En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
Politique
Laurent Wauquiez, l’homme qui ne savait pas se faire aimer saura-t-il s'inscrire dans les pas de ceux qui ont su retourner l'opinion
Publié le 25 janvier 2018
Au delà de la ligne politique proposée par Laurent Wauquiez, sa personnalité doit évoluer auprès des Français pour permettre un rassemblement.
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au delà de la ligne politique proposée par Laurent Wauquiez, sa personnalité doit évoluer auprès des Français pour permettre un rassemblement.
 
 
A l'occasion d'une rencontre entre Nicolas Sarkozy et les jeunes du parti, l'ancien président a pu déclarer : "​On peut se déchirer parfois en politique comme des chiens, mais on a pour obligation de toujours chasser en meute​"; critiquant ainsi au passage Alain Juppé et Xavier Bertrand, mais pouvant également mettre en doute la capacité de rassemblement de Laurent Wauquiez. Au delà de la ligne politique proposée par Laurent Wauquiez, sa personnalité semble ainsi être également un problème, auprès des Français, pour permettre ce rassemblement. Au regard des précédents, que cela soit Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy lui même, ces problèmes de personnalité ne sont ils pas dépassables ?
 
Maxime  Tandonnet : L'expérience prouve que les  problèmes de personnalité, ou plutôt d'image, peuvent être surmontés dans certaines hypothèses. Ainsi, François Mitterrand a été profondément détesté, en 1959, à la suite du faux attentat de l'Observatoire, ou encore à la suite de son faux pas de mai 1968, quand il s'est déclaré prêt à remplacer le général de Gaulle. Cela ne l'a pas empêché d'être élu président de la République en 1981 et réélu en 1988... Jacques Chirac a fait l'objet d'un rejet viscéral de l'opinion, en 1979, après "l'appel de Cochin", où il stigmatisait "le parti de l'étranger". Cela ne l'a pas empêché de réussir triomphalement... Nicolas Sarkozy eut aussi sa traversée du désert, après avoir choisi le camp d'Edouard Balladur en 1994. La suite lui a souri... Alain Juppé fut extrêmement impopulaire, après son passage à Matignon en 1995. Or, dans les années 2012-2017, il battait tous les records de popularité. Cependant, les faits montrent que d'autres personnalités, bien plus nombreuses, ne réussissent jamais à gagner les faveurs de  l'opinion malgré leurs efforts et leurs ambitions. Jean-François Copé en est un exemple, mais on pourrait parler aussi d'Arnaud Montebourg, de Nathalie Kosciusko-Morizet, de Benoit Hamon; tous ces espoirs qui se voyaient bien volontiers au plus haut niveau mais n'ont pas réussi à convaincre...
 

 

Quelles sont les conditions permettant ce dépassement et ainsi parvenir au rassemblement ? Quels sont les exemples de l'histoire contemporaine permettant d'illustrer un tel dépassement de problème de "personnalité" ? 

 
L'alchimie qui permet ce dépassement n'est pas simple... Dans le contexte d'une vie politique surmédiatisée, soumise à l'émotion et à la psychologie des foules, l'apparence l'emporte sur le fond. Lors de l'élection présidentielle, l'image de tel ou tel personnage l'emporte de manière écrasante sur le fond des projets. C'est la séduction qui compte. Nous l'avons vu en 2017. Il faut à un moment donné, savoir incarner un personnage, une image qui inspire la confiance, la sympathie, l'impression de la compétence. Or, l'opinion est extrêmement complexe, versatile, et contradictoire. Elle veut de la fermeté en matière d'immigration, mais ne manquera pas de s'émouvoir sur une reconduite à la frontière médiatisée. Elle veut la sécurité, en matière de terrorisme, mais elle est prête à s'enflammer contre des mesures qui lui apparaîtront comme attentatoires aux libertés. Elle est pour la liberté économique, mais réclame l'intervention de l'Etat, moins de fonctionnaires, mais plus de services publics. Elle veut la récompense du travail et du mérite, mais elle a soif d'égalité.  Elle est à la fois pour et contre l'Europe. Nous l'avons vu dans l'affaire de Notre-Dame-des-Landes, elle a horreur des tensions et des crises, attend avant tout, du pouvoir politique, la tranquillité... Pour s'emparer du Graal élyséen, et le conserver, il faut être capable d'incarner ces contradictions. Il faut être un acteur de talent, capable de souplesse et de se dédoubler en permanence. C'est ainsi. François Mitterrand et Jacques Chirac ont excellé à ce jeu.  
 

Quelles sont les conditions particulières qui pourraient faciliter ou empêcher un tel scénario pour Laurent Wauquiez ? 

 
L'enjeu décisif pour M. Wauquiez est de bien comprendre la psychologie actuelle des Français, qui diffère de celle des militants Républicains. Aujourd'hui, après la succession de gigantesques scandales politiques, la présidence hollande, le traumatisme lié aux attentats terroristes, la France n'est plus tout à fait la même qu'il y a dix ans. L'image de carriérisme et d'ambition personnelle, leur est devenue insupportable. Le chef des Républicains doit cesser de laisser entendre qu'il ambitionne l'Elysée et montrer au contraire que sa seule ambition est en faveur du bien commun. La relance de la course au saint Graal élyséen entre les leaders Républicains serait suicidaire. M. Wauquiez doit parvenir à prouver qu'il travaille pour la France, et non pour lui-même. Tant qu'il ne réussira pas à se défaire de cette image d'ambitieux, rien ne sera possible pour lui. D'ailleurs, au fil du temps et de l'usure du pouvoir qui ne manquera pas d'affaiblir la présidence Macron, la personnalisation excessive du pouvoir deviendra de plus en plus insupportable aux Français. M. Wauquiez doit donner une autre image de la politique, centrée sur le retour au collectif et au rassemblement au service du collectif.  A cet égard, il est bien évident qu'une réconciliation avec les autres ténors, notamment Mme Pécresse, serait un atout décisif. Par ailleurs, en élisant M. Macron et En Marche, les Français ont plébiscité le rejet du clivage droite/gauche, symbole à leurs yeux de sectarisme et de division. Les dirigeants Républicains doivent en prendre acte et cesser de marteler "la droite" à tout propos. Autant que la notion de gauche", celle de "droite" est devenue insoutenable  pour une immense majorité de Français qui a soif d'unité et ne se retrouve plus dans des notions aussi clivantes. Renoncer à une vision binaire de la politique sur la forme, n'empêche en rien, sur le fond, la fermeté et la détermination. L'opposition républicaine et M. Wauquiez auraient tout avantage à se positionner sur des thèmes susceptibles de rassembler largement les Français: la vérité et l'action authentique, contre la politique spectacle; l'intérêt général, contre la personnalisation narcissique du pouvoir; les convictions et les choix de long terme, contre l'opportunisme et la démagogie électoraliste. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 26/01/2018 - 11:47
Vous préchez un converti.
28furka - 25/01/2018 - 10:57 - Cher ami, vous retardez où vous ne lisez pas mes commentaires. Cela fait une semaine que j'alerte les "idiots inutiles" sur l'excellente gestion de Wauquiez, de la région Auvergne-Rhône Alpes.
gilbert perrin
- 26/01/2018 - 09:04
WAUQUIEZ a bien avancé ......
Mon programme, mes propositions, vieilles de 6 ans, je les retrouve... Malgré la préparation minutieuse, voulue destructrice de la bande des interwieveurs, (salame, langlais, bric, minc, la franco-marocaine particulièrement conditionnée, et l'ombre du représentant macronniste, WAUQUIEZ, mérite félicitations encouragements.. Il a résisté à toutes les attaques particulièrement cinglantes !!! BRAVO....Il a simplement omis de dire que son programme est réellement celui du renouveau d'une FRANCE ANTI-SYSTEME, d'un état qu'il faudra controler démocratiquement .... comme je l'ai souvent rappelé et dont je ne manquerai pas d'appliquer les piqures de rappel... faire des réformes non controlées, c'est comme faire des lois non appliquées...
Gilbert Perrin
cloette
- 25/01/2018 - 20:10
Ils s'y prennent tôt
Pour lui tirer dessus, car ils ne pourront reproduire un Wauquiez -gate comme le fut le Fillon-gate . Tout cela est puéril, on va bombarder les Français de sondages pro -Macron et anti- Wauquiez Seulement voilà , les élections se suivent et ne se ressemblent pas, ou alors, c'est à désespérer des cervelles françaises.