heure après sur un accident de circulation avec des victimes et du sang, sur une découverte de personne qui s’est suicidée par pendaison et qu’il va falloir décrocher, ou sur la sécurisation d’un lieu d’attentat. Ca, personne ne le voit. Un véhicule de police qui fonce sur un boulevard avec la sirène et le gyrophare, personne ne le voit. C’est presque fondu dans le paysage. La police on la voit quand on en a besoin, ou si on a fait une connerie. Alors dans le premier cas c’est un appel au secours, on a besoin qu’elle nous protège donc on l’aime. Dans le second cas, on la rejette. Il faut voir le nombre de fois sur une infraction routière où on peut entendre ‘vous n’avez pas des voyous à attraper plutôt que d’enquiquiner les honnêtes gens ?’. ‘Je t’aime moi non plus’, c‘est ça. Mais une mise au point tout de même. Tout le monde ne déteste pas la police, pour prendre le contre-pied d’un slogan souvent entendu dans les ‘cortèges de tête’ des manifestations contre la Loi Travail. Une toute petite frange militante très bruyante déteste la police et se considère en guerre contre elle et l’Etat de manière globale, ce qui se traduit sur le terrain par une volonté très claire, dans certaines manifestations, de venir équipé pour en découdre parfois de manière très violente avec les forces de l’ordre, d’aller au contact. Il y a autour de cela un « bruit » puissant, au travers de tribunes mettant en cause l’ensemble de l’institution police, et de vidéos de violences ou d’arrestations musclées souvent sorties de leur contexte, immédiatement mises en ligne sur les réseaux sociaux. Ce bruit parfois suscite un emballement médiatique autour de certaines images. Les policiers sont atteints par ça, le vivent mal, beaucoup plus que par le fait qu’un automobiliste râle. Ils me disent « c’est marrant, à chaque fois qu’on nous balance ce genre d’images, il n’y a jamais ce qui s’est passé avant que ça tourne mal ». Ils ressentent un sentiment d’injustice, de « présomption de culpabilité » à l’encontre des flics quoi qu’il arrive. Et pourtant lorsque l’on discute un peu plus longuement avec eux, sur le fond, ils ont conscience que l’immense majorité de la population les soutient. Il suffit de regarder les enquêtes d’opinion faites régulièrement sur le sujet et qui dépassent systématiquement les 80% de bonnes opinions. Mais ce qu’ils disent, c’est que cette majorité, justement, elle est « silencieuse », ce n’est pas elle que l’on entend. Et puis il y a eu l’affaire Théo qui a extrêmement choquée les policiers. Je le dis parce qu’ils m’en ont parlés spontanément, que ce soit à Paris, dans le Sud, ou dans le Nord de la France, et m’en parlent encore. Tous ceux que j’ai rencontrés m’ont très clairement dit qu’il n’était pas question pour eux –si un geste condamnable a été commis- de l’excuser et qu’il devait être puni si c’est avéré au final. Mais ce sont les tribunes mettant en cause la police quelques jours après, alors que l’enquête était à peine ouverte, et dans le même temps, la visite du président de la République au chevet de Théo, qu’ils ont pris comme une accusation, une condamnation, une gifle jeté du haut de l’Etat alors qu’on était tout juste au début de l’affaire. D’ailleurs, le dernier développement, les expertises médicales mettant à mal la thèse du viol révélées vendredi 16 février au soir, ont très vite fait réagir les policiers, leurs associations, leurs syndicats dans les heures qui ont suivies, avec des demandes d’excuses. C’est encore à vif et ça le restera longtemps.

Un extrait de "Paroles de flics" : "Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe" : Mourad, flic par conviction

Qu'est-ce que votre livre dit également de la déconnexion entre le monde politique et les forces opérationnelles ?

L’affaire Théo est emblématique de ça justement. Il y a un contrôle d’identité qui dégénère et une interpellation musclée dans un quartier difficile où les relations entre les policiers et les jeunes sont tendues, comme dans d’autres cités. Les faits qu’on nous rapporte dans les premières heures ne peuvent que révulser : un viol à l’aide d’une matraque sur un jeune par des dépositaires de la force publique. La machine s’emballe. L’enquête est à peine ouverte que partout on a l’impression d’en avoir déjà les conclusions. C’est en boucle dans les médias, il y a les tribunes, on est en plein dans la campagne présidentielle. On pourrait s’attendre à ce que l’autorité politique prenne de la hauteur. Un avocat, ancien commissaire, m’a dit, « Le réflexe à avoir à chaque fois qu’une affaire met en cause des policiers, c’est de s’extraire de la mêlée, de garder le silence, et d’attendre que la poussière retombe pour remonter le fil et s’en tenir aux faits ». Le président n’attend pas que ‘la poussière retombe’, il va au chevet de Théo, alors qu’on est justement en pleine mêlée. J’ai reparlé de ça avec des gens au ministère de l’Intérieur en leur disant que les flics avaient très mal vécus cette visite. On m’a répondu « c’est de la stratégie. On était en pleine campagne. Il fallait envoyer un signal aux banlieues pour éviter d’avoir un embrasement et des semaines d’émeutes comme en 2005 ». Voilà, là on est dans ‘Le’ politique. Sauf que les flics sur le terrain ne sont pas dans la stratégie politique. Eux se voient montrer du doigt, prennent une gifle de la part de la plus haute autorité de l’Etat. Cela a vraiment été ressenti comme ça. Et ceux auxquels j’ai parlé du côté « stratégique » de la visite de François Hollande m’ont répondu « OK, mais alors pourquoi il n’est pas allé au chevet des CRS brûlés dans les manifs par des cocktails-Molotov ? ». Et au-delà de l’affaire Théo justement, les flics ont l’impression d’être en permanence instrumentalisés à des fins de politique politicienne au travers du thème de la sécurité. C’est récurrent à chaque période électorale. Sauf que les flics, l’opérationnel, veulent qu’on les laisse faire leur travail, une efficience au service de la justice, du bien, des plus faibles. Et que l’autorité les soutienne. Ce qu’ils voient du politique, c’est l’instrumentalisation et les discours, et l’impression d’un monde, d’un milieu, qui se couvre et leur tombe dessus dès que la machine médiatique s’emballe. Ils aimeraient bien avoir des politiques qui fixent un cap, un sens à leur mission, au lieu d’être un peu trop dans la « communication » politique. Et ça vaut à droite comme à gauche.

Enfin, concernant la Police de Sécurité du Quotidien annoncée par Gérard Collomb, est-ce que, au final, le principal risque ne serait pas que son instauration se fasse sans qu'elle soit accompagnée d'une véritable réflexion de fond sur les missions de la police et une redéfinition de son rôle ?

C’est exactement ça. Les policiers attendent énormément de ce que le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb annonce même comme une « révolution ». Sauf qu’ils sont extrêmement dubitatifs, méfiants, ne font plus confiance aux politiques quels qu’ils soient. Ils connaissent très bien leur terrain et ses difficultés. Donc les grandes phrases et la communication, avec eux ça ne marche pas. Ils attendent une vision, un sens, un plan précis, du concret. Par exemple le ministre annonce vouloir donner un coup d’arrêt à la politique du chiffre qui ces quinze dernières années a consisté à remplir des cases avec des bâtons pour faire grimper les statistiques de faits constatés et élucidés, et peu importe lesquels. Du quantitatif plus que du qualitatif en matière de sécurité, avec à la clé des primes annuelles parfois très importantes pour la hiérarchie intermédiaire. J’ai rencontré des gardiens de la paix qui m’ont parlé des directives de « vider » obligatoirement deux carnets de timbre-amende –les PV- par mois. Ou des Officiers de police judiciaire auxquels, à certaines périodes, on demandait de faire un maximum de placements en garde à vue tel ou tel mois pour faire grimper les chiffres. Des situations absurdes. Les flics, leurs syndicats et leurs associations de manière unanime demandent à ce qu’on sorte de ça. Mais concrètement on fait comment ? Collomb dit qu’il veut de nouveaux indicateurs pour apprécier le travail de la police, et notamment en s’appuyant sur la satisfaction des citoyens vis-à-vis de leur police. Mais concrètement ? Comment ça se met en place ? Les primes annuelles, on en fait quoi ? Pour l’instant les seules mesures concrètes annoncées par le ministre, comme équiper les patrouilles avec des tablettes pour leur donner un accès rapide et sécurisé aux fichiers, ne sont que la continuité du plan Cazeneuve mis en œuvre début 2016. On a l’impression que le gouvernement tâtonne et qu’il va construire pas à pas. Sans avoir véritablement une vision globale, ou un plan qui puisse faire consensus autour du rôle de la police et de son organisation sur les dix prochaines années.

"Paroles de flics" de Jean-Marie Godard, aux éditions Fayard

Pour commander ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 19/02/2018 - 11:40
Bis d'ajm
Rien à rajouter : cet article évacue les vrais problèmes soulevés par le commentaire précédent, dont j'intervertie seulement l'ordre des causes, et partant, des conséquences.
ajm
- 18/02/2018 - 11:19
L'art de noyer le poisson sans évoquer les vraies questions.
Curieux article où kes vrais problèmes, politique judiciaire et pénale laxiste, manque de places de prison, immigration incontrôlée qui met une pression accrue continue sur les quartiers déjà touchés par une délinquance des jeunes de la diversité, attitude des politiques de gauche et des médias vis à vis de la police...