En direct
Best of
Best Of
En direct
© UPI / AFP
Populaire
Hommage à Johnny : quand la France se découvre enracinée à droite
Publié le 09 décembre 2017
La ferveur Johnny qui se déchaîne en France prouve une évidence longtemps cachée: le pays est majoritairement à droite, y compris culturellement. Une leçon qui mériterait d'être longuement méditée.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ferveur Johnny qui se déchaîne en France prouve une évidence longtemps cachée: le pays est majoritairement à droite, y compris culturellement. Une leçon qui mériterait d'être longuement méditée.

Longtemps, l'intelligentsia a méprisé Johnny Hallyday. Il était le symbole de la culture populaire, celle des petites gens qui ne se sentent pas aliénés par leur condition, qui n'ont pas honte d'être des prolétaires.

Dans les schémas de la gauche dominante au sein de l'establishment, seule la conscience marxiste a droit de cité. Encore aujourd'hui. À ce titre, tout prolétaire qui n'entre pas en voie de rédomption par une adhésion plus ou moins directe à la lutte des classes est forcément suspect. En tout cas, il est digne de mépris. Il suffit de suivre la réaction mélenchonienne à la mort de Johnny pour le comprendre.

Avec sa syntaxe approximative et ses chansons sans engagement politique, Johnny est longtemps apparu comme le chantre honteux de ce petit peuple occulté par les médias subventionnés.

Les médias face à la culture populaire

Il faut écouter les explications coupées en quatre données sur France Inter pour expliquer le boycott dont le chanteur populaire a fait l'objet pendant sa carrière de la part du service public. On s'aperçoit aujourd'hui qu'un chanteur digne de funérailles nationales n'a tout simplement jamais été programmé sur une chaîne de radio financée par les citoyens. 

On réentend ici forcément les propos de Patrick Cohen, alors présentateur de la matinale, justifiant le renvoi en dissidence de tous ceux que la gauche bien-pensante juge indigne de la vie démocratique. C'est bien à une fabrique de l'opinion que nous assistons. Au huilage d'une doxa sans aspérité et prête à consommer pour le Big Brother moderne. 

Dans ce corpus de la docilité civile, un Johnny n'avait pas sa place.

Une droite majoritaire mais qui croit le contraire

Et soudain, à l'occasion de la mort de Johnny, on comprend que ce petit peuple de droite, attaché à sa liberté, son identité, son mode de vie, est majoritaire dans le pays. Contrairement au "story-telling" de l'intelligentsia parisienne, les Français sont plus nombreux à ne pas aimer la bien-pensance qu'à l'aimer. 

Le problème tient aux élites de droite qui sont convaincues du contraire. Aucun parti de droite, en France, n'est conscient qu'il représente une majorité démographique et que l'hégémonie culturelle reste à sa portée. 

D'où des querelles absurdes sur une multitude de sujets qui n'effraient que les élites parisiennes. Par exemple, sur le rôle de l'État, que les Républicains, Wauquiez compris, continuent à défendre alors qu'il existe une majorité de Français prêts à entendre qu'il faut le réduire. Par exemple sur les questions identitaires où beaucoup de Français appellent de leurs voeux à un retour aux valeurs traditionnelles et à des raisonnements simples à comprendre. 

Le peuple de droite orphelin de ses partis politiques

Tout le sujet contemporain est là. La majorité du pays veut préserver un mode de vie libre, tolérant, mais qui assume son goût pour la liberté et la tolérance. Le tout État et le tout Vivre Ensemble sont minoritaires. 

Pourtant, cette idéologie reste le point de référence des partis politiques (qu'ils soient pour ou contre d'ailleurs). Cette incongruité, ce décalage profond entre les aspirations du pays et la lecture qu'en donne la classe politique sont la clé majeure du malaise qui persiste dans l'opinion. Et l'explication première du naufrage libéral aujourd'hui. 

Article publié initialement sur Entreprise.news

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 12/12/2017 - 12:28
oui c'était la france des
oui c'était la france des blancs !!!!!!!!! pour une fois que l'on a la preuve qu'elle existe!!!!!!!!!!!! laissez nous savourer. ne pas voir plenel cohen et ce roi des cons qu'est Joffrin quel plaisir!!!!!!!!!!. ah j'oubliais le débile Mélenchon. un seul regret : que Macron, disons le pour ne pas heurter l'islam, ai failli puis reculer a bénir le corps. aurait il fait cela si les fait avaient eu lieu en 1980????????? bien sur que non. cela montre, et nous devons rester vigilant, combien la gauchosphère a déjà lavé les cerveaux.
kelenborn
- 10/12/2017 - 20:30
Ah oui
C'est embêtant pour les fans de Johnny qui n'avaient pas compris que quand on suit ses frasques dans Gala ou Match , on est prié de ne pas avoir d'opinions politiques sauf...les bonnes !!! C'est embêtant aussi pour ceux qui voulaient envoyer JH au Panthéon de la droite!!! Quand je pense à ce que j'ai aperçu sur Louseur!! ( bon qui, il est vrai est un spécialiste des causes foireuses)
assougoudrel
- 10/12/2017 - 18:21
Mais où était Marine Le Pen?
http://www.rtl.be/info/monde/france/exclu-de-la-ceremonie-en-hommage-a-johnny-hallyday-le-front-national-vomit-son-mecontentement-sur-les-reseaux-sociaux-977755.aspx