En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Atlanti-Culture
"Dans l'épaisseur de la chair" : un très beau livre d'amour d'un fils pour son père
Publié le 30 décembre 2017
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

« Dans l’épaisseur de la chair », de Jean-Marie Blas de Roblès. Ed. Zulma, 384 pages, 20 €.

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Un roman pour un hommage, c’est bien le moins que Jean-Marie Blas de Roblès puisse trouver pour célébrer son père, appelé ici Manuel Cortès. Un père fils d'immigrés espagnols bistrotiers dans la ville de garnison de Sidi Bel Abbès, en Algérie, devenu chirurgien et engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942. « Il m’a fallu des années pour déverrouiller la mémoire scellée de mon père et digérer mes propres traumatismes. J’ai enfin acquis la nécessaire bienveillance en face des faits », confie l’auteur. 

Thomas, le narrateur, lui, se rappelle, très tôt dans le roman, les mots définitifs du père : « Toi, de toute façon, tu n’as jamais été un vrai pied-noir ! » Touché au plus profond de lui-même, il part le lendemain naviguer. Seul. Il se remémore la longue vie de son père, alors âgé de 93 ans ; il tombe à l’eau mais n’a pas déplié l’échelle de corde ; accroché au plat-bord, il n’arrive pas à se hisser dans l’embarcation par la force des bras… Le bateau continue sur la Méditerranée ; à deux reprises, Thomas tente de remonter à bord- en vain, et il ne cesse de penser à Manuel, son père… Et tout au long du récit du souvenir et de l’hommage, un perroquet imaginaire nommé Heidegger y va de ses moqueries des divagations de Thomas.

POINTS FORTS

- Un très beau roman , modeste mais vraiment très beau, un texte qui avoue que « sans doute vient-il trop tard ce moment où un être humain réalise qu'il sera toujours moins que son propre père, moins que son propre fils, moins que ce qu'il avait rêvé d'être ».

- Jean-Marie Blas de Roblès, qu’on avait tant apprécié pour « Là où les tigres sont chez eux », rappelle avec « Dans l’épaisseur de la chair » qu’il est maître dans l’art du roman vrai rêvé.

- Une écriture fluide pour un livre où cohabitent, avec élégance, l’histoire familiale et la Grande Histoire sans oublier les anecdotes…

- L’auteur sait aussi raconter une histoire de l’Algérie, celle de son enfance dans les années 1950- 60. Ce qui donne un texte empli d’émotion(s)…

POINTS FAIBLES

La présence de Heidegger, le perroquet imaginaire et moqueur, alourdit par moments le récit de Thomas le narrateur et son hommage au père.

EN DEUX MOTS

Un roman vrai. Un texte vibrant et empli d’émotions. Entre Marseille et l’Algérie, une épopée qui court sur près d’un siècle. Le beau livre d’amour d’un fils pour son père.

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Mon père est un Romain qui écoute la météo comme on consultait autrefois les aruspices. Si cela pouvait se faire, je suis persuadé qu’il n’hésiterait pas à sacrifier une mouette avant tout embarquement, et à payer quelque augure pour lire dans les viscères du volatile la moindre chance de revenir au port avec une bonne prise ».

- « Lui rendre justice demanderait plusieurs tomes d’une patrologie manuscrite- avec des ratures visibles, des reprises, des corrections notariales- comme elle s’est ébauchée dans mon esprit durant ces dernières heures. Non par souci de vérité- cette chose affreuse- mais pour faire mienne sa blessure, coïncider avec elle dans l’épaisseur de la chair ; parce qu’il s’agit d’abord d’entrailles et de terre rouge, d’ivresse de vivre, d’embrasement de l’âme sous la lumière du plein été ».

L'AUTEUR

Né en 1954 à Sidi Bel Abbès (département d’Algérie française), Jean-Marie Blas de Roblès est un écrivain français. Après l’indépendance de l’Algérie, rapatrié en France avec ses parents, il passe son adolescence dans le Var puis il ira à Pa   ris et étudiera la philosophie à la Sorbonne et l’histoire au Collège de France. 

Diplômes en poche, il part enseigner la littérature française au Brésil, en Chine populaire, en Sicile et à Taiwan. En 1986, il devient membre de la Mission Archéologique Française en Libye et participe chaque été aux fouilles sous-marines d’Apollonia de Cyrénaïque, de Leptis Magna et de Sabratha en Tripolitaine. 

Depuis 1996, il se consacre exclusivement à l’écriture, entre romans, nouvelles, poésie et essais. En 2008, pour son roman « Là où les tigres sont chez eux », il a reçu le Prix Médicis, le Grand Prix Jean-Giono et le Prix du roman Fnac.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires