En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Problème de fond

Mégapanne à Montparnasse : ces problèmes humains que la SNCF et SNCF réseaux aimeraient tant pouvoir glisser sous le tapis

Publié le 05 décembre 2017
Un incident a créé le chaos à la gare Montparnasse ce week-end. Et ce type de problème se reproduira très certainement si rien n'est fait pour régler les problèmes de fond de la SNCF.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un incident a créé le chaos à la gare Montparnasse ce week-end. Et ce type de problème se reproduira très certainement si rien n'est fait pour régler les problèmes de fond de la SNCF.

Atlantico : Ce week-end, un nouvel incident technique est venu perturber lourdement le trafic en provenance et à destination de la gare Montparnasse. Une situation qualifiée "d'inacceptable" par la ministre des transports, Elisabeth Borne, avant de demander "une nouvelle organisation et un nouveau management de la gestion des grands travaux" au PDG de SNCF réseau, Patrick Jeantet. Au delà de la malchance de ces problèmes répétés, quels sont les réels problèmes de fond à l'origine de cette situation ? 

Loïk Le Floch-Prigent : l est clair qu’il est difficile d’accuser la malchance quand des incidents successifs arrivent. On sait que le raccordement de deux nouvelles lignes, celle de Bordeaux et celle de Rennes ont occasionné ces dysfonctionnements. C’était un problème difficile techniquement à cause des interférences entre les installations anciennes et celles que l’on rajoutait. Le résultat est là, le niveau de difficulté a été mal anticipé. Il est alors facile de désigner un coupable, le PDG de SNCF Réseau et de lui demander des comptes. Cela ne me plait pas car je pense que le problème est plus profond.

Tout d’abord cette séparation entre le réseau d’infrastructures et le matériel roulant est intellectuellement satisfaisante dans les bureaux des stratèges européens mais j’ai toujours dit que techniquement cela n’a aucun sens, que les gens de terrain doivent travailler ensemble et que cette prétendue rationalité pouvait conduire à des catastrophes. Ce qui est arrivé est grave, mais il n’y a pas eu mort d’homme, on peut donc parler de désagréments, pas plus. Néanmoins  ceci doit nous alerter, c’est-à-dire qu’il y a une osmose entre les voies, la signalisation et le matériel roulant et inventer des « silos » indépendants n’est pas dans le sens de l’histoire technique, surtout si des hiérarchies séparées se mettent en place et essaient de protéger leurs prés carrés. Une SNCF unie fonctionnera toujours mieux que deux SNCF, ou plus, et on pourrait en dire autant si un jour il plait à un thaumaturge de créer plusieurs RATP ! La prétendue logique développée par les stratèges en chambre se heurte à la réalité, il y a des cheminots et il faut qu’ils travaillent ensemble pour notre bien commun, le train.

Ensuite ces grandes entreprises très techniques doivent mêler technologies nouvelles et évolutives avec expérience, et les retraites anticipées, les retraits trop précoces de la vie professionnelle ont conduit à un déficit de transmission du savoir-faire, autre objet irrationnel peu prisé par les observateurs. Le train est un métier, le cheminot est un expert, il possède un bagage de connaissances fondamental pour que les trains roulent, arrivent à l’heure, en sécurité, et que les aléas, les incidents, ne se transforment pas en arrêts intempestifs généralisés. Il y a une manière de répondre aux difficultés que seuls les cheminots expérimentés connaissent, et il est clair, pour moi, que la transmission de compétences a été insuffisante.

Alors on peut demander aux responsables de se corriger , de faire des plans B ou C pour progresser, mais il va falloir aussi demander aux anciens d’aider les nouveaux si on veut vraiment s’en sortir.

D'un point de vue de long terme, comment peut-on départager les responsabilités ?

Il faut repenser le système dans son ensemble, la SNCF doit être un tout où les uns et les autres travaillent ensemble, ce qui n’empêchera pas les allemands , les italiens et les espagnols de faire rouler des trains sur notre réseau et engager une compétition productive comme on le souhaite chez les hommes et femmes politiques de l’Europe, mais la technique se venge de notre idéologie organisationnelle, et elle continuera à le faire si nous ne faisons pas un virage à 180 degrés. Depuis quelques mois on reparle de l’Europe qui protège, hé bien dans le domaine ferroviaire cela doit se traduire par une société qui gère le réseau ferroviaire, la signalisation et une grande majorité des trains qui circulent pays par pays. Cela peut heurter les « libéraux » bornés, mais c’est une nécessité technique. On a rêvé d’une concurrence qui sépare le réseau du matériel roulant, on a eu tort. Je ne doute pas que les ayatollahs veuillent poursuivre leur travail de dérégulation, mais ils échoueront à moins d’une révolution technique que je ne vois pas poindre aujourd’hui.

La situation actuelle n’est pas due à une insuffisance de quelques-uns, mais à un mauvais raisonnement sur les réseaux ferroviaires. J’ai bien peur de ne pas être entendu, cela ne m’empêche pas de répondre à votre question je me considère comme un pragmatique libéral, pas un idéologue libéral.

Que peut on attendre de la part du gouvernement ? 

Parmi tous les sujets européens qui sont sur la table, celui du transport ferroviaire existe, et il faudra un jour le traiter. La dette de la SNCF est une dette de l’Etat, et elle sera traitée comme telle par la Commission Européenne. Il faudrait donc prendre le sujet à bras le corps, et commencer par écouter les cheminots, malheureux de voir leur bel  outil se déliter devant leurs yeux avec le sentiment que seule une retraite anticipée peut les sauver de leurs cauchemars. C’est d’abord un sujet sur lequel français et allemands doivent s’entendre et après avoir reconsidéré les problèmes chez nous, il faut une concertation avec nos voisins pour savoir si nous pouvons avoir une appréciation commune. Si c’est le cas, italiens, espagnols, belges…suivront pour le bien commun européen et le notre car ces doubles emplois, cette désorganisation conduisent à des surcouts dont les consommateurs finissent par faire les frais !   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

Quand l'Europe se shoote à l'Islam

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 06/12/2017 - 17:36
oui enfin...
D'abord, il faut rappeler que la séparation d'avec le réseau avait pour but d'ouvrir le transport à la concurrence, ce qui, dans le cas du rail, n'est pas un luxe, eu égard aux tarifs de la SNCF. Deux: l'argument relatif au "métier" est sans doute bien vu à la CGT mais, on en dira pas plus, d'autant que dans le domaine de l'électricité, la création de RTE n'a pas provoqué de pannes!!! Si demain, il y avait effectivement concurrence, RFF serait-il responsable de l'incapacité de la SNCF à faire arriver ses trains à l'heure? Car...quand le contrôleur a oublié de se réveiller, le TGV part en retard et...ce n'est pas le corail: il ne rattrape pas son retard! LLFP , il est tout le temps là! il peut pas succéder à Pepy?
Paul Emiste
- 06/12/2017 - 09:44
Staline en a révé...
La CGT SUD rail et Peppy l´on fait.
Anouman
- 05/12/2017 - 20:40
SNCF
Si la SNCF veut aller de l'avant elle doit se débarrasser de toutes ses lignes non rentables, à commencer par la banlieue, puis par les lignes de TGV non rentables. Mais je doute qu'on la laisse faire. Alors elle pourrait augmenter ses prix pour pouvoir investir, mais je crois que ce ne serait pas plus accepté. Donc, il faut accepter quelques pannes, globalement cela fonctionne correctement.