En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 1 heure 35 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 2 heures 54 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 4 heures 29 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 8 heures 44 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 2 heures 34 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 3 heures 59 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 5 heures 15 sec
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 8 heures 40 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 8 heures 42 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 8 heures 43 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Pourquoi l’Occident ne devrait pas avoir peur de la Chine

il y a 8 heures 45 min
© A.J. - Wikiagri
© A.J. - Wikiagri
Voeux au monde agricole

Après Davos, Emmanuel Macron face à un monde agricole qui ne sait (presque) rien de ce que le président veut pour lui

Publié le 25 janvier 2018
Ce jeudi, Emmanuel Macron va se rendre dans le Puy-de-Dôme pour présenter ses vœux au monde agricole. Si le contenu des vœux est pour l'instant inconnu, il est certain que le monde agricole, lui, a beaucoup de questions à lui poser.
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi, Emmanuel Macron va se rendre dans le Puy-de-Dôme pour présenter ses vœux au monde agricole. Si le contenu des vœux est pour l'instant inconnu, il est certain que le monde agricole, lui, a beaucoup de questions à lui poser.

Atlantico : Ce jeudi 25 janvier, Emmanuel Macron se rendra au lac Chauvet, dans le Puy-de-Dôme, pour présenter ses vœux au monde agricole. Des promesses faites par le candidat Emmanuel Macron à ce début 2018, où en est-on de la politique agricole française ? Dans quelle mesure les états généraux de l'alimentation ont-ils pu répondre aux attentes ?

Antoine Jeandey : Pour l’instant, nous restons encore dans le flou. Lorsqu’il était candidat, Emmanuel Macron avait un programme agricole qui ne reposait quasiment que sur les états généraux de l’alimentation, ils devaient tout régler. Aujourd’hui, ils sont terminés officiellement, mais les réponses ne sont toujours pas données. Les intentions restent intéressantes pour les agriculteurs, mais l’impression laissée est d’avoir reporté l’échéance : jusqu’à présent, il fallait attendre les conclusions des états généraux de l’alimentation, désormais la loi annoncée pour ce printemps est censée apporter les solutions. Aujourd'hui, les agriculteurs n’ont pas de réponses concrètes sur le sujet majeur dont il a été question dans ces états généraux, le partage de la valeur ajoutée. Au contraire même, les tractations récentes qui ont eu lieu entre fournisseurs agricoles et grandes surfaces ont montré plusieurs exemples criants de mésentente entre les uns et les autres. Dans un communiqué, la Fnsea, syndicat agricole majoritaire, a constaté, je cite, « une véritable braderie des produits agricoles : des côtes de porc à 1,77 €/kg, du lait bio à 67 centimes d'euros le litre, ou des pommes de terre à 11 centimes le kilo ». Impossible de rémunérer convenablement le producteur avec ces tarifs. La loi qui doit être discutée prochainement a pour vocation de partir du coût de revient agricole pour fixer le prix de vente. A mettre en pratique, cela semble très compliqué, puisque le prix de revient en question évolue d’un agriculteur à l’autre, et même dans une ferme d’un mois sur l’autre, pour peu qu’il y ait eu un événement imprévu (météo par exemple). D’ailleurs, un sondage réalisé auprès des agriculteurs pour leur demander leur opinion sur ces états généraux de l’alimentation a montré au mieux de l’attentisme, au pire du pessimisme.

Quels sont les sujets sur lesquels le Président sera attendu lors de ce discours ? Quels sont les enjeux les plus importants pour le monde agricole en cette année 2018, mais également sur le plus long terme ? 

Dans un contexte de crise qui perdure, les agriculteurs ont besoin d’être rassurés. Plusieurs épées de Damoclès trainent au-dessus de leurs têtes et, pour l’instant en tout cas, l’attitude gouvernementale ne va pas dans le sens de l’apaisement. Concernant les règles environnementales, ils souhaitent que la France n’aille pas au-delà des règles européennes dans ce qu’elle demande à ses agriculteurs, de façon à éviter, déjà, toute distorsion de concurrence interne à l’Europe. Or, sur le dossier du glyphosate, Emmanuel Macron en personne a twitté le 27 novembre dernier sur son souhait d’un arrêt du glyphosate en France dans les trois ans, là où l’Europe statuait pour cinq ans... Les agriculteurs craignent également la poursuite de la baisse de leurs revenus. Or le gouvernement français s’oriente pour défendre un budget de la Pac (politique agricole commune) en baisse après 2020 en Europe. Et là problème, vouloir permettre aux agriculteurs de vivre du prix de leurs produits, c’est bien, mais y arrive-t-on simplement en supprimant (petit à petit) les aides ? Pour utiliser un parallèle avec un autre domaine, c’est un peu comme si l’on voulait solutionner le chômage en supprimant les allocations, alors qu’il vaudrait mieux créer des emplois... Ou, à tout le moins, mener les deux de front. Et en l’occurrence, pour revenir à l’agriculture, le changement pour un système qui se substitue à celui des aides n’est pas entamé, même pas réfléchi à l’heure actuelle ! Autre crainte pour 2018, la conclusion des accords de libre-échange de l’Europe, avec denrées agricoles à la clé. Là encore, la France ne s’est pas encore positionnée officiellement par rapport aux engagements en train d’être pris avec les pays du Mercosur (de l’Amérique latine), alors qu’ils remettraient en cause le travail des éleveurs dans nos contrées. Et cette liste n’est pas exhaustive...

Les élections aux chambres d'agriculture en janvier 2019 annoncent une année de campagne donc un contexte particulier pour la politique agricole française. En quoi ce contexte peut-il modifier la donne pour le gouvernement ? 

2018 est en effet une année particulière, car il y aura en janvier 2019 les élections pour les chambres d’agriculture. En d’autres termes, pour déterminer la représentation syndicale de l’agriculture dans notre pays. Aujourd’hui, les choses sont très claires, la Fnsea est largement majoritaire, avec à peine une poignée de départements qui lui échappe. De fait, elle est et reste l’interlocuteur privilégié du pouvoir. Pour autant, le Modef, la Confédération paysanne, mais surtout la Coordination rurale souhaitent une modification de la donne. Dans ses communiqués, la Coordination rurale fait régulièrement endosser une part importante de la responsabilité de la situation agricole actuelle à la Fnsea. Ce discours (que chacun trouvera excessif ou fondé selon ses propres opinions, je n’émets pas de jugement de valeur ici, j’observe simplement) trouve de plus en plus une résonnance dans les milieux agricoles. Jusqu’au point de faire basculer la Fnsea ? Probablement pas... Pour autant, comme il reste un doute (comme pour chaque scrutin), il faut s’attendre à une année syndicalement musclée : les réseaux des uns et des autres seront sollicités, et cela commencera, à n’en pas douter, à se voir dès le salon de l’agriculture, fin février. Cela signifie aussi, pour le gouvernement, que le moindre faux-pas, et même la moindre annonce, fourniront des arguments syndicaux aux uns ou autres. Le gouvernement doit s’attendre également à devoir gérer plusieurs manifestations d’ampleur. Et comme les motifs de mécontentements (voir question précédente) sont nombreux... Ceux qui suivent de près la question agricole se posent une question sur ce sujet des syndicats agricoles : et si Emmanuel Macron, à l’instar de ce qu’il a réalisé avec les partis politiques, avait la volonté d’éclater ces syndicats pour changer le visage de ses interlocuteurs ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 25/01/2018 - 15:59
@assougoudrel......je donnerai CHER pour le voir avec des bottes
et un bleu de travail en train de traire une vache.....ça le changerait de bosser un peu plutôt que faire bosser les autres en donnant des ordres..... pendant qu'il prend, LUI, des cours de tennis à la LANERNE et que Mme entreprend des travaux (alors qu'il n'y a plus d'argent) pour y recevoir sa GRANDE FAMILLE !!! une impression qu'elle s'installe sur le "long terme" !!! un culot dingue ces deux là
patafanari
- 25/01/2018 - 12:41
Jupiter ne ment pas
Hello happy has been ploucs! Get out of your shit hole and " en marche"
to organize your shit hall d'immeuble boutique.Hasta la vista, baby!
assougoudrel
- 25/01/2018 - 10:11
Peut-être qu'on le verra
en bleu de travail sur un tracteur comme quand il était en combinaison de vol dans un avion de chasse. Macron est sur tous les théâtres d'opération, mais (ce n'est que mon avis), il devra régler les problèmes un par un. Pour le moment, ce sont les surveillants des prisons qui ont besoin de l'entendre. Ce n'est pas en envoyant Collomb les voir (la Garde des Sceaux s'est fait envoyer braire) que ce problème disparaîtra.