En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© AFP
Contre-productif

Féminisme et lutte contre les violences sexuelles : le naufrage de Caroline de Haas

Publié le 14 février 2018
Caroline de Haas s'en est prise à l'Etat, qu'elle considère complice des violences faites aux femmes.
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline de Haas s'en est prise à l'Etat, qu'elle considère complice des violences faites aux femmes.

​Atlantico : En déclarant "On est dans une méconnaissance de l'ampleur des violences. L'Etat est complice, de fait, de ces crimes de masse que sont les viols, parce que l'on sait comment faire pour les arrêter et on ne le fait pas. On ne met pas les moyens sur la table" ; la militante féministe et ancienne conseillère du ministre des droits des femmes, Caroline de Haas, a suscité la polémique ce 13 février. Si la société être pointée du doigt, comment comprendre une telle mise en cause de l'Etat ?

Peggy Sastre : Je suis affligée par la stratégie rhétorique choisie par Caroline de Haas, car elle consiste à tordre le réel pour le faire rentrer coûte que coûte dans son cadre militant. Ces derniers temps, je me dis souvent que certaines féministes semblent autant accro aux fake news que Donald Trump. En France, le viol n'est pas un phénomène de masse : l'enquête Virage de l'Ined de 2015 statue que 3,26 % des femmes ont subi un viol dans leur vie et 2,5% une tentative de viol (les chiffres pour les hommes sont respectivement de 0,47% et 0,46%). Si on prend l'ensemble des violences sexuelles – hors harcèlement et exhibitionnisme) le pourcentage monte à 14,47% des femmes et 3,94% des hommes. Ce sont des chiffres conséquents, le viol est un crime atroce qui doit être combattu et sa prévalence doit encore diminuer, mais parler de phénomène de masse est erroné – ou alors, qu'en est-il du Congo où se sont environ 25% des femmes qui déclarent avoir été violées et jusqu'à 50% dans certaines régions et classes d'âge ? J'ai le sentiment que le sens de la mesure a été oublié depuis longtemps par Madame de Haas, avec le sens des mots et celui de la réalité. Le problème, lorsque vous essayez de mettre en œuvre des mesures qui ne sont pas fondées sur des faits, c'est qu'elles ne marcheront pas, et donc vous devrez en passer un jour ou l'autre par l'autoritarisme. Aujourd'hui, nous en sommes encore au stade de l'autoritarisme mou, avec notamment un empoisonnement du débat avec ce genre d'hypertrophies sémantiques et/ou de déformation pure et simple du réel – comme lorsque Laurence Rossignol prétend qu'en défendant Hulot, le gouvernement laisse entendre que les victimes d'agressions sexuelles mentent. C'est tout simplement de l'agit-prop : de la propagande pour échauffer les esprits.

Caroline de Haas poursuit en déclarant : "la justice, les commissariats, les gendarmeries, les hôpitaux ne font pas leur travail en France, en matière de violences sexistes et sexuelles". En quoi une telle accusation envers les services de l'Etat peut elle permettre d'apporter une solution aux problèmes exposés ? 

Je ne sais pas, je n'en vois aucune et je me demande depuis quand Caroline de Haas n'a pas mis le nez dans un commissariat, un hôpital ou – encore mieux – n'a pas consulté d'étude sur la prise en charge des victimes de violences sexuelles par ces services d’État. Et je parle d'étude indépendante, pas un vague rapport produit par et pour des associations féministes qui s'en serviront pour gonfler leurs demandes de subventions auprès du même État qu'elles accusent de ne pas "faire son travail".

Au delà de la dénonciation, et afin de servir au mieux la lutte contre les violences sexuelles, quelles seraient les actions efficaces à envisager ? 

Commencer par mieux les connaître et cesser avec des incantations contre-factuelles comme l'idée que nous vivrions dans une "culture du viol" où les violences sexuelles surviendraient selon un "continuum" "systémique" allant du regard libidineux au viol avec actes de barbarie. Et en plus d'être contre-factuelle, cette nouvelle liturgie féministe est contre-productive, car en mettant dans le même sac des délits, des crimes et des "comportements déplacés", on ne fait peur au final qu'aux types un peu lourdauds, mais pas aux vrais prédateurs, qui sauront toujours s'adapter en s'attaquant à des proies encore plus fragiles et à la "crédibilité" encore plus contestable qu'avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Henrik Jah
- 16/02/2018 - 12:14
Etat fautif
Evidémmment que l'Etat est fautif, nos forces de police et de gendarmerie passent leur temps à arrêter des violeurs mais les juges les relâchent aussitôt. On sait pertinnement que nos chers immigrés venus d'Afrique et du Moyen-Orient ont un problème avec les femmes donc déjà dégageons les de chez nous ça fera sortir le loup de la bergerie. De plus on sait que beaucoup de nos (jeunes) concitoyens musulmans ont un problème avec les femmes alors au lieu de leur pardonner tout parce qu'ils ont soit-disant pas de chance dans la vie (tu parles ils touchent beaucoup plus d'argent de l'Etat que n'importe quel citoyen français), il faut sanctionner durement. Le taux de récidive des violeurs n'est pas loin de 100% et les chiffres sur les viols fortement sous-évalués donc il faut agir ça c'est certain. Et pourtant Dieu sait à quel point je vomis plus ou moins tout ce qui vient de la Gauche mais sur ce coup là Caroline de Haas n'a pas complètement tord.
kelenborn
- 15/02/2018 - 11:03
OH
Hass lui va très bien mais HAAS veut dire lièvre en flamand! Lelièvre !!! voila ce qui se cache derrière cette tronche peu amène!!! Et en plus.ce qui est un comble..elle n'aime pas la levrette !!! je ne pouvais quand même pas ne pas vous la faire!
Paul Emiste
- 15/02/2018 - 07:00
Caroline Karoline?
Haas ou Hass?