En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Insécurité
Politique de la ville : rien ne pourra se faire sans comprendre les liens entre misère et criminalité (et le lien de causalité n’est pas celui qu’on croit)
Publié le 27 novembre 2017
L'état de désolation dans lequel se trouve certains quartiers jugés prioritaires demande expressément une vraie politique de la Ville. Mais encore faut-il faire le bon diagnostic.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'état de désolation dans lequel se trouve certains quartiers jugés prioritaires demande expressément une vraie politique de la Ville. Mais encore faut-il faire le bon diagnostic.

Figure de la Ve République Gaullo-Pompidolienne, mort en 1980, Alexandre Sanguinetti était un gaulliste corse tendance SAC, écouté pour sa sagesse insulaire un peu druidique. Son dicton favori : "En France, il ne faut jamais toucher à la Corse, ni à la justice". A cette leçon de gouverner-paisible, A. Sanguinetti ajouterait aujourd'hui - à coup sûr, en tête - la "Politique de la Ville". Car depuis François Mitterrand, nul n'a jamais touché à cette fameuse "Politique". 

Le nouveau Président soulève d'abord le couvercle du chaudron de sorcières, puis horrifié, le referme en hâte - espérant l'avoir assez vissé pour qu'il n'explose pas de sitôt et refile enfin le bébé (à peu près en l'état) à son successeur. Eh bien, le président Macron s'est conformé à cette prudente tradition, en forme de (tragi) comédie en trois actes.

ACTE I - Le quinquennat débute...

Flairant l'enivrante odeur du fric, des élus, droite et gauche unis - ce coup-ci, dans l'"Appel de Grigny"- crient au désespoir des "quartiers en difficulté"... Les discriminations ! La misère sociale ! Dans leur néo-soviétique novlangue, ces "quartiers populaires" (comme jadis, les "démocraties populaires") vont à la mort lente. Côté racket , il faut agir "avant que les quartiers n'explosent". Opportunément sorti de la naphtaline, M. Jean-Louis Borloo clame qu'il "faut sortir des promesses" !

ACTE II - Le nouveau président prend acte et va agir...

Bien endoctriné, le président sait que la "politique de la ville" concerne les 1 514 quartiers les plus pauvres et qu'en trente ans, 90 milliards d'euros ont été dépensés dans de tels lieux [Le Parisien, 25/01/2015 "Enquête sur les ghettos français"]. Exemple, le Plateau à Clichy-sous-Bois (93), où la seule "rénovation urbaine" à coûté 670 millions d'euros. 

Et en 2018, la "politique de la ville" coûtera encore 430 millions d'euros. Mais cette "Politique ", c'est tellement plus que cela ! car au-delà des "Contrats de ville", des programmes "réussite éducative", "adultes-relais", "Ville, vie, vacances", il y a les dizaines de milliards du Programme national de rénovation urbaine (PNRU), plus les "crédits de droit commun" ("Emplois d'avenir", "Garantie-jeunes") ; et bien sûr les fonds européens - au total, une moyenne de cinq milliards d'euros par an. [Assemblée nationale, 8/02/2017 "Coûts et résultats de la Politique de la Ville"]. 

Mais tout ça n'est pas à la hauteur de l'enjeu car en fait, "La République a démissionné". Elève Macron, peut et doit mieux faire !

ACTE III - Le président à l'action

Face au "défi immense", mobilisation nationale, clame le président. D'abord, la pub' : photos, selfies, foules bigarrées, élus concernés, tout l'appareil médiatico-démago d'un président Père-Noël. Rénovation urbaine ? Doublement des crédits, 10 milliards d'euros d'ici 2031 ; en plus : Retour des services publics ! des emplois ! Des stages et embauches ! du testing ! Des internats et crèches ! des maisons de santé ! Des gares et le métro ! Tout cela, pour réduire une bonne fois pour toutes, "les inégalités, l'exclusion, la discrimination" et "imposer la mixité sociale". 

Résultat prévu du tsunami d'annonces ? Rien. Lisons le "Bilan à mi-parcours du PNRU" [Le Monde, 25/04/2017] de 2010 à 2015, dans 594 quartiers (4 millions d'habitants) :

- total des habitants les plus pauvres ("premier quartile de revenus"), de 45,6 à 45,9,

- total des habitants les plus aisés ("dernier quartile de revenus") de 10 à 9,8%

Le néant. Rien n'a bougé.

De cela, des députés socialistes ("Lettre ouverte à Manuel Valls", 3/03/2015) s'indignent : ces "vrais ghettos français sont plus de 400, ce sont les quartiers de la politique de la ville". Dans l'article précité du Parisien, on lit: "Rien ne semble y changer hormis les logements rénovés. le chômage y est de plus en plus élevé, le niveau de vie au plus bas et le repli communautaire, plus puissant".

Plus, énorme échec de "l'éducation prioritaire" dans ces "ghettos". L'Education nationale dénonce, dans un énième et euphémistique rapport (AFP, 27/09/2016) le "rétrécissement de la composition sociale de ces écoles... un climat social moins favorable et un entourage de pairs peu porteurs". Décodeur : des coupe-gorge peuplés d'immigrés, où les voyous oppriment les élèves sérieux.

Origine du ruineux désastre : l'insécurité

Sur ces fameux "quartiers populaires", le Think-Tank Synopia souligne (Rapport sécurité, 2017) : "Environnement de sécurité très dégradé...économie souterraine... Refuge de bandes organisées...Interventions difficiles pour les services de sécurité et de secours... Puis une conclusion terrible "effacement progressif de la légalité républicaine".

Car dans ces quartiers, tout est dangereux. La rénovation urbaine y tourne souvent à la guérilla (France-Info, 20/12/2016, sur la Grande Borne à Grigny) : " Plusieurs incidents ont eu lieu sur le chantier. En trois ans, quatre opérateurs sur place ont été agressés et de nombreux engins de chantier, vandalisés ou incendiés ; préjudice, plus de 1,5 million d'euros. La mairie accuse les trafiquants de drogue de la Grande-Borne d'avoir commis ces actes malveillants".

Une équation simple : QPV=ZSP

Sous Hollande ont été créées 80 "zones de sécurité prioritaires", dont 77 en "zone QPV" (Quartiers de la Politique de la Ville). Dans Le Monde, 10/05/2017 "Banlieues, la grande impasse du quinquennat Hollande", on lit ceci : "Le taux de délinquance au sein des quartiers prioritaires est difficile à calculer précisément car le lieu de commission des infractions ne correspond pas à une adresse précise mais à une ligne de transport en commun ou un parking". Inouï ! Les malfaiteurs se déplacent ! Si on s'était douté de ça...

Un aveuglement fatal à toute politique de la ville

Elus bienséants, journalistes uberisés, fonctionnaires froussards, obnubilent un réel criminel au fondement pourtant simple : dans ces quartiers, le crime génère la misère, pas l'inverse. Car si, dans une cité :

- Le bus s'arrête deux stations avant son terminus, du fait de jets de pierres, de cocktails-Molotov et d'agressions de chauffeurs,

- La supérette, la boulangerie, la banque, ont fermé, en raison de braquages répétés,

- Le facteur ne distribue plus le courrier,

- Les véhicules privés sont incendiés pour intimider les habitants,

- Les habitants intégrés sont menacés, rackettés, contraints au recel, et leurs enfants volés et injuriés, 

- Alors que s'y multiplient les points de deal et les "marchés aux voleurs",

Nul moyen de subsistance légitime n'y existe plus ; l'économie souterraine s'y impose. Mais comme elle est statistiquement imperceptible, les matheux myopes de l'Insee et autres naïfs n'y voient plus qu'une "misère" - bien souvent effet d'optique, dans des ghettos où la richesse est illicite.

Tant que la classe politique n'aura pas compris cela, elle persévèrera, comme à présent, dans la com' et les simulacres.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 27/11/2017 - 17:47
La j'ai du mal Ganesha!!!
Vous me semblez avoir la marche un peu titubante...Êtes vous d'accord ou non avec ce diagnostic que ces quartiers échappent à la loi républicaine oui ou non ? Je vous rappelle que la République est une et indivisible et que...très logiquement le président qui ne fait rien pour empêcher cela devrait être inculpé de haute trahison! Si vous admettez ce diagnostic , expliquez nous en quoi ajouter le revenu universel aux revenus des trafiquants changera les choses . Si on légalise le cannabis et la coke, ils feront le trafic d'armes ou de chair fraîche ( mais nul doute que Caroline My Ass nous expliquera que c'est DSK qui joue le rôle de madame Bertrand!) alors, on attend!!! ici personne ne vous censure contrairement à ce qui se passe sur le service public de la désinfo!
kelenborn
- 27/11/2017 - 17:38
Attendez
Dans chaque quartier sera créé un comité d'assistance sociologique: C'est Adie Plenel qui a été nommé coordonnateur !
Henrik Jah
- 27/11/2017 - 13:50
Les solutions sont simples
On sait quoi faire mais le politiquement correct nous en empêche. Déjà réduire ou supprimer l'immigration légale permettrait d'arrêter de faire venir des délinquants et autres violeurs car oui ceux qui viennent chez nous ne sont pas des réfugiés de guerre mais des hommes célibataires qui veulent de l'argent sans rien faire et se taper des françaises avec leur consentement ou non d'ailleurs.