En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles

Les plus belles vacheries des politiques

Publié le 27 décembre 2017
De Georges Clemenceau à François Mitterrand, la politique est le théâtre de joutes verbales mémorables. Mais la méchanceté est une gourmandise universellement partagée, et les virtuoses de la pique qui égratigne s'illustrent partout : au cinéma, au théâtre, dans les coulisses de l'histoire, et même sur les pierres tombales, artistes de tous poils, écrivains et hommes d'État s'en donnent à cœur joie. Extrait de 'À la fin de l'envoi, je touche !' d'Olivier Clodong publié aux Editions Librio. 1/2
Olivier Clodong est un spécialiste de la communication politique. Directeur de plusieurs grandes campagnes électorales, directeur scientifique à l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP Europe), il est aux premières loges pour traquer les petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Clodong
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Clodong est un spécialiste de la communication politique. Directeur de plusieurs grandes campagnes électorales, directeur scientifique à l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP Europe), il est aux premières loges pour traquer les petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De Georges Clemenceau à François Mitterrand, la politique est le théâtre de joutes verbales mémorables. Mais la méchanceté est une gourmandise universellement partagée, et les virtuoses de la pique qui égratigne s'illustrent partout : au cinéma, au théâtre, dans les coulisses de l'histoire, et même sur les pierres tombales, artistes de tous poils, écrivains et hommes d'État s'en donnent à cœur joie. Extrait de 'À la fin de l'envoi, je touche !' d'Olivier Clodong publié aux Editions Librio. 1/2

L’humour a toujours été une arme et un aiguillon pour Winston Churchill. L’une de ses cibles préférées était le travailliste Clement Attlee, à propos duquel il disait : C’est un homme modeste qui a de nombreuses raisons de l’être. 

Il se délectait aussi de cette formule :  Un taxi vide arrive au 10, Downing Street, Clement Attlee en descend… 

Autre souffre-douleur de Sir Winston, le député conservateur Lord Charles Beresford, orateur réputé long et laborieux :  Je comprends bien que monsieur le député continue à discourir. Il a sérieusement besoin de s’entraîner… 

Repartie de haut vol dans cet échange savoureux avec un député britannique :

Le député : Monsieur Churchill serait-il en train de dormir pendant que je parle?

Churchill : Si seulement !

Et à cet auteur qui lui demande s’il a lu son dernier livre, Churchill répond avec son flegme légendaire : Non, je ne lis que pour mon plaisir ou mon enrichissement personnel. 

Il arrive cependant que l’arroseur se retrouve l’arrosé. Tandis que Churchill se demande tout haut quel déguisement il pourrait porter à un bal masqué auquel il est invité, Nancy Astor (première femme à siéger à la Chambre des communes), qui passe par là, lui décoche :  Allez-y à jeun, Winston, et personne ne vous reconnaîtra !

Dans les années 1970, les chasses présidentielles de Rambouillet sont des rendez-vous incontournables de la vie politique française. À l’une d’elles, le ministre Bernard Pons arrive en retard et présente ses excuses au président Pompidou :  Veuillez m’excuser, Monsieur le président, j’ai été retenu dans un embouteillage.

Un autre ministre, Michel Poniatowski, se présente encore plus tardivement : Vraiment désolé, Monsieur le président, j’ai été pris dans le trafic… 

Alors Pompidou, taquin : Ah? Dans quel trafic? 

François Mitterrand, qui croyait aux forces de l’esprit, se montrait parfois sans pitié…

Sur le général de Gaulle : Le génie du gaullisme consistait à réveiller la France en endormant les Français.

Après un débat avec Jacques Chirac : J’ai bien cru, à un moment, qu’il voulait me placer une assurance.

Sur Margaret Thatcher : Elle a les lèvres de Marilyn, les yeux de Caligula.

Sur Michel Rocard : Il a du talent. Mais a-t-il des qualités ?

Michel Rocard à qui il réserva une ultime pique terrible: en 1994, vers la fin de son second septennat, des journalistes demandèrent à François Mitterrand de désigner ceux capables de lui succéder à l’Élysée. Casting du président (dans l’ordre exact de ses réponses)… Jacques Delors…, François Léotard…, Raymond Barre…, Valéry Giscard d’Estaing…, mon chien…, Michel Rocard.

Avec Jacques Chirac, la vacherie prend un ton plus populaire, voire trivial…

À propos de Nicolas Sarkozy : Sarkozy, il faut marcher dessus. Et du pied gauche, ça porte bonheur.

À Jean-Louis Debré, à propos d’Édouard Balladur : Tu vois, Balladur, c’est comme les poteries chinoises : ça supporte les décorations, mais pas le feu.

Et au sujet de Margaret Thatcher : Qu’est-ce qu’elle veut de plus, la ménagère ? Mes couilles sur un plateau ?

Jacques Chirac au sujet duquel Marie-France Garaud portait des jugements pour le moins acérés. Jugez plutôt : Je croyais qu’il était du marbre dont on fait les statues, en réalité, il est de la faïence dont on fait les bidets.

Quand j’écoute Chirac, je pense toujours à cette phrase d’un humoriste anglais : «Il ment tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’il dit !»

François Mitterrand a détruit la Ve République par orgueil, Valéry Giscard d’Estaing par vanité, et Jacques Chirac par inadvertance.

En matière de flèches empoisonnées, Philippe Séguin faisait office d’orfèvre. Sa cible favorite était Édouard Balladur, comme ici en 1990 : Le RPR n’a rien à dire dans le débat sur la crise du Golfe; c’est pourquoi nous avons choisi comme orateur Édouard Balladur.

Quelques années plus tard (en 1994) : Même si Édouard Balladur réussissait quelque chose, il continuerait à monter dans les sondages !

Silvio Berlusconi et Romano Prodi ont animé la vie politique italienne durant des décennies. Entre les deux adversaires, on ne compte plus les flèches assassines. Interrogé un jour sur le bilan du Cavaliere comme président du Conseil, Prodi s’exclame : Les seuls grands travaux que Berlusconi a réalisés ont été son lifting et ses implants capillaires.

Lancer un bon mot composé d’une bonne dose de vacherie est une seconde nature chez les politiques qui savent avoir la dent dure. Voyez ces quelques férocités…

D’André Santini à propos du gouvernement Juppé (1995) : Le Premier ministre souhaitait un gouvernement ramassé. Il a parfaitement réussi.

Du même André Santini à l’encontre du ministre de la Justice, Pierre Arpaillange : Saint Louis rendait la justice sous un chêne, Pierre Arpaillange la rend comme un gland!

De Gérard Longuet sur Michel Rocard : Il faut se méfier d’un homme comme Michel Rocard, capable de déchirer un billet gagnant de la Loterie nationale…

De Xavier Bertrand envers Benoît Hamon : Ce ne doit pas être facile pour Benoît Hamon d’être le porte-parole d’un parti qui n’a rien à dire!

De Laurent Fabius à propos de Nicolas Sarkozy : Parler de social à Nicolas Sarkozy, c’est comme parler de cinéma à une caméra de vidéosurveillance!

Du Britannique Nigel Farage au Belge Herman Van Rompuy : Je ne veux pas être impoli, mais vraiment, vous avez le charisme d’une lavette humide et l’apparence d’un petit employé de banque.

Le 22 octobre 2007, Bernard Laporte, ancien sélectionneur de l’équipe de France de rugby, est nommé secrétaire d’État chargé des Sports dans le gouvernement de François Fillon. Une nomination que le député François Goulard salue à sa manière : Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c’est une période faste pour l’intelligence française!

Quelques années plus tôt (2003), le même François Goulard s’était illustré en ironisant sur l’action du gouvernement de Dominique de Villepin : Cette semaine, le gouvernement fait un sans-faute. Il est vrai que nous ne sommes que mardi…

En 2012, la lutte pour l’Élysée bat son plein. Un duel télévisé entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon est l’occasion d’une joute épique :

Marine Le Pen : Il y a quelques jours, vous m’avez traitée de semi-démente!

Jean-Luc Mélenchon : Ça vous laisse une bonne moitié!

Et pour clore ce chapitre, cinq flèches récemment sorties du carquois, tirées par des politiques qui partagent l’art d’allier l’ironie et le trait mordant…

Emmanuel Macron : Les deux grands partis (le PS et les Républicains), c’est l’amicale des boulistes. Mais sans l’amitié et sans les boules.

Yannick Jadot : Là où on voit que Macron est intelligent, c’est qu’il a réussi à ne pas prendre Jean-Vincent Placé!

Nicolas Sarkozy : François Baroin a du talent ; pour quelqu’un qui ne travaille pas, il a fait une belle carrière.

Arnaud Montebourg : Je crois à un retour de Nicolas Sarkozy… mais menotté.

Alain Juppé : Bayrou m’a dit qu’on le réclame à Pau. C’est bien le seul endroit où on le réclame!

Extrait de 'À la fin de l'envoi, je touche !' d'Olivier Clodong publié aux Editions Librio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 27/12/2017 - 17:49
J'aime bien aussi la phrase d'un
artiste juste avant sa mort: "n'oubliez pas de donner 10% de mes cendres à mon agent"!
assougoudrel
- 27/12/2017 - 17:47
A chacun son job!
Le Général américain Schwartzkopf (QI de 180) a commandé les troupes lors de la première du Golfe. Un journaliste lui a demandé "si le pardon était envisageable pour les tarés de cet acabit". Réponse du Gal: "je crois que c'est le rôle de Dieu de pardonner; notre boulot, c'est d'organiser la rencontre"!...Il y a plus de finesse dans cette phrase que toutes les vacheries citées dans cet article..
kelenborn
- 27/12/2017 - 16:13
OUI MAIS
Colomb a au moins découvert l'Amérique! Avec Pictafesse Royal, on a découvert la bourrique!