En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Atlantico Business
Les trois raisons pour lesquelles les marchés ne s’inquiètent absolument pas de la crise politique allemande
Publié le 22 novembre 2017
Alors que les observateurs politiques nous prédisent une crise politique allemande sans précédent capable de déstabiliser le modèle économique, le monde des affaires considère que ça ne bougera pas.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les observateurs politiques nous prédisent une crise politique allemande sans précédent capable de déstabiliser le modèle économique, le monde des affaires considère que ça ne bougera pas.

Les marchés, c’est à dire ce monde d’acteurs financiers, d’investisseurs et de chefs d’entreprise qui gèrent les tendances lourdes du modèle économique, paraissent assumer les contraintes politiques comme si elles n’avaient aucun impact. Du coup, l’échec d’Angela Merkel de former un gouvernement stable en Allemagne autour d’elle n’a effectivement aucun impact. Les marchés financiers n‘ont pas bougé, les indices boursiers ont même continué de monter légèrement sur les valeurs allemandes. Quant aux marchés obligataires, ils n’ont connu aucune poussée de fièvre. En clair, pour le monde des affaires, l’Allemagne ne porte aucun risque de déstabilisation de son modèle.

Cette situation correspond au pragmatisme et la sérénité dont ont fait preuve la plupart des marchés au lendemain du Brexit et même depuis l’élection de Donald Trump. C’est très nouveau. Tout se passe comme si le poids des forces économiques dans le monde était supérieur aux influences politiques définies par les processus démocratiques classiques.

Certains parleront de complot, d’autres, les plus nombreux, estiment que les forces économiques sont aussi d’une certaine façon l’expression de l’intérêt général des consommateurs, épargnants, actionnaires et salariés.

Face à la crise politique en Allemagne, les milieux d’affaires ne bougent pas pour trois raisons principales fondées sur la probabilité de trois hypothèses possibles.

Première série d’hypothèses défendues par les plus optimistes la découverte d’une solution Merkel comme point d’appui de la stabilité. Tout le monde savait que la recherche d’une coalition entre la CDU, les libéraux et les écologistes était irréalisable parce qu’allant à l’encontre la nature profonde de l’Allemagne moderne convertie depuis des lustres à la mondialisation et à l’innovation. Les libéraux comme les verts proposent un modèle d’évolution tourné vers le passé.

Pour ces optimistes, on finira donc par trouver une solution autour d’Angela Merkel. Soit à l’issue de nouvelles élections, soit au terme d’une négociation avec les cadres du SPD qui appartenaient à l’ancienne coalition et qui n’ont sans doute pas d’avenir àvouloir faire cavalier seul.

La deuxième série d’hypothèses repose sur la solidité des structures de pouvoir et des contre-pouvoirs allemands. On touche là aux particularités des organisations fédérales et des systèmes de cogestion dans les entreprises. Le vrai pouvoir appartient aux régions et aux collectivités locales. Dans les entreprises, la stratégie est défendue conjointement par les patrons et par les syndicats. Ce qui donne aux stratégies une légitimité difficile à ébranler. L’Allemagne est un pays fédéral, comme les Pays-Bas ou la Belgique, deux pays qui ont vécu (très bien) pendant plus d’un an, sans gouvernement central. Par ailleurs, l‘Allemagne est le pays de la cogestion, un modèle qui a jusqu’alors assurer la cohésion sociale autour d’un projet de société.La troisième série d’hypothèses est portée par la conviction que l’avenir de l’Allemagne, dans le contexte de la mondialisation et de la concurrence internationale, est porté par le projet d’Union européenne selon le modèle d’organisation allemande. C’est à dire dans le respect des contraintes libérales et d’équilibre financier. Par ailleurs, les milieux d’affaires pensent que la stabilité des systèmes de marché ouverts est garantie par l’action de la Banque centrale européenne. La BCE, tout comme la Réserve fédérale, ont fait ce qu’il fallait faire pour éviter l'asphyxie économique. Aucune raison pour que la banque centrale change de stratégie et même de braquet. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 22/11/2017 - 21:03
Inquiétude
Les "marchés" ne s'inquiètent pas parce qu'il n'y a pas à s'inquiéter. S'il se passe un moment sans gouvernement ils sont certains que rien ne bougera défavorablement. Ils pourront toujours s'inquiéter si après de nouvelles élections la coalition au pouvoir se met à délirer.
Gré
- 22/11/2017 - 20:40
Comme si ???
"Tout se passe comme si le poids des forces économiques dans le monde était supérieur aux influences politiques définies par les processus démocratiques classiques" ? Supprimez le "tout se passe comme si" et vous aurez la réponse;
cloette
- 22/11/2017 - 18:20
Il n'empêche
que c'est la première fois que cela arrive , cela s'appelle une "alerte" .